Football Zidane, le footballeur et l’entraîneur

Zidane, avant d’être entraîneur de son ancienne « Réserve de Real Madrid », poste qui est à l’origine de violents remous contre sa personne, était d’abord, « la star algérienne », une icône de l’Afrique qui a battu tous les records du monde du cuir rond en tant que Marseillais.

Zinedine Zidane, ancien n°10 des "bleus", classé meilleur joueur des 50 dernières années par la FIFAZinedine Zidane, ancien n°10 des « bleus », classé meilleur joueur des 50 dernières années par la FIFA.

 

Zidane est sûrement l’une des personnalités les plus légendaires de notre siècle. Il a tous les titres que peut avoir une bête de l’espace vert pour qui le cuir rond n’a point de secret. Si la Fédération internationale de football association (FIFA) se contente de le désigner meilleur joueur européen des cinquante dernières années, la chaîne internationale britannique, British Broadcasting Corporation (BBC), l’identifie plutôt comme le meilleur joueur européen de l’histoire. L’Union des associations européennes de football (UEFA) n’a pas résisté à l’élire, en 2004, meilleur joueur européen du demi-siècle avant de le confirmer, en 2011, meilleur joueur des 20 dernières années de la Ligue des champions.

 

En 2004, Pelé et la Fifa classent Zinedine Zidane parmi les 125 meilleurs joueurs mondiaux encore vivants. En l’espace de 5ans, entre 1998 et 2003, il sera trois fois (1998, 2000 et 2003), meilleur joueur mondial de l’année par la Fifa et Ballon d’or en 1998. Il est classé deux fois second meilleur joueur français de tous les temps par le magazine sportif France Football. Et à ce long palmarès s’ajoute celui des médias, notamment Marca, Sports Illustrated et Espn qui vont élire Zinedine Zidane meilleur joueur de la décennie 2000. Tous les spécialistes du cuir rond s’accordent à reconnaître que la France n’aurait pas remporté la coupe du monde de 1998 de même que l’Euro 2000 sans « Zizou ». Mais à cela, il faut aussi ajouter que sans lui les Bleus ne seront pas en finale 2006 et s’il n’était pas sorti très top du match (juste à la 13ème minute) la France aurait remporté le mondial 2006.

 

Fils de deux algériens, Zidane est d’une famille de 5 enfants dont une fille. Ses parents sont originaires de Kabylie dans la Wilaya de Béjaïa en Algérie. De sang africain (puisque né de deux Africains) et né en terre française, le joueur qui a battu tous les records a une double nationalité : française et algérienne. Son père, Smaïl Zidane arrive en France le 17 septembre 1953. Alors qu’il garde les moutons dans son village d’Aguemoune Ath Slimane, ce musulman-pratiquant (ses enfants ne le sont pas) décide de traverser la mer Méditerranée pour venir travailler en tant qu’ouvrier BTP. Après l’indépendance algérienne, en 1962, Smaïl veut rentrer au pays après neuf années passées sur les chantiers de Seine-Saint-Denis comme conducteur d’engins. Mais juste avant d’embarquer à Marseille, il rencontre Malika, une Marseillaise originaire elle aussi de Kabylie, qu’il épouse peu après. Finalement, le couple reste en France et s’installe dans la cité phocéenne. Très discrets dans les médias, ils ont la réputation d’être très protecteurs avec leurs enfants. Ensemble, ils ont cinq enfants : Madjid, Farid, Noureddine, Lila et Zinedine.

 

Entre l’école et le terrain, Zidane avait très tôt fait son choix

 

Des siècles avant le nôtre, Pierre Corneille avait vu juste : « aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années ». Déjà à 9 ans, le jeune « Zizou » était très peu intéressé par l’école. Au lieu de cette dernière, il ne s’adonne qu’au foot ainsi qu’au judo, son deuxième sport préféré, qu’il pratique jusqu’à l’âge de 11 ans au centre social de la Castellane.

