Niger Assemblée Nationale, Crise de croissance

Le renouvellement annuel du bureau du parlement nigérien, est toujours dans l’impasse. Plus d’une vingtaine de jours après l’ouverture solennelle de la séance plénière de renouvellement annuel du bureau. Et ce, en dépit d’un arrêt pris récemment par la Cour constitutionnelle pour renvoyer les protagonistes dos à dos en remettant les pendules à l’heure.

Assemblée Nationale du NigerAssemblée Nationale du Niger

Les députés nigériens n’arrivent pas à accorder leurs violons sur la configuration du bureau devant conduire les destinées du parlement nigérien. Et une crise profonde, consécutive à ce désaccord, plombe les destinées de l’auguste institution à Niamey. En empêchant l’élection du deuxième vice-président et du troisième vice-président du bureau de l’Assemblée nationale. Après moult échecs, le différend a été déféré devant la Cour constitutionnelle qui s’est prononcée le 2 mai 2014. Une décision qui devrait en principe s’imposer à tous et mettre un terme à la crise. Mais hélas ! La décision semble n’avoir produit aucun effet sur les différents protagonistes. Mieux, les députés de l’opposition, à travers l’intervention du président du groupe ARN, ont même radicalisé leur position  en martelant que la

Hama Amadou, président de l'Assemblée Nationale du NigerHama Amadou, président de l’Assemblée Nationale du Niger

candidature du député Falké Bacharou au poste de 2ème vice-président, poste revenant de droit à l’apposition pour respecter la configuration politique du parlement, restera unique et irrévocable, tandis que leurs collègues, de la Majorité eux plaident pour que le groupe retourne en conclave avec le groupe des 13 membres dissidents pour une sortie de crise honorable admettant la possibilité de candidatures multiples aux postes traditionnellement réservés à l’Opposition. Quant au Président de l’Assemblée nationale du Niger, Hama Amadou il a fait preuve de beaucoup de prudence et de sérénité au cour des débats en évitant de prendre des positions radicales pouvant être traduites comme des violations du règlement intérieur par un pouvoir qui lorgne sur le perchoir et le fauteuil de son président. Mais pour l’heure, à Niamey, les débats sont demeurés passionnés et toujours dans l’impasse. Même si les plus optimistes espèrent le retour à la normale et une sortie de crise dans les jours à venir.

Niamey vu du ciel [Wikipédia]Niamey vu du ciel
Le . Par Serge de Souza.

Commentaires