LIBYE – L’Etat islamique (EI) va-t-il précipiter une intervention ?

Depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est plongée dans un chaos indescriptible et les populations sont livrées à la merci des différentes factions et milices qui se disputent le pouvoir à Tripoli et dans le reste du pays. Le changement tant espéré par l’intervention occidentale en Libye a donc viré au cauchemar, pire que les Occidentaux n’avaient soupçonné. Et l’emprise progressive de l’Etat islamique sur des groupes jihadistes libyens commence à inquiéter tout le monde.

Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi.Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi.

La résolution du conflit libyen par la voie diplomatique semble maintenant s’éloigner et laisser peu à peu la place au doute. Et pourtant, l’on croyait que les négociations de paix de Genève en Suisse entre les différents protagonistes étaient une grande avancée vers la paix.

L’affiliation de certains groupes libyens à l’Etat islamique (EI) est certainement pour beaucoup dans le changement d’attitude observé au sein de la communauté internationale. Non seulement, la situation sur place en Libye s’est détériorée davantage ces derniers jours, mais l’EI a encore jeté de l’huile sur le feu récemment. En diffusant le 15 février une vidéo qui montre la décapitation de plusieurs personnes qu’il a présentée comme 21 Egyptiens de confession chrétienne copte qui ont été kidnappés en Libye. L’Eglise copte orthodoxe et la célèbre Al-Azhar – institution théologique de l’islam sunnite -, du Caire ont vivement condamné ces exécutions qu’elles ont qualifié de « barbares ». Partout dans le monde, des condamnations se sont élevées contre l’Etat islamique et ses pratiques. Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, qui a fait décréter un deuil national d’une semaine en Egypte, a par ailleurs indiqué que l’Egypte s’accorderait « le droit de répliquer de la manière et au moment adéquat, pour punir ces assassins ».

La Libye est actuellement livrée à différentes factions qui se battent pour le contrôle du pouvoir à Tripoli et dans le reste du pays.La Libye est actuellement livrée à différentes factions qui se battent pour le contrôle du pouvoir à Tripoli et dans le reste du pays.

Pour sa part, l’Italie – ancienne puissance coloniale – et qui est aux portes de la Libye a clairement fait savoir qu’elle serait disposée à prendre la tête coalition internationale dans le cadre de l’ONU, et d’envoyer plus de 5 000 soldats sur place en cas d’échec de la résolution de la crise libyenne par voie diplomatique. Parlant de la situation en Libye, la ministre de la Défense italienne, Roberta Pinotti, a en effet laissé entendre : « Cela fait des mois que nous discutons de l’option de dépêcher des militaires en Libye mais maintenant, cela devient une urgence ». Rome qui a déjà fermé son ambassade à Tripoli, a également invité ses ressortissants à quitter le pays. Faut-il le souligner, la menace jihadiste n’est maintenant plus loin de l’Italie. Et l’affiliation de plusieurs groupes jihadistes libyens à l’Etat islamique pourrait précipiter une nouvelle intervention de la communauté internationale au pays de l’ex-guide libyen Mouammar Kadhafi.

Commentaires