 

À l’âge de neuf ans, Zidane signe sa première licence dans le club de son quartier : l’As Foresta. Sous les couleurs jaunes et vertes, il porte le brassard de capitaine. L’année suivante, en 1982, il signe à l’US Saint-Henri, club du quartier voisin, où il porte déjà le numéro 10. Ensuite, il rejoint l’équipe de SO Septèmes-les-Vallons en 1983. Gravissant les échelons, le jeune garçon progresse sans cesse. Zidane revêt alors le maillot jaune et rouge de l’un des plus importants clubs de la banlieue nord de Marseille. Son entraîneur, Robert Centenero, s’occupe beaucoup de lui et lui apporte son aide. Le 23 juin 1984, il assiste à la demi-finale de l’Euro 1984, France-Portugal, au stade Vélodrome en tant que ramasseur de balles. Jeune encore, son idole d’enfance se nomme Enzo Francescoli, un milieu offensif uruguayen qui évolue une saison à l’Olympique de Marseille.

 

Sur le terrain, le jeune Zidane est excellent techniquement, maîtrise les dribbles et le jeu de tête. Par contre, il manque de vitesse et de puissance physique. Pour combler ses lacunes, il s’impose davantage d’entraînements grâce à sa volonté de réussir. En 1986, il est sélectionné en cadet première année pour le championnat de la Ligue de la Méditerranée. En décembre, il est convoqué au Centre régional d’éducation populaire et de sport (CREPS) d’Aix-en-Provence pour un stage de trois jours.

 

C’est lors de stage qu’il est remarqué par Jean Varraud, recruteur de l’AS Cannes, lui-même ancien joueur de l’Association Sportive de Saint Etienne (Asse) Loire. Varraud revient alors le 11 janvier 1987 à Saint-Raphaël en compagnie du directeur du centre de formation cannois, Gilles Rampillon. Lors ce match, Zidane, positionné libéro, tente un petit pont dans sa surface de réparation et encaisse un but. Malgré cette bévue, le recruteur cannois est séduit par son talent et lui propose un stage d’entraînement d’une semaine. L’essai étant concluant, l’AS Cannes propose à Zidane de rejoindre son centre de formation. Il ne manque plus que l’accord des parents. Alors que Smaïl Zidane a déjà refusé une proposition de l’AS Saint-Étienne pour Noureddine, le frère de Zinedine, la décision est importante. Après plusieurs semaines de réflexion, les parents de Zizou acceptent mais à une condition : il doit être hébergé dans une famille d’accueil. À l’été 1987, Zinedine Zidane rejoint l’Association Sportive (As) Cannes

 

Zidane en pleine action (2004)Zidane en pleine action (2004).

 

Né à Marseille (Bouches-du-Rhône), Zinedine Yazid Zidane, le plus souvent surnommé « Zizou » par ses admirateurs, commence sa carrière professionnelle à Cannes en 1988 et dispute son premier match en Première Division (D1) du Championnat de France en mai 1989. C’est avec les Girondins de Bordeaux qu’il perce véritablement à partir de 1992. Quatre ans plus tard, lors de sa dernière saison avec le club bordelais, il accède à la finale de la Coupe de l’UEFA (défaite contre les Allemands du Bayern Munich). Consécutivement à cette brillante « campagne » européenne, Zinedine Zidane est courtisé par les plus grands clubs européens. «J’ai découvert Zidane un jour que les Girondins de Bordeaux jouaient et que nous regardions le match dans la salle de réception du Stud’hôtel à Talence. Je me suis écrié : ce garçon a de l’avenir. Par un autre hasard, quand j’ai été emmené avec une consœur à remplacer des journalistes de Radio France Bordeaux-Gironde partis en vacances, nous avons étés envoyés interviewer Zinedine Zidane, Christophe Dugarry et Bixente Lizarazu au moment où l’on parlait du départ des Girondins de Bordeaux», se souvient l’écrivain et journaliste béninois Marcus Boni Teiga qui fut Reuters Fellow à Bordeaux à l’époque.

 

Transféré à la Juventus de Turin, il acquiert une véritable expérience internationale et se forge un palmarès digne des plus grands joueurs : à vingt-six ans, il est en effet vainqueur de la Coupe intercontinentale en 1996, champion d’Italie en 1997 et 1998, mais il échoue en finale de la Ligue des champions lors de ces deux dernières saisons : la Juventus de Turin s’incline d’abord face au Borussia Dortmund puis face au Real Madrid.

 

Après cinq saisons à la Juventus de Turin, Zinedine Zidane est transféré pendant l’été 2001 au Real Madrid pour un montant record de plus de 76 millions d’euros. Jamais un joueur n’avait cristallisé autant d’espoirs, et malgré une période d’adaptation quelque peu « décevante » au début de la saison 2001-2002, Zinedine Zidane montre rapidement l’étendue de son talent, qui s’exprime brillamment aux côtés de nombreuses stars du football international, notamment Roberto Carlos, Luis Figo et Raul. Le Real Madrid remporte une 9e Ligue des champions grâce à un but d’anthologie signé Zinedine Zidane, par ailleurs élu meilleur joueur étranger du Championnat d’Espagne. Lors de la saison 2002-2003, il marque 9 buts en Liga — le Real remporte d’ailleurs un 29e titre de champion d’Espagne —, s’affirmant ainsi comme un joueur complet, à la fois « distributeur » de ballons et élément décisif en attaque.

 

Les saisons suivantes, jusqu’à la dernière en 2006, sont en revanches décevantes : malgré une influence sur le jeu et sur son équipe toujours primordiale, Zinedine Zidane n’obtient aucun titre. En août 1994, Zinedine Zidane fait ses débuts en équipe de France, alors dirigée depuis neuf mois par Aimé Jacquet ; rentré en cours de match, il inscrit en quelques minutes les deux buts qui permettent à la France d’éviter une défaite à domicile, marquant ainsi déjà de son empreinte le jeu de l’équipe nationale. La même année, il atteint la demi-finale au Championnat d’Europe Espoirs, aux côtés de futurs coéquipiers en équipe de France. En 1996, malgré les séquelles d’un accident de voiture, il participe à l’Euro, mais déçoit les attentes placées en lui. Lors de ce Championnat d’Europe des nations, la France perd en demi-finale face à la République tchèque.

 

Cependant, en juillet 2005, il revient sur cette décision et réintègre l’équipe de France dirigée par Raymond Domenech à l’occasion des éliminatoires de la Coupe du monde. Lors de la phase finale disputée en juin-juillet 2006 en Allemagne, Zinedine Zidane, à l’image de la sélection tricolore, réalise de timides débuts avant de se libérer au fil des matchs. L’équipe de France parvient en finale contre l’Italie (qui obtient son quatrième sacre mondial) : la rencontre est marquée par un incident entre un défenseur italien et Zinedine Zidane, qui aboutit à l’expulsion de ce dernier. Zinedine Zidane achève sa carrière de footballeur sur ce dernier match international.

 

Le 26 juin 2013, Zinedine Zidane devient entraîneur adjoint de Carlo Ancelotti au Real Madrid. En janvier 2014, il reçoit son diplôme de manager général de club sportif professionnel, qu’il a passé au Centre de droit et d’économie du sport de Limoges après avoir passé son brevet d’État d’éducateur sportif 1er degré (BE1) puis le diplôme d’entraîneur de football (DEF). Pour sa première saison comme adjoint d’Ancelotti où il s’occupe de l’aspect tactique, l’équipe remporte la Coupe du Roi et la Ligue des champions 2014.

 

En contact avec les Girondins de Bordeaux pour diriger l’équipe, il devient finalement, le 26 juin 2014, entraîneur du Real Madrid Castilla, l’équipe réserve du Real Madrid.

Entre image publique et publicitaire, « Zizou » se veut immaculé

 

Sculpture de Adel Abdessemed qui représente Zidane donnant le coup de tête contre le joueur italien  Matérazzi lors du mondial 2006.Sculpture de Adel Abdessemed qui représente Zidane donnant le coup de tête contre le joueur italien Matérazzi lors du mondial 2006.

 

L’image positive de Zinedine Zidane est notamment due à sa personnalité et son caractère. En effet, son humilité et sa discrétion sont reconnues dans le monde médiatique. Issu d’un milieu modeste, il véhicule les valeurs du travail, respect, persévérance et générosité. Zizou est également perçu comme un « homme de cœur » mettant sa notoriété au profit d’œuvres caritatives. Son engagement pour ces associations lui permet de jouer un rôle d’ambassadeur afin de promouvoir leurs causes.

 

Cependant, son coup de tête à Materazzi lors de son dernier match a gâché sa sortie et révélé son impulsivité quittant la scène sportive d’une triste manière. Zinedine Zidane possède également sa marionnette aux Guignols de l’Info depuis 1997. Une marionnette qui caricature ses problèmes à s’exprimer, en parlant doucement avec un accent marseillais, commençant ses phrases par « en fait », le tout dans un français limité. Il est aussi représenté comme timide et humble énumérant à chacune de ces représentations la liste (interminable) de ses sponsors; il est très adroit lorsqu’il faut parler de « business » mais a du mal pour le reste. Lorsque Patric Poivre D’Avore (un journaliste français) le questionne sur le côté sportif, il répond « désolé, ce n’est pas mon domaine » ou se plonge dans des explications incohérentes.

 

Issu de l’immigration, Zinedine Zidane est passé pendant longtemps comme un symbole d’intégration, bien que l’intéressé réfute ce statut. En effet, parti d’un milieu modeste pour arriver au sommet, il incarne la « réussite française » et surtout la France « black-blanc-beur », évoquée après la victoire de l’équipe de France en 1998 avec plusieurs joueurs issus de la mixité sociale. Ainsi, Zidane illustre l’intégration républicaine au « mérite ». Très proche de l’Algérie où il a ses « racines », il rappelle cependant qu’il est « fier d’être Français » mais accepte cette notion de « double identité ». Le slogan « Zidane Président » projeté sur l’Arc de triomphe est apparu pour la première fois le soir du 12 juillet 1998.

 

Par la suite, les médias, les écrivains et les personnalités politiques ont utilisé cette métaphore sportive pour mettre en avant la portée universelle du modèle français d’intégration qui gagne. Même si cette dernière s’est estompée lors des années suivantes. Idole des jeunes, Zidane joue alors indirectement un rôle social lorsque ces derniers s’identifient au maillot de l’équipe de France. Toutefois, Zidane a parfois été critiqué pour son mutisme sur certains sujets de société importants comme, par exemple, les émeutes de 2005. De ce fait, il n’intervient que deux fois pour donner son opinion publiquement. Lors du second tour de la Présidentielle 2002, il appelle à voter contre Jean-Marie Le Pen et aux électeurs de « mesurer les conséquences de voter pour un parti qui ne correspond pas du tout aux valeurs de la France ». Enfin, il soutient la proposition du droit de vote des étrangers et, réagissant à la proposition de campagne faite par le candidat socialiste François Hollande lors de la Présidentielle 2012 d’instaurer une taxe de 75 % sur les revenus supérieurs à un million d’euros par an (ce qui avait inquiété les dirigeants du football français), se dit de façon générale favorable à une haute taxation des plus riches.

 

Zinedine Zidane est également ce qu’on appelle une « icône publicitaire ». En effet, au cours de sa carrière, il signe plusieurs contrats publicitaires, pour des marques, sponsors et partenaires en tout genre. Les publicitaires n’hésitent pas à verser des sommes importantes pour utiliser son image, les retombées économiques d’un tel investissement étant assurées. Jugées excessives, les sommes d’argent qu’il a accumulées lui ont valu des critiques. Moqué pour son rapport à l’argent, il est qualifié d’« homme-sandwich » ou encore star du « show-biz » par ses détracteurs.

Commentaires