CEMAC – Le sommet de Libreville décide de la libre circulation des personnes

La conférence des Chefs d’Etat de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) a eu lieu à Libreville au Gabon, le 6 mai dernier. L’une des décisions phares qui en a résulté est l’autorisation immédiate de la libre circulation des personnes au sein de l’espace CEMAC.

 

 

Les chefs d'Etat et de gouvernement du 12ème sommet de la CEMAC.Les chefs d’Etat, de gouvernement et de délégation du 12ème sommet de la CEMAC à Libreville au Gabon.

 

La conférence des Chefs d’Etat de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) a tenu sa session ordinaire à Libreville au Gabon, le 6 mai dernier. Outre les chefs d’Etat Ali Bongo Ondimba du Gabon, Denis Sassou N’Guesso du Congo, Idriss Déby Itno du Tchad, Obiang Nguema Mbasogo de Guinée Equatoriale, le Premier ministre Mahamat Kamoun représentant la présidente de la transition Catherine Samba-Panza de Centrafrique, le président du Conseil économique et social Luc Ayang représentant le président Paul Biya du Cameroun, plusieurs autres personnalités ont représenté leur pays ainsi que la CEMAC.

 

La douzième rencontre au sommet de cette communauté économique sous régionale a fait le tour d’horizon de la situation qui prévaut en Afrique, avec notamment les questions sécuritaires liées à la secte islamiste Boko Haram dont les actions terroristes affectent à la fois l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Bien évidemment, l’instabilité sociopolitique en Centrafrique n’a pas été occultée et le président congolais, Denis Sassou N’Guesso, a été exhorté par ses pairs dans sa médiation. Du reste, les participants à cette rencontre ont émis le vœu que « le forum national de réconciliation en cours à Bangui, soit conduit avec sérénité et détermination et éclose d’un processus irréversible vers la sortie définitive de crise et le retour à la paix ».

 

Mais au-delà de ces questions préoccupantes, le président de la Commission de la CEMAC, Pierre Moussa, a présenté aussi le point des différentes réformes au plan de l’intégration monétaire et économique, des politiques sectorielles communes, du Programme Economique Régional (PER) ainsi que du mécanisme de financement de la Communauté, la Taxe Communautaire d’Intégration (TCI). Et sur toutes ces réformes, il a invité les chefs d’Etat et de gouvernement à plus de volonté politique soutenue pour accompagner leur accomplissement.

 

Dans le communiqué final des chefs d’Etat, de gouvernement et de délégation qui a été publié à l’issue de ce sommet, on peut lire notamment : « Examinant la question de la libre circulation des personnes, la Conférence a décidé de l’application immédiate de l’Acte additionnel y relatif sur l’ensemble du territoire de la CEMAC. A cet effet, les ressortissants des pays de la CEMAC sont autorisés à circuler sans visa, à l’intérieur du territoire communautaire, munis soit de la carte d’identité biométrique, soit du passeport biométrique, soit du passeport CEMAC biométrique homologué ». L’autre décision phare de ce sommet aura été également, celle des chefs d’Etat, de gouvernement  et de délégation de renoncer au projet de la Compagnie communautaire Air CEMAC. En raison des nombreuses difficultés rencontrées pour la mise en route de celui-ci.

 

 Concernant les négociations quant à l’Accord de Partenariat Economique (APE) entre l’Afrique Centrale et l’Union Européenne, mandat a été donné au président gabonais, Ali Bongo Ondimba, pour conduire la gestion de ce dossier. Objectif : obtenir un APE régional, complet et équilibré avec l’Union européenne. A propos de la candidature de Kordjé Bedoumra, actuel ministre des Finances et du Budget du Tchad au poste de président de la Banque africaine de développement (BAD), les Chefs d’Etat, de gouvernement et de délégation lui ont apporté, à l’unanimité, leur soutien.

 

La 13ème session ordinaire de la conférence des chefs d’Etat de la CEMAC se tiendra à Malabo, en Guinée Equatoriale. Ainsi, le président Obiang Nguema Mbasogo prend dorénavant la présidence en exercice de ladite institution sous régionale. Engagement a été par ailleurs pris par les différents chefs d’Etat, de gouvernement et de délégation pour faire en sorte que les sommets se tiennent régulièrement, conformément aux dispositions en vigueur au sein de la CEMAC.

 

 

 

Commentaires