BURUNDI – Le coup d’Etat du général Godefroid Niyombaré a tourné à l’échec

Le coup d’Etat perpétré par le général Godefroid Niyombaré et ses hommes depuis le matin du 13 mai à Bujumbura a finalement tourné à l’échec. C’est le moins que l’on puisse dire, après que des hauts gradés du camp des putschistes aient eux-mêmes fait cet aveu.

 

Le général Godefroid Niyombare, ancien chef des services secrets du Burundi.Le général Godefroid Niyombare, ancien chef des services secrets du Burundi.

Selon les dernières informations en provenance de Bujumbura, la capitale du Burundi, les putschistes se seraient retranchés dans le quartier de Kibenga. Les soldats loyalistes seraient alors allés à leur poursuite afin de tenter de les y déloger. A la suite de diverses tractations, le général Godefroid Niyombaré a fini par annoncer leur reddition.

 

Après deux tentatives d’assaut infructueux contre la Radio télévision nationale burundaise (RTNB), les  hommes général Godefroid Niyombaré avaient dû replier face à la détermination des loyalistes.

 

Il faut dire par ailleurs qu’auparavant, les Etats-Unis avaient condamné le coup d’Etat en déclarant qu’ils ne reconnaissaient que Pierre Nkurunziza comme « président légitime ». L’Union africaine également. Dans une déclaration dès le 13 mai, la présidente de la Commission, Nkosazana Dlamini-Zuma, avait appelé au retour à l’ordre constitutionnel. Pour sa part, tout en condamnant le coup d’Etat, le Conseil de sécurité de l’ONU avait appelé le 14 mai au calme ainsi qu’à des élections crédibles, à l’issue de ses consultations à huis clos.

Le . Par Tcha Sakaro.

Commentaires

  1. Le , Michael LAYOTA a dit :

    Pour notre part, nous pensons que pour atteindre leurs objectifs, les decideurs politiques devrons prendre en compte l’opinion du peuple avant toute tentative. Les africains devrons aussi revoir leur politique de gouvernance.