Belgique Aux trousses des Jihadistes, après l’opération anti-terroriste

A la suite des attaques terroristes de Paris, la Belgique est passée à l’action, en démantelant une cellule jihadiste sur son territoire. Une opération au cours de laquelle deux des jihadistes ont été tués. Mais le cerveau présumé court toujours…

La police belge, tout comme les autres corps de défense et de sécurité, est sur les dents actuellement.La police belge, tout comme les autres corps de défense et de sécurité, est sur les dents actuellement.

Quelques jours seulement après les attaques terroristes et jihadistes de Paris, la Belgique a mené une opération de démantèlement d’une cellule jihadiste sur son territoire. Selon LaLibre.be : « Le cerveau présumé de la cellule jihadiste démantelée cette semaine en Belgique est toujours en fuite, a confirmé dimanche le ministre belge de la Justice Koen Geens, sans démentir qu’il pourrait se trouver en Grèce comme l’affirment les médias ».

Pour sa part, le journal belge Le Soir indique que : « Les deux djihadistes abattus jeudi à Verviers provenaient de Molenbeek, où deux perquisitions ont eu lieu dimanche matin dans le cadre de cette même affaire, a indiqué dimanche la bourgmestre de Molenbeek, Françoise Schepmans, à l’agence Belga, confirmant une information de la RTBF ». LeSoir.be fait remarquer par ailleurs que : « Un des suspects arrêtés samedi à Athènes «pourrait avoir un lien» avec la cellule djihadiste démantelée cette semaine en Belgique, a annoncé dimanche soir le parquet fédéral qui va demander son extradition alors que le cerveau présumé du réseau est toujours en fuite ».

LaMeuse.be qui fait le compte-rendu d’une rencontre entre différentes responsables de la sécurité, fait observer que la police locale de Vesdre (Verviers-Dison-Pepinster) ne sollicite pas l’aide de l’armée pour le moment. « Marc Elsen ainsi que le chef de corps de la zone, le directeur coordinateur pour l’arrondissement de Liège, le coordinateur de la police fédérale à Verviers, des membres de la zone de police Vesdre et de la police fédérale étaient présents. Ils ont passé en revue les risques réels et subjectifs qui pèsent sur la ville wallonne ».

Pour LeVif.be qui titre : « Après Anvers et Bruxelles, Liège fait aussi appel à l’armée ». Le journal « Le chef de corps a pris contact à ma demande avec l’officier de liaison de la police fédérale pour faire appel à l’armée », annonce Willy Demeyer. D’après lui, cette décision est motivée par les sollicitations qu’il a reçues du procureur du Roi et des magistrats. « La volonté est de ne pas réduire le volume d’activité des policiers actifs à Liège ».

LaNouvelleGazette.be, quant à elle, signale que : « De nombreux parlementaires, tant de la majorité que de l’opposition, ont soulevé de nombreuses questions autour de l’opération antiterroriste de la semaine dernière et des mesures annoncées par le gouvernement pour lutter contre le radicalisme et le terrorisme. Dans l’opposition, le sp.a a appelé le président de la Chambre, Siegfried Bracke, à une rapide discussion sur les plans du gouvernement ».

Comme on peut s’en rendre à l’évidence, la Belgique a choisi d’anticiper pour se prémunir d’une éventuelle attaque sur son sol. Et il est à parier que dans les jours à venir, de nombreuses mesures seront prises à cet effet. Pour mieux lutter contre le terrorisme, sous toutes ses formes.

Commentaires