Niger Nouvelles lois : « Thank you (Merci) M. le Président Issoufou, promesses tenues »

Mahamadou Issoufou, président de la République du NigerMahamadou Issoufou, président de la République du Niger

Depuis son accession a la magistrature suprême du Niger, le président Mahamadou Issoufou avait manifesté sa détermination à impliquer pleinement la diaspora nigérienne, c’est-à-dire les Nigériens vivant a l’extérieur dans la vie socio-économique et politique de notre pays. C’est ainsi que son ministre d’État ministre des Affaires Étrangères, de la Coopération, de Intégration Africaine et des Nigériens de l’Extérieur, M. Mohamed Bazoum avait sillonné les 4 coins du monde, de l’Afrique à l’Asie en passant par l’Europe et l’Amérique pour rencontrer la communauté nigérienne avec un message clair: pour se développer, le Niger a besoin de toutes ses filles et tous ses fils, dont les Nigériens de l’étranger.

C’est dans ce sens que Niamey avait accueilli du 2 au 5 août 2012 la première édition du Forum de la Diaspora Nigérienne, rencontre placée sous le thème « Mobilisation et implication de la diaspora dans les stratégies de développement national » avec comme objectifs de mobiliser la diaspora afin qu’elle s’implique pleinement dans les stratégies et programmes de développement du pays et de définir le cadre de valorisation de son expertise. Le chef de l’Etat avait octroyé de manière symbolique le titre de « 9eme région » du pays à la diaspora et d’importantes recommandations et promesses avaient été faites a l’occasion de ce grand rendez-vous.

« Toutes les promesses faites à la diaspora seront incha Allah tenues », avait dit le président Mahamadou Issoufou lors d’une rencontre en août dernier à Washington avec les Nigériens vivant aux États-Unis, en marge du sommet Afrique-Amérique organisé par la Maison Blanche. Ces promesses sont aujourd’hui en train d’être honorées une à une et à un rythme accéléré qui dépasse même les attentes des principaux concernés. Il y a une semaine, le gouvernement nigérien avait adopté le projet de loi portant Statut général de la Fonction Publique. Désormais l’accomplissement du Service Civique National par les jeunes diplômés ne sera plus une condition d’accès à la Fonction Publique. Ce qui ouvre la loi à des centaines de Nigériens vivant a étranger et qui n’ont pas eu la chance d’accomplir leur Service Civique National d’accéder à la Fonction Publique s’ils le désirent une fois de retour au pays. Dans la foulée, l’Assemblée nationale a voté le nouveau code de la nationalité, une loi très attendue par la diaspora. Cette loi permet entre autre aux Nigériens de l’extérieur, qui pour des raisons diverses, ont été amenés à acquérir la nationalité de leurs pays d’accueil, de continuer à jouir de leur nationalité d’origine. Désormais, cette frange de la population nigérienne est à la fois éligible et/ou électeur. Selon la nouvelle répartition des 171 sièges du prochain parlement, les nigériens de l’extérieur auront 5 députés. Pour la première fois donc dans l’histoire du Niger, les représentants de la diaspora siégeront à l’hémicycle et auront leurs mots a dire sur la marche de la nation.

Ouf ! Enfin ! Barka ! Congratulations ! dit-on dans les milieux de la diaspora ou on ne cache pas sa satisfaction et son soulagement. Car ce développement positif n’était pas acquis à l’avance. Depuis en effet plus de 2 ans, le projet de loi sur le code de la nationalité était bloquée au Parlement, l’ancien président de l’institution, M. Hama Amadou s’étant clairement prononcé contre, alors que dans les pays développés et même dans la sous-région, cette question avait été réglée depuis des lustres. « L’Assemblée Nationale est une institution des représentants du peuple nigérien, donc qui défendent exclusivement les intérêts de notre pays. Mais, comment quelqu’un qui est nigérien et en même temps ivoirien peut-il représenter le Niger dans cette salle ? », s’était interrogé en août 2012 l’ancien président de l’Assemblée nationale lors d’une rencontre avec les représentants de la diaspora. Mais « le séjour dans l’eau ne transforme jamais un tronc d’arbre en crocodile », dit-on. La majorité des Nigériens qui ont acquis une autre nationalité n’a en réalité jamais renoncé a son passeport nigérien. « J’ai un passeport américain et je continuais avant même cette nouvelle loi à renouveler mon passeport nigérien chaque fois qu’il expirait. C’est pour vous dire que je n’ai jamais renoncé a ma nationalité nigérienne. Pour être plus clair, je n’ai même jamais renoncé a ma carte d’identité et à mon permis de conduire nigérien, à plus forte raison mon passeport. C’est même absurde et impensable », explique un Nigéro-américain qui a préféré garder l’anonymat.

Au total, on peut constater avec satisfaction que le président Mahamadou Issoufou a honoré l’essentiel de ses engagements avec les Nigériens de l’extérieur en faisant d’eux des Nigériens a part entière. Alors comme disent les Américains, on peut dire : « Thank you Mister president and God bless Niger ». Autrement dit: « Merci Monsieur le président et que Dieu bénisse le Niger ».

 

Source : www.tamtaminfo.com

Commentaires