Libye Des Tensions qui risquent de dégénérer en une nouvelle guerre

Un hélicoptère de la puissante coalition des milices "Fajr Libya" abattu par l'armée de l'air dans la région du "Croissant pétrolier", un important terminal pétrolier en feu et un attentat à la voiture piégée près du siège provisoire du Parlement, etc. Tous les ingrédients sont réunis pour plonger la Libye dans une guerre totale ...

Libye guerreDepuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en octobre 2011 après une révolte de huit mois, le pays est livré aux milices rivales formées d’ex-rebelles. Au point que les nouvelles autorités de transition ne parviennent à rétablir l’ordre ou faire cesser les combats.

La situation est très confuse dans ce pays riche en pétrole, dirigé désormais par deux gouvernements et Parlements rivaux – les uns proches de la puissante coalition des milices « Fajr Libya » et les autres reconnus par la communauté internationale – qui se disputent le pouvoir.

C’est en août que « Fajr Libya », formée notamment de milices islamistes, a pris le contrôle de Tripoli, la capitale libyenne, et tente depuis d’étendre son influence en cherchant à s’emparer des richesses pétrolières du pays. C’est dans cet objectif, qu’elle avait mené un raid le 30 décembre dernier dans la région du « Croissant pétrolier », la plus importante région productrice de pétrole. Ce qui s’est soldé par un échec, avec à la clef, la destruction d’un hélicoptère de la milice et un grave incendie dans le terminal d’Al-Sedra.

«Selon la compagnie nationale libyenne de pétrole, la production de pétrole est tombée autour de 300 000 barils par jour (contre 800 000 auparavant), mais selon des experts à l’étranger, les combats ne devraient pas se traduire par une nouvelle chute de la production mondiale à court terme. ». C’est ce qu’a rapporté le magazine d’information France24.

D’un autre côté, on pouvait lire dans les colonnes de Jeune Afrique qu’: « A Tobrouk (est), devant l’hôtel où siège momentanément le Parlement élu, une voiture piégée a explosé alors que les députés étaient réunis au rez-de-chaussée, selon le porte-parole de l’assemblée, Faraj Bou Hachem, en faisant état de dégâts légers».

L’Orient Le Jour pour sa part, affirme que le : « Dimanche, la mission de l’ONU en Libye (Unsmil), qui cherche à réunir les protagonistes le 5 janvier, a appelé à un arrêt des violences notamment les raids à Sedra, affirmant que l’absence de mesures en vue d’une désescalade aboutirait à « une guerre totale » en Libye. »

La situation, on ne peut plus préoccupante, de la Libye a incité le président nigérien Mahamadou Issoufou à déclarer récemment que la communauté internationale ne peut plus se contenter de regarder la situation sans rien faire. Car elle risquerait, si l’on n’y prend garde, d’atteindre bien d’autres pays du Sahel aux portes desquels les Jihadistes ont déjà l’arme au pied. Dont acte !

Commentaires