Cameroun / Football Ces « vieux » qui marquent des buts

Les « Lions indomptables », l’équipe nationale de football du Cameroun a longtemps été la sélection de prédilection des Africains aux différentes compétitions. Lorsque les « Lions indomptables » rugissaient encore fort sur les stades. Et même quand elle est baisse de forme, il y a toujours de « vieux » lions pour marquer des buts et faire vibrer les stades.

Roger MillaDeux célèbres footballeurs camerounais illustrent parfaitement le fait qu’un lion, même « vieux », est toujours capable de rugir aussi fort. Et de faire trembler non seulement les filets mais également de faire vibrer les passionnés du ballon rond. Il s’agit de Roger Milla et de Samuel Eto’o Fils.

Ce ne sont certainement pas les différents clubs au sein desquels il a évolué comme international au cours de sa carrière qui l’auront inscrit dans les cœurs des Africains. Ce mérite revient plutôt à la Coupe du monde de 1982, en Espagne, et à celle de 1990, en Italie, et dans une moindre mesure aux diverses éditions de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN).

Roger Milla des Lions indomptables du Cameroun est définitivement entré dans l’histoire du football africain avec la coupe du monde de 1990. Le véloce avant centre n’est pas seulement fort en dribble, mais il marque des buts aussi. Des buts qui sont souvent accompagnés de quelques pas de Makossa (danse populaire camerounaise), créant ainsi un autre spectacle en dehors de celui du jeu.

Roger Milla aura aussi défié son âge au football, évoluant sur les stades jusqu’à plus de 42 ans pour s’adjuger le titre du plus vieux buteur en Coupe du monde. Ballon d’or africain en 1976 et en 1990, il a été vainqueur de la CAN en 1984 et en 1988 et meilleur buteur de la compétition en 1986 et en 1988. Il possède un long palmarès.
Le footballeur camerounais Samuel Eto’o Fils restera comme l’un des plus brillants mais aussi des plus connus de sa génération en Afrique. En dépit de ses frasques qui suscitent des sentiments divers à son endroit, il est considéré pour sa génération comme le meilleur footballeur africain de tous les temps. Son palmarès est d’ailleurs, on ne peut plus éloquent.

Quatre fois Ballon d’or africain en 2003, 2004, 2005 et 2010, Samuel Eto’o a aussi été vainqueur avec la sélection nationale du Cameroun aux Jeux olympiques de Sydney et de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) en 2000 et en 2002.

Samuel Eto'oMeilleur butteur de l’histoire des Lions Indomptables du Cameroun et de la CAN, il totalise trois participations à la Coupe du monde en 1998, en 2002 et en 2010. A cela, il faut ajouter sa triple victoire consécutive avec son club du FC Barcelone (Championnat-Ligue des champions-Coupe).

Le talent du Camerounais et les nombreux buts qu’il a inscrits au cours de sa carrière lui ont conféré une réputation et une admiration partout en Afrique. Même dans les localités les plus reculées du continent, il n’est pas rare de tomber sur un fan qui porte un maillot au nom de Samuel Eto’o.

«On a une bonne équipe, mais il nous manque un attaquant. Samuel Eto’o ? Non… Il a 32 ans, peut-être même 35.» Ainsi avait déclaré son entraîneur à Chelsea, José Mourinho, à l’encontre de Samuel Eto’o Fils au cous d’une interview diffusée par Canal+. Au point de susciter une vive la polémique en Angleterre entre les deux fortes personnalités.

Mais on se souviendra aussi de la réplique cinglante de Samuel Eto’o Fils à l’issue d’un match de Chelsea à Galatasaray en 8e de finale aller de la Ligue des Champions (1-1). Il avait alors marqué un but et déclaré sur beIN Sports : «Il en faut beaucoup plus pour me perturber (…) Je suis Samuel Eto’o. Heureusement que je marque encore des buts, à 35-36 ans…». Et d’ajouter d’ailleurs lors d’un de ses voyages en Afrique : « Ce n’est pas parce qu’un idiot a dit que j’étais un vieil homme que vous devez le croire (…) Vous avez pu voir que le vieux était d’ailleurs meilleur que les jeunes. Certains ont disputé un Mondial à 42 ans, donc je pense pouvoir encore en disputer deux ».

Depuis que le « vieux lion » a fait le « vieux » en se tenant les hanches courbé comme un vieux, il est désormais une expression footballistique qui consiste à « faire le vieux d’Eto’o ». Décidément, il faut se méfier des « vieux » camerounais et se garder de quand ils sont sur les stades. Roger Milla l’avait déjà montré. Et Samuel Eto’o Fils l’a confirmé.

Commentaires