MAROC – Rabat et sa Tour Hassan (Episode 8)

La Tour Hassan II à Rabat.La Tour Hassan II à Rabat.

 

Par le plus grand des hasards, j’ai logé à Rabat dans l’hôtel qui avait accueilli « Les Ecureuils du Bénin », l’équipe nationale de football de mon pays, lors des éliminatoires de la de la Coupe d’Afrique des Nations juniors (CAN Juniors), édition 2005. Ainsi qu’on me l’apprit à la réception dès l’arrivée.
Rabat est une escale obligatoire pour toux ceux qui vont en Mauritanie. Car, c’est seulement ici que sont délivrés les visas à l’Ambassade de la République Islamique de Mauritanie. Je suis contraint avec mes compagnons d’y passer notre week-end pour ne prendre nos visas que le lundi. Tant qu’à faire, le temps sera bel et bien mis à profit pour visiter les principaux sites de la capitale marocaine. A commencer par le palais du roi Mohamed VI.

Le palais du roi Mohamed VI à Rabat.Le palais du roi Mohamed VI à Rabat.

Après les vérifications de nos passeports, je me suis hasardé jusqu’à l’entrée principale des quartiers du roi avant d’être stoppé par la garde royale. Dans cet immense domaine qui vaut tout un quartier de la ville, l’on retrouve aussi bien des murs d’époque ancienne que des bâtiments d’une modernité encore plus récente. Autant dire que c’est toute une ville dans la ville de Rabat.

La Tour Hassan est le symbole de Rabat. Et tous les Marocains en sont fiers, d’autant que son fondateur, le célèbre Yacoub Al Mansour, troisième sultan de la dynastie des Almohades qui régna de 1184 à 1199, fut celui qui a vaincu les Espagnols au 12eme siècle. La tour qui était prévue pour mesurer plus de 60 mètres n’en n’atteignît jamais que 44 en 1196. Sa mosquée couvre une superficie de plus de 25.000 mètres carrés. Dans la même enceinte, se trouve le mausolée Mohamed V dans lequel l’on peut voir les tombes de Mohamed V, de feu le roi Hassan II (le père de l’actuel roi Mohamed VI) et du prince Abdallah.

 

L'une des entrées de la Nécropole du Chellah à Rabat.L’une des entrées de la Nécropole du Chellah à Rabat.

A l’entrée de la Nécropole du Chellah, j’ai été accueilli par deux joueurs de tambours Noirs qui nous ont offert un spectacle de rythme et de danse endiablées avant la visite à proprement parler. Je n’ai pas hésité à aller déposer quelques pièces dans leur plateau de quête. A l’intérieur de ce site, le jardin très fleuri est une attraction autant que les différents cimetières où les murs qui, à vue d’œil, datent d’une époque très ancienne.
Rabat est une capitale africaine moderne. Et pour y circuler quand vous êtres étranger, il faut bien se munir d’une carte de la ville. On peut cependant se perdre comme j’en ai fait l’expérience. En ce sens que plusieurs boulevards, avenues ont été débaptisés. Il faut donc savoir demander sa route par moments à l’habitant dont la gentillesse ne vous fera pas défaut.

 

A lire aussi: Episode 1, Episode 2, Episode 3, Episode 4, Episode 5, Episode 6 et Episode 7 du voyage Paris-Cotonou.

Commentaires