Zambie Le nouveau président Edgar Lungu, face aux enjeux du cuivre

Après avoir remporté les élections présidentielles, Edgar Lungu a été investi nouveau président de la Zambie le dimanche 25 janvier. Il succède ainsi, au président Michael Sata qui est décédé à Londres en octobre dernier. Reste maintenant qu’il doit faire face au défi du cuivre concernant le nouveau régime de l’impôt minier qui a failli lui coûter les élections.

Edgar Lungu, le nouveau président de la Zambie.Edgar Lungu, le nouveau président de la Zambie.

Le candidat du Front patriotique (FP), Edgar Lungu, a gagné 48,33% des voix contre 46,67% pour son rival, Hakainde Hichilema, du Parti uni pour le développement national (UPND), selon les résultats officiels de la Commission électorale. Après avoir remporté in extrémiste cette élection, dans un scrutin qualifié de « simulacre » par l’opposition, Edgar Lungu doit maintenant faire face au grand enjeu de ces élections présidentielles, il s’agit notamment du dossier cuivre.

C’est ce qu’avait souligné Jeune Afrique dans l’une de ces parutions en indiquant que : « La principale richesse du pays est devenue un véritable enjeu électoral après que le gouvernement a relevé le 1er janvier de 6% à 20% le montant des taxes sur les mines. Une mesure dénoncée par Hakainde Hichilema, le candidat de l’UPND ».

RFI avait aussi affirmé pour sa part que : « Le cuivre est la principale ressource de la Zambie et il pèse lourd aujourd’hui dans le scrutin présidentiel. Jusqu’à présent largement favori, Edgar Lungu, membre du gouvernement sortant et dauphin du président Sata décédé en octobre dernier, est aujourd’hui contesté pour avoir soutenu la hausse des taxes sur les revenus des minerais. Essentiellement du cuivre en Zambie, huitième producteur mondial, deuxième producteur d’Afrique ».

Pour le journal www.lesafriques.com qui évoque la cérémonie d’investiture de Lungu au sujet d’un début de résolution de la crise : « Edgar Lungu a aussi affirmé que son gouvernement est ouvert au dialogue avec les sociétés minières en ce qui concerne le régime de l’impôt minier. Mécontentes de ce régime, certaines sociétés minières menacent de suspendre la production. Le nouveau président a expliqué que son gouvernement voulait assurer un environnement propice à la croissance du secteur privé. Le secteur minier représente environ 70% des recettes en devise de la Zambie ».

Passé la campagne électorale et la solennité de l’investiture du nouveau président zambien, commence maintenant le plus dur. Tenir ses promesses électorales, dans un contexte économique particulièrement difficile pour le pays. Les Zambiens auront le temps de juger Edgar Lungu sur les actes et non sur les promesses de campagne électorale.

Commentaires