Livre AFRICAFRANCE Quand les dirigeants africains deviennent les maîtres du jeu

Antoine Glaser, auteur de AFRICAFRANCE Quand les dirigeants africains deviennent les maîtres du jeu, paru aux éditions Fayard en 2014Antoine Glaser, auteur de AFRICAFRANCE Quand les dirigeants africains deviennent les maîtres du jeu, paru aux éditions Fayard en 2014

« La main qui reçoit est toujours en dessous de celle qui donne », disait l’écrivain malien Amadou Hampâté Bâ. Paris n’est plus le donneur d’ordres, mais il ne le sait pas encore. Il se croit encore aimé alors qu’il n’intéresse plus. L’Afrique a changé sans que son « papa » autoproclamé en soit informé. La France n’est plus le principal partenaire de l’Afrique : elle n’est plus que le cinquième exportateur mondial vers l’Afrique subsaharienne derrière la Chine, l’Inde, les Etats-Unis et même l’Allemagne ».C’est en ces termes qu’Antoine Glaser conclut son livre intitulé : AFRICAFRANCE Quand les dirigeants africains deviennent les maîtres du jeu, paru aux éditions Fayard en 2014. Informatif et bourré d’anecdotes croustillantes, cet ouvrage est en quelque sorte une histoire de ce que l’on a baptisé du nom de « Françafrique » mais qui s’inverse maintenant pour devenir « AfricaFrance ».

AFRICAFRANCE Quand les dirigeants africains deviennent les maîtres du jeu, paru aux éditions Fayard en 2014, par Antoine Glaser AFRICAFRANCE Quand les dirigeants africains deviennent les maîtres du jeu, paru aux éditions Fayard en 2014, par Antoine Glaser

L’ancien directeur de La lettre du continent, brosse à travers la Côte d’Ivoire, le Congo, le Niger, le Tchad, le Cameroun, le Burkina Faso, le Sénégal, la Guinée, le Gabon,  un tableau plus que synoptique des affaires d’Etat franco-africaines dans lesquelles il plonge son lecteur de plain-pied. Et cela depuis les temps des Jacques Foccart, Félix Houphouët-Boigny et Omar Bongo jusqu’à nos jours. C’est un livre passionnant non seulement pour ceux qui s’intéressent à l’Afrique et aux affaires franco-africaines mais également à la géopolitique.

En somme, le livre de mon confrère Antoine Glaser mérite d’être lu par tous les Africains qui en ont la possibilité. Tant pour l’intérêt des sujets qu’il aborde que pour l’utilité de la réflexion qu’ils sont susceptibles d’inspirer. Qui plus est, il se laisse lire facilement. Une fois qu’on l’a entamé, on veut aller jusqu’au bout. Tout au long de ce livre, sont égrenées nombres d’affaires qui ont émaillé les relations entre la France et ses anciennes colonies à travers leurs représentants au plus haut sommet de l’Etat. Y compris, voire les plus secrètes.

Commentaires