ETHIOPIE – La Guinée Equatoriale veut financer la construction du siège des Services de renseignements de l’Union africaine

L’initiative de la Guinée Equatoriale qui a décidé de financer la construction du siège des Services de renseignements de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba est certes louable. Quand on sait que le siège de l’Union africaine est l’œuvre de la Chine. Mais qu’en pensent les Equato-Guinéens et les Africains ?

 

 Le chef de l'Etat équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema.Le chef de l’Etat équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema.

 

A l’occasion de la tenue du 8 au 10 juin dernier à Malabo de la 12ème conférence du Comité ministériel des services d’information et de sécurité pour l’Afrique (CISA), c’est le ministre délégué de la Guinée-Equatoriale chargé de la sécurité extérieure, Juan Antonio Biang Nchuchuma, qui a été désigné pour présider ledit comité.

 

Le 10 juin, à la clôture de cette rencontre sécuritaire, le chef de l’Etat équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema, a porté à la connaissance des représentants du continent que la Guinée Equatoriale a décidé  de financer la construction du siège des Services de renseignements de l’Union africaine. C’est le vice-président équato-guinéen, Juan Antonio Bibang Nchuchuma, qui a lu le message en question à l’attention des délégués à cette réunion. Il a, par ailleurs, rappelé qu’en 2004, le président Teodoro Obiang Nguema avait demandé l’institution au sein de l’UA d’un service d’information (ou service de renseignements) et de sécurité pour l’Afrique.

 

Le siège de l'Union africaine à Addis-Abeba en Ethiopie.Le siège de l’Union africaine à Addis-Abeba en Ethiopie.

 

Faut-il le souligner, l’érection du nouveau siège de l’Union africaine a été l’oeuvre de la Chine. Elle a financé la totalité de la construction pour un montant total de 200 millions de dollars, le bâtiment et le mobilier compris. Une situation qui soulève bien des questions concernant le fonctionnement de  l’institution panafricaine et ses marges de manœuvres dans la poursuite de ses objectifs. En effet, la construction du siège de l’UA est tout aussi importante que celle de ses Services de renseignements pour qu’on puisse la confier à des mains étrangères. Si la Guinée Equatoriale veut contribuer au financement, qu’en sera-t-il de la construction à proprement parler ? La question mérite d’être posée. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Commentaires