Revue De Presse/Comores En attendant les élections

Ikililou Dhoinine, le président des ComoresIkililou Dhoinine, le président des Comores

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) des Comores a reporté les élections législatives, communales et des conseillers des îles prévues le 28 décembre prochain. Cela fait suite à une plainte déposée par le leader de l’Alliance nationale pour les Comores (ANC), l’homme d’affaires Mahamoudou Ali Mohamed.

RFI indique que : « Le report des élections fait suite à une requête du leader du parti ANC dans laquelle il demandait à la Cour constitutionnelle l’annulation du décret présidentiel pour non respect de la loi électorale. En effet, l’article 8, alinéa 2, du code électoral énonce que le fichier électoral est arrêté 90 jours avant la date du ou des scrutins. Or ce délai n’est pas respecté mais aussi les listes électorales ne sont pas définitives jusqu’au jour dû ». La radio internationale souligne, par ailleurs, qu’un milliards de francs comoriens ont été engloutis dans la préparation de ces échéances, soit 2 millions d’euros.

Le site comorien www.alwatwan.net: précise pour sa part : « S’agissant des dates probables des futures élections, « on tiendra compte de cet arrêté du ministre et du délai de 90 jours. Nous nous acheminons en tout cas, vers des élections entre fin janvier et début février », indique un haut responsable de la CENI. Contrairement au leader de l’ANC, notre interlocuteur estime que « le décret n° 14-150 convoquant le collège électoral est toujours valable et il n’y aura pas de nouveau décret ».

Quant à La Gazette des Comores, elle s’interroge sur la tenue effective des prochaines élections. Et d’évoquer le nouveau rebondissement en ces termes: « Nouveau rebondissement sur le triple scrutin que le pays s’apprête à organiser. La Cour constitutionnelle, après avoir été saisie le 11 octobre par une requête de la formation politique ANC, délibère en faveur de ce parti politique de l’entrepreneur Mahamoudou Ali Mohamed. Dans un arrêt n°14-013/CC, la Haute Cour ordonne dans l’article 3 aux « autorités en charge du processus électoral, chacune en ce qui la concerne, de prendre toutes les dispositions nécessaires permettant de dresser un nouveau calendrier électoral en conformité avec le cadre juridique régissant les élections en Union des Comores ».

La situation politique de l’ancien « Quartier Général » de Bob Denard suscite de nombreuses interrogations. Tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. La bataille politico-juridique qui semble s’être engagée sur l’île n’est, en tout cas, pas pour rassurer La Gazette des Comores. Et le journal de conclure son article : « La bataille régime contre opposant promet d’être longue et rude, au vu des ambiguïtés qui entourent encore une fois cette décision rendue par les 8 sages. Des analystes de la vie politique comorienne redoutent un renvoi aux calendes grecques de ces premières élections de l’ère Ikililou. Ils avancent que les autorités chercheront à pousser l’opposition à la faute, pour leur faire imputer l’échec du processus électoral ».

Commentaires