MAROC – Agadir, entre El Jadida et Tiznit (Episode 12)

A l’évocation d’Agadir au Maroc, beaucoup ne pensent souvent qu’à la ville qui est désormais devenue la célèbre station balnéaire de par le monde. Mais il ne faut pas oublier, par devoir de mémoire, qu’elle fut aussi une ville martyr, lorsque le 29 février 1960, un terrible tremblement de terre la ravagea. Comme en témoignent quelques vestiges encore.

La traversée de la ville d'Agadir.La traversée de la ville d’Agadir.

 

Je quitte El Jadida avec un petit pincement au cœur. Mais surtout avec le ferme espoir d’y retourner un jour. Car il faut bien partir. En direction de Tiznit cette fois-ci. Commence alors à se succéder de beaux paysages de plantations d’oliviers et d’argan, de maisons et de clôtures en pierre, de collines…Impossible de se lasser de contempler les collines, les hommes et leurs chevaux ou leurs ânes.

Puis, au bout d’un moment, nous arrivons à l’endroit où la route serpente sur le flanc des collines, tantôt pour monter tantôt pour descendre. Ici, le conducteur n’a pas droit à la moindre erreur d’appréciation. Au risque que nous nous retrouvions au bas des collines sans aucun espoir de survie.

Sur plusieurs kilomètres à travers de magnifiques paysages, la route finit par descendre au plus bas niveau de la mer à la périphérie d’Agadir, la superbe. A l’entrée d’Agadir, quelques vestiges du tremblement de terre qui ravagea la ville le 29 février 1960 sont encore perceptibles avant la nouvelle ville qui a été entièrement reconstruite suivant des normes parasismiques désormais obligatoires. Agadir est entre montagne et mer. Et c’es actuellement le plus grand centre balnéaire du Maroc qui connaît une forte fréquentation touristique. Beaucoup d’étrangers y résident, du reste, en permanence également.

Au lieu de marquer notre escale en ce merveilleux endroit, nous avons préféré nous arrêter là où la nuit nous surprend. Et c’est à Tiznit. Comble de surprise, nous posons nos valises dans un hôtel qui a choisi de s’appeler Hôtel de Paris. Mes compagnons et moi, nous nous sommes laissés tentés par ce réceptif au nom, on ne peut plus évocateur. Avant de nous rendre compte qu’à Tiznit, nous étions vraiment bien loin de Paris. Qu’importe ! Entre un quatre étoiles à Rabat, un deux étoiles à El Jadida et un Hôtel de Paris à Tiznit, nous faisons avec.

 

A lire aussi: Episode 1, Episode 2, Episode 3, Episode 4, Episode 5, Episode 6, Episode 7, Episode 8, Episode 9, Episode 10 et Episode 11 du voyage Paris-Cotonou.

Commentaires