ITALIE / IMMIGRATION – La justice italienne se saisit du naufrage des migrants en Méditerranée

La justice italienne a décidé d’inculper le commandant du bateau qui a fait naufrage il y a quelques jours au large des côtes libyennes. Il en est de même d’un des passeurs des migrants dont plus de 800 sont aujourd’hui portés disparus en mer méditerranée.

 

Un bateau transportant des migrants africains en mer méditerranée.Un bateau transportant des migrants africains en mer méditerranée.

 

 

Un nouveau drame est intervenu en mer méditerranée le 19 avril dernier. A la suite du naufrage d’un chalutier qui transportait des migrants, plus de 800 d’entre eux sont portés disparus, pour ainsi dire.

 

RFI cite  Flavio di Giacomo à propos du drame du naufrage. Dans les colonnes de son site http://www.rfi.fr, on peut lire : « Il n’y a pas eu beaucoup de différences, contrairement aux autres fois. Car les autres nationalités, les Asiatiques, les Syriens aussi, peuvent rester dans la partie supérieure [du bateau] qui est plus sûre dans le cas d’un naufrage, explique Flavio di Giacomo, porte-parole de l’OIM, joint à Catane.

Très souvent, il y a des différences de traitement entre nationalités. Les Subsahariens sont toujours considérés comme des personnes moins valables. Ils paient aussi moins, bien entendu, par rapport aux Syriens. Mais généralement, ce n’est pas seulement de l’argent, c’est vraiment qu’ils considèrent les Subsahariens comme des objets et c’est pour ça qu’ils les amassent dans la partie la plus dangereuse du bateau. »

 

D’après les premières informations, Mohammed Ali Malek, un Tunisien de 27 ans, et  commandant du chalutier, serait à l’origine de la catastrophe. Le journal français Libération fait le point de l’enquête sur ce naufrage qui a été confié au parquet de Catane. Sur son site http://www.liberation.fr, il écrit : « Pour les procureurs en charge de l’enquête, l’homme a provoqué le naufrage en surchargeant son navire et se montrant incapable de le manœuvrer à l’approche d’un cargo portugais venu le secourir, et avec qui il est entré en collision.

Le parquet a assuré que l’équipage de ce cargo, qui a été le premier à intervenir après l’appel de détresse lancé par le chalutier dans la nuit de samedi à dimanche au large de la Libye, «n’a en rien contribué» à ce drame. Le bilan du naufrage est officiellement de 24 morts et 28 survivants mais le nombre des disparus est estimé à environ 800 par les organisations humanitaires internationales ».

 

Les premiers éléments de l’enquête sont manifestement à charge du commandant du bateau. En cause, ses manoeuvres qui ont porté un coup fatal à l’opération de sauvetage et occasionné le naufrage en question. Selon http://www.metronews.fr: « Celui-ci aurait en fait deux causes principales : « d’une part les fausses manœuvres décidées par le commandant du chalutier qui dans la tentative d’aborder le cargo, a provoqué la collision avec ce bateau plus grand ». « D’autre part, la surcharge en passagers du chalutier, qui a été déséquilibré par ces fausses manœuvres et par le déplacement des migrants à bord ».

Le journal Metro News souligne, par ailleurs que la justice italienne charge le capitaine du bateau, en établissant en effet sa responsabilité directe dans la collision qui a entraîné le drame.

Commentaires