MALI / TERRORISME – Bamako touché en plein cœur par un attentat

Bamako, la capitale du Mali a été victime d’un attentat. L’endroit visé n’est pas le fait du hasard, puisqu’il est fréquenté par des Occidentaux. On y dénombre cinq morts dont un Français, un Belge et deux Maliens aux dernières nouvelles.

La police malienne poursuit son enquête sur l'attentat de Bamako.La police malienne poursuit son enquête sur l’attentat de Bamako.

 

L’attaque terroriste de Bamako qui a eu lieu dans la nuit du 6 au 7 mars a visé le très fréquenté restaurant La Terrasse, dans la rue Princesse, et dans un quartier très couru de l’Hippodrome par les Occidentaux. Bilan : cinq morts dont deux Occidentaux (un Français, un Belge, un autre dont la nationalité n’est pas encore déterminée) et deux Maliens au moment où nous mettions en ligne.

Il s’agit, selon des sources concordantes, d’une opération qui a été organisée par plusieurs assaillants. Et les choses sont allées si vite. C’est peu après minuits que deux hommes cagoulés auraient fait irruption sur l’étage de La Terrasse où ils ont ouvert le feu. A en croire certaines sources, les assaillants auraient ensuite pris la fuite à bord d’un véhicule qui les attendait en criant« Allah Akbar » (Dieu est grand). En jetant des grenades sur leur passage.

Hormis l’arrestation de deux suspects par la police qui finalement n’y sont pas impliqués, l’enquête se poursuit pour essayer de déterminer l’origine et les auteurs dudit attentat. On se souvient que le Nord du Mali fut occupé par des jihadistes en 2012. Et depuis l’intervention française au Mali dans le cadre de l’ « Opération Serval», c’est la première fois que la capitale, Bamako, est directement visée par un acte terroriste. Tout en déconseillant les déplacements aux Français, le Consulat général de France à Bamako les a, par ailleurs, invité à rassurer leurs proches. Dans un communiqué rendu public le 7 mars, le gouvernement malien a présenté « ses condoléance attristées aux familles de toutes les victimes ainsi qu’aux  pays dont les citoyens en mission au service du Mali viennent d’y laisser la vie ». Et il a tenu à préciser sa détermination à œuvrer pour la recherche de la paix en ces termes : « Le Gouvernement du Mali reste attaché à la recherche de la paix et ne se laissera pas intimider par ceux qui n’ont d’autres desseins que de faire éloigner les perspectives de la paix et de la concorde entre les Maliens. Il en appelle à la solidarité nationale, à la vigilance de tous et de chacun pour conjurer la violence sous toutes ses formes, parce que contraires à nos valeurs socioculturelles ».

Pour sa part, le gouvernement français a vivement condamné cet attentat par la voix du président François Hollande qui l’a qualifié de « lâche attentat». Il a aussi offert son aide au gouvernement malien quant aux investigations.

 

 

 

Commentaires