Centrafrique Vers une nouvelle transition ?

Des informations circulaient déjà depuis longtemps à propos des fameuses négociations secrètes de Nairobi au Kenya sur l’avenir de la Centrafrique. L’accord qui vient d’être signé au pays de Uhuru Kenyatta entre le camp de François Bozizé et celui de son tombeur Michel Djotodia scelle une nouvelle transition. Mais, à Bangui, les autorités semblent crier au complot, et appeler la communauté internationale au secours.

La présidente de la transition en Centrafrique, Catherine Samba-Panza.La présidente de la transition en Centrafrique, Catherine Samba-Panza.

Il y a déjà plusieurs semaines que les autorités de transition de Bangui ont eu vent des tractations secrètes qui se déroulaient à Nairobi au Kenya. La chose pourrait passer pour banale, si lesdites négociations ne se passaient pas à leur plus grand insu, et sans qu’elles n’en soient consultées ou particulièrement impliquées.

Aujourd’hui, l’on peut l’affirmer sans grand risque de se tromper, un accord a bel et bien été trouvé entre les camps des ex-président François Bozizé et Michel Djotodia pour faire baisser la tension en Centrafrique et ouvrir une nouvelle transition plus propice à un retour à la paix et la sécurité dans le pays. Cela s’est passé à la suite d’une rencontre préalable entre les deux frères ennemis, sous les auspices du président kenyan, Uhuru Kenyatta, et à la demande du président congolais Denis Sassou Nguesso, désigné médiateur officiel pour la Centrafrique.

A Bangui, l’équipe de la présidente de transition, Catherine Samba-Panza du reste en froid avec le médiateur congolais semble y voir un complot ourdi contre sa présidente plutôt qu’autre chose. Il n’empêche cependant que les négociations de Nairobi parrainées par le président congolais Denis Sassou Nguesso ont formellement reçu le soutien de l’Union africaine (UA). C’est tout dire.

Les accords de Nairobi esquissent donc inévitablement une nouvelle transition en Centrafrique. Avec, entre autres, selon les grandes lignes : une « révision de la charte de transition » et une « reconstitution du gouvernement national de transition ». Dont acte !

Commentaires