REVUE DE PRESSE / FRANCE– Le Front national progresse malgré tout…

Le Front national (FN) de Marine Le Pen réalise son meilleur score aux élections départementales, sans pour autant faire un raz-de-marée comme beaucoup le craignaient. Et c’est l’UMP qui s’en sort bien, même si le Parti socialiste (PS) au pouvoir fait de la résistance.

Le Premier ministre français, Manuel Valls.Le Premier ministre français, Manuel Valls.

 

 

Les élections départementales étaient attendues en France avec une certaine appréhension quant au score du Front national (FN) de Marine Le Pen.Depuis que plusieurs sondages l’avaient mise en tête du scrutin, ils étaient légion à se demander comment les électeurs allaient se comporter. RFI reprend dans les colonnes de son site http://www.rfi.fr, les propos de Marine Le Pen et écrit : « J’avais dit qu’à partir de 20 %, c’était un succès, à 25, c’était un triomphe. Eh bien clairement c’est un triomphe ce soir », s’est félicitée Marine Le Pen. Jamais l’extrême droite n’avait été aussi forte dans une élection locale. Marine Le Pen est en passe de réussir l’enracinement du Front national, un passage obligé avant la présidentielle ».

 

On ne saurait ignorer que, d’une élection à l’autre, lentement mais sûrement, le FN continue à séduire des électeurs en l’absence d’actions alternatives concrètes face aux difficultés socioéconomiques que les Français vivent actuellement. Les résultats des actions du Premier ministre, Manuel Valls, tardent à produire les résultats escomptés. Et les Français s’impatient au point de commencer à se détourner petit à petit des partis classiques auxquels ils accordaient leurs suffrages par le passé. Pour éviter la perte de vitesse du Parti socialiste (PS) lors de ces départementales, le Premier ministre socialiste n’a donc pas eu le choix que de descendre dans l’arène. Et mener la vie dure au FN de Marine Le Pen.

 

France Info revient sur la stratégie du Parti socialiste pour essayer de contrer la montée du Front national. Le journal note qu’à la lumière des résultats, Manuel Valls, le Premier ministre était visiblement soulagé. D’autant plus qu’il croit en l’efficacité de sa stratégie de dramatisation et de stigmatisation du Front national. Et d’écrire sur son site http://www.franceinfo.fr : « François Hollande soutient sa stratégie, le président de la République a suivi les résultats depuis l’Elysée. Il a noté avec gourmandise que son ami Bernard Combes, le maire socialiste de Tulle, a presque été élu dès le 1er tour mais le chef de l’Etat retient surtout que la gauche a disparu du paysage dans au moins un quart des cantons ». 

 

A y regarder de près, le PS peut pousser un grand ouf de soulagement, face à l’apocalypse qui était prédite. Mais la bataille est loin d’être terminée. Il faudra dorénavant au parti bien du travail pour remonter la pente.

Le site de 20 Minuteshttp://www.20minutes.fr, dans une édition consacrée aux départementales en France, indique que : « Dans le plus vaste département d’Ile-de-France et le plus rural aussi, le PS, qui a recueilli 13,78% des voix, ne sera présent en ballottage que dans sept cantons sur les 23. Il arrive loin derrière le FN (31,20%) et l’UMP (26,89%). Le parti d’extrême droite sera présent dans 19 cantons dimanche prochain, dont huit où il est arrivé en tête. Trois duels l’opposeront à la gauche ».

Commentaires