ITALIE / IMMIGRATION – L’Italie fait face à l’afflux sans cesse de migrants africains

Les dernières nouvelles en date du 19 avril indiquent qu'un bateau vient de chavirer au large de la Libye, avec plusieurs centaines de migrants à bord. Il est difficile de savoir combien ils sont encore en Libye ou ailleurs à tenter de gagner les côtes européennes, au péril de leur vie. Mais une chose est sûre, ils sont encore des milliers. Et la question de ces migrants africains qui se jettent à la mer en quête d’un hypothétique eldorado en Europe mérite une réflexion globale pour une solution globale.

 

Un bateau transportant des migrants africains en mer méditerranée.Un bateau transportant des migrants africains en mer méditerranée.

 

 

RFI souligne des propos du Pape François dans les colonnes de son site http://www.rfi.fr: « Je voudrais exprimer ma gratitude à l’Italie, qui a entrepris d’accueillir les nombreux migrants cherchant refuge, au prix de leur vie », a déclaré le pape François samedi. Le souverain pontife a exhorté la communauté internationale à agir face à la succession des épisodes tragiques marquant l’afflux de migrants tentant, au péril de leur vie, de gagner l’Italie depuis l’Afrique du Nord. « Il est évident que l’ampleur de ce phénomène requiert une plus grande implication. Nous ne devons pas nous lasser dans nos tentatives de solliciter une réponse plus globale au niveau européen et international », a ajouté François.

L’arrivée d’un bateau transportant plusieurs centaines de migrants en provenance d’Afrique Subsaharienne pour la plupart sur les côtes italiennes a été suivie d’une polémique. En effet, nombre de ces migrants ont été accusés d’avoir jeté par-dessus le bateau à la mer d’autres migrants, tout simplement parce qu’ils étaient de confession chrétienne.

 

A travers son site, http://www.leparisien.fr, le journal Le Parisien écrit que : « Contrairement à leurs victimes, ils ont réussi à atteindre l’Europe. Mais à peine le pied posé sur le sol italien, ils ont été inculpés. Quinze immigrés d’origine africaine et de confession musulmane ont été arrêtés jeudi à leur arrivée en Sicile pour avoir, selon des témoins, jeté par-dessus bord douze réfugiés chrétiens après une dispute sur le bateau les transportant en Méditerranée, a annoncé la police de Palerme.Les quinze hommes, de nationalité ivoirienne, malienne et sénégalaise, étaient arrivés mercredi dans le port sicilien à bord du navire Ellensborg qui les avait recueillis. Ils ont été inculpés jeudi d’«homicide multiple, aggravé par la haine religieuse».

 

En dépit des nombreuses victimes dans la mer méditerranée, les vagues de migrants en provenance d’Afrique Noire en particulier ne semblent pas s’arrêter. Outre le fait que certains auraient été délibérément jetés en mer à cause de leur religion, près de 400 autres seraient portés disparus.

Le Monde, sous le titre on ne peut plus évocateur « La Libye, plaque tournante de l’émigration africaine », indique que si la Libye a de tout temps été historiquement une terre de transit, la chute de Mouammar Kadhafi et le chaos actuel en a accentué le phénomène. On peut ainsi lire dans http://www.lemonde.fr: « Les catastrophes se suivent dans l’indifférence quasi générale : 400 personnes seraient mortes dimanche 12 avril sur les quelque 550 que transportait une embarcation de fortune partie des côtes libyennes. Ce nouveau naufrage en Méditerranée, sur l’une des routes les plus meurtrières du monde, illustre la situation alarmante des migrants installés en Libye, et, plus encore, de ceux qui ne font que transiter par ce pays en plein chaos ».

 

Il est bien de rester solidaire avec les migrants et les pays qui les accueillent. Mais il ne s’agit guère d’une solution pour juguler le phénomène, encore moins l’arrêter. Tant que les nations occidentales ne feront pas preuve d’exigence en matière de bonne gouvernance et de démocratie vis-à-vis des pays d’origine, ledit phénomène ira en s’accentuant au fil des années.

Commentaires