CENTRAFRIQUE – Le Forum de la dernière chance pour les Centrafricains ?

Le Forum de réconciliation des Centrafricains entame ses travaux à Bangui. Les quelque 600 participants à ce rendez-vous historique devraient s’évertuer à trouver une issue acceptable par tous à la crise qui a plongé le pays dans la guerre civile depuis la chute du président François Bozizé.

Catherine Samba-Panza, la présidente de la transition en Centrafrique.Catherine Samba-Panza, la présidente de la transition en Centrafrique.

On pourrait presque dire que le Forum de Bangui qui s’est ouvert le 4 mai est celui de la dernière chance pour le peuple centrafricain. Si les 600 participants invités à cette rencontre pour trouver des voies et moyens afin de sortir du cercle infernal de violence que connaît la Centrafrique ne parviennent pas à un compromis, le pays en sera affecté durablement.

 

A la suite des accords de Brazzaville de juillet 2014, l’objectif final du Forum de Bangui serait de sortir le pays de sa transition en cours. A travers un compromis avec toutes les composantes du pays et particulièrement les différents mouvements armés. Ce qui permettrait d’entrevoir l’organisation des élections, grâce à la paix et la sécurité que l’on espère au lendemain de ces assises de réconciliation.

 

Beaucoup de Centrafricains espèrent en effet que la tenue des élections va leur permettre de sortir d’une transition malmenée par différents acteurs de la crise centrafricaine. « J’attends impatiemment ce temps fort, des élections qui conditionnent surtout le rétablissement de nos Forces de défense, qui signifie le retour à la vie normale du peuple centrafricain. J’attends encore impatiemment cette personnalité de courage, de consensus, de justice, de qualité, éprise de l’intérêt collectif … qui saura redresser notre pays pour le bien-être, la dignité et la fierté de tous les Centrafricains », a déclaré Regina Konzi Mongot, Ministre-Conseiller en charge des Urgences Humanitaires au cabinet du Premier ministre centrafricain. Comme elle, ils sont légion les Centrafricains qui sont lassés par la situation qui prévaut depuis la chute du président François Bozizé et dont ils ont du mal à en apercevoir l’issue de manière évidente.

Commentaires