MAROC-MAURITANIE – Frontières: le casse-tête marocain et mauritanien (Episode 15)

Pour traverser la frontière entre le Maroc et la Mauritanie, il faut s’armer de patience. Par les temps qui courent, les fouilles sont méticuleuses et les policiers tatillons. Mais il n’y a pas seulement que les questions de sécurité qui méritent de telles fouilles, en Mauritanie en l’occurrence.

Tombée de la nuit en Mauritanie après une longue attente aux frontères marocaine et mauritanienne.Tombée de la nuit en Mauritanie après une longue attente aux frontères marocaine et mauritanienne.

 

Si nous avons passé 2 heures à la frontière pour sortir du Maroc, nous avons passé encore plus de 3 heures pour entrer en Mauritanie. Sous un soleil de plomb. C’est tout ce qu’il y a de rebutant dans ce genre de voyage.

A l’entrée de la République islamique de Mauritanie, toutes les malles qui sont sur la galerie de notre voiture 4 X 4 ont été passées au peigne fin par les policiers. Les quelques six canettes de bière qui nous restaient dans notre frigo ont été confisquées sans sourciller. Deux de nos compagnons de route ont malheureusement payé le plus lourd tribut : un carton de canettes de bière et vingt cinq bouteilles de vin.
Après ces tracasseries, nous reprenons la route à destination de Nouakchott, la capitale de la Mauritanie. Il n’en faut pas plusieurs kilomètres pour tomber sur un vent de sable. Entre les chameaux et les ânes, Alexandre Camp fait attention. De la frontière à Nouakchott, tout n’est que désertique. En dehors de quelques campings au bord de la voie, il n’y a pas une seule grande agglomération. Des dunes se succèdent aux dunes.
Dès le départ, nous avions prévu de ne pas rouler la nuit. Qui pis est en Mauritanie où les menaces d’AQMI sont prises très au sérieux. Mais pour relier Nouakchott, nous y sommes contraints pendant deux heures.

 

A lire aussi: Episode 1, Episode 2, Episode 3, Episode 4, Episode 5, Episode 6, Episode 7, Episode 8, Episode 9, Episode 10, Episode 11, Episode 12, Episode 13 et 14 du voyage Paris-Cotonou.

Commentaires