Nigeria Boko Haram en dix questions-réponses

En quelques années seulement, la secte islamiste Boko Haram qui a vu le jour à Maiduguri, la capitale de l’Etat de Borno, frontalier du Cameroun, du Tchad et du Niger, est devenue une véritable menace pour la sécurité de toute la région. Voici dix (10) questions-réponses pour comprendre la secte Boko Haram et son leader Abubakar Shekau.

Abubakar Shekau, le chef de Boko Haram, dans une vidéo mise en ligne par la secte islamiste.Abubakar Shekau, le chef de Boko Haram, dans une vidéo mise en ligne par la secte islamiste.

1 – Qui est l’actuel chef de Boko Haram ?

Le chef de Boko Haram a pour nom Abubakar Shekau. Il se fait appeler l’Imam. Personnage énigmatique, il ne doit sa réputation qu’à la cruauté particulière de ses hommes. Originaire de Yobe, au Nord-Est du Nigeria, il a grandi à Maiduguri, la capitale de l’Etat du Borno. Il était connu dans les milieux des marginaux où la marijuana et le gangstérisme sont le lot quotidien des jeunes comme un admirateur du fondateur de Boko Haram, l’imam et prédicateur fondamentaliste Mohamed Yusuf.

2 – Que veut dire Boko Haram ?

Boko Haram signifie littéralement en langue Haoussa « l’éducation occidentale est un péché ».

3 – Comment est née cette secte islamiste ?

A l’origine de Boko Haram était une mosquée avec son école coranique, comme il en existe partout au Nord du Nigeria, notamment à Maiduguri. Mais dans cette région particulièrement déshéritée et délaissée par l’Etat fédéral qu’est l’Etat de Borno, cela va favoriser l’émergence d’une secte islamiste. Mohamed Yusuf aura donc voix au chapitre et mobilisera plus facilement des jeunes marginaux autour de son projet d’Etat islamique avec la création de Boko Haram en 2002.

4 – Pourquoi Boko Haram a prospéré ?

Boko Haram a prospéré, parce que le groupe a constitué une alternative pour les populations les plus pauvres de Maiduguri en l’absence de l’Etat. La mosquée-école coranique était donc devenue non seulement un lieu d’instruction mais aussi de mobilisation contre l’Etat défaillant. Mais plutôt que de commencer par s’en prendre à ce dernier, ce sont les églises chrétiennes qui furent les premières cibles de la secte islamiste. Les attaques des postes de police de 2003 à Damaturu dans l’Etat de Yobe signent manifestement le début d’un bras de fer contre l’Etat fédéral et son armée.

Dans le Nord majoritairement musulman, il est évident qu’on a regardé passivement faire Boko Haram dans un premier temps. De 2004 jusqu’en 2009, la secte va se structurer tandis que le gouvernement continuera de la sous estimer. Il ne serait pas surprenant qu’elle ait déjà établi à cette époque des contacts avec des soutiens étrangers. Les affrontements entre forces de l’ordre et partisans de Boko Haram en 2009 vont montrer un mouvement déjà bien ancré et organisé, et avec des moyens insoupçonnés. Les arrestations massives accompagnées d’exécutions sommaires, y compris de son chef historique Mohamed Yusuf, finissent de radicaliser les partisans de Boko Haram. Parmi eux, un certain Abubakar Shekau, blessé mais donné pour mort au cours desdits affrontements. Sanni Umaru, présumé successeur de Mohamed Yusuf, appellera dès lors au Jihad. C’est après lui que va apparaître la figure d’Abubakar Shekau, l’homme que l’on surnomme déjà le Calife fou du Nord-Est du Nigeria.

5 – D’où viennent les combattants de cette secte ?

Les premiers combattants de Boko Haram étaient des jeunes du Nord du Nigeria, issus pour la plupart des milieux défavorisés et du crime. Le gros des troupes s’est jusque-là recruté parmi les Kanouri. Mais depuis le mouvement s’est largement internationalisé, et recrute dans tous les pays voisins du Nigeria.

6- Que sait-on de ses sources de financement ?

L’on sait que les combattants de la secte Boko Haram s’autofinancent en s’attaquant à des institutions financières, notamment des banques. A cela, il faut ajouter les rançons des Kidnapping et le racket des commerçants. En raison du fait que le mouvement a des liens avec d’autres groupes terroristes ou islamistes, il n’est pas exclu qu’il bénéficie de quelques prébendes. Même si certains spécialistes pensent qu’elles ne représenteraient pas grand-chose.

7 – Quels sont ses liens avec d’autres groupes terroristes ?

Il existe un flou artistique quant aux relations que Boko Haram entretiendrait avec d’autres groupes terroristes. Néanmoins, la secte a pu avoir des liens avec sinon Al Qaida du moins Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI).

8 – Quel est le mode opératoire de Boko Haram ?

L’islam et le Jihad ne sont, en réalité, que des paravents à des actes de gangstérisme et de terrorisme. Outre les nombreuses attaques d’églises et de populations chrétiennes, Boko Haram procède à des prises d’otages qui sont son principal office. Ses combattants sont responsables, entre autres, des enlèvements de la famille Moulin-Fournier, du prêtre Georges Vandenbeusch au Nord du Cameroun. On ne compte d’ailleurs plus les enlèvements au Nigeria. Il y a quelques mois, c’est près de 200 jeunes filles nigérianes que Boko Haram a enlevées à Chibok. En dépit de l’émotion que cela a suscitée et de la mobilisation conséquente, les lycéennes de Chibok ne sont toujours pas revenues dans leurs familles, au moment où nous mettions en ligne.

9 – Pourquoi l’armée nigériane n’est-elle pas arrivée à bout de Boko Haram ?

La corruption a été le meilleur allié des combattants de Boko Haram contre l’armée nigériane. Des réseaux mafieux feraient ainsi affaire avec la secte islamiste, en trafiquant des armes notamment. Mais au-delà de ces accusations, il convient de noter la brutalité de l’armée qui s’est finalement aliénée les précieux renseignements que les populations civiles auraient pu lui fournir. Sans compter le fait qu’elle a longtemps privilégié une stratégie conventionnelle, avant de se rendre compte fort tardivement que les renseignements étaient la meilleure des armes dans ce cas. Enfin, il y a le manque d’équipements militaires adéquats face à des terroristes dont la sophistication des armes suffit à faire fuir des forces de sécurité et de défense nigérianes, comme le monde entier a pu le voir dans une vidéo diffusée par Boko Haram.

10 – Que veut Boko Haram ?

Depuis que Boko Haram a décidé d’aller en guerre frontale contre l’armée nigériane plutôt que de poursuivre la guérilla et les attentats, elle parle de plus en plus ouvertement de Califat islamique au Nord-Est du Nigeria. La prise de plusieurs villes et l’affirmation progressive de l’autorité de la secte islamiste sur cette région a définitivement mis à nue l’armée nigériane. Lors de la dernière réunion organisée le 3 septembre à Abuja, la capitale fédérale du Nigeria, en présence de ses voisins du Bénin, du Cameroun, du Niger et du Tchad ; le pays a finalement appelé à l’aide internationale contre Boko Haram.

Commentaires

  1. Le , Max Aubague a dit :

    Ces semblants d’hommes qui ne peuvent en aucun cas prétendre avoir étés crées par Dieu sont des petits minables sans envergures ,mème pas des assassins ,des nuisibles que par méguarde la nature a fabriqué un jour de lassitude. La tache des hommes est maintenant de se défaire de cet appendice de l’humanité afin de reprendre un cour normal de la vie