BANQUES & FINANCES / AFFAIRE TANOH CONTRE ECOBANK: enfin la fin du feuilleton?

Alors que le différend qui oppose Thierry Tanoh et ECOBANK depuis un certain temps était en suspens à Londres, la justice britannique a donné raison à l'ancien Directeur général d'ECOBANK limogé. La levée le 3 juillet dernier des mesures conservatoires sur les verdicts précédents de Lomé et d’Abidjan par un juge de la Haute Cour de Justice de Londres, oblige maintenant la banque panafricaine, ECOBANK, à s’exécuter d'une manière ou d'une autre.

 

L'ancien directeur général, Thierry Tanoh en procès contre son ex-employeur ECOBANK. L’ancien directeur général, Thierry Tanoh en procès contre son ex-employeur ECOBANK.

 

Le 17 avril dernier, ECOBANK a obtenu du juge Peregrine Simon, du Tribunal de commerce de Queen’s Bench, dépendant de la Haute Cour de Justice de Londres, une ordonnance intimant à Thierry Tanoh de ne pas prendre de mesures pour reconnaître ou exécuter les versements de dommages et intérêts de 7,5 et 5,7 milliards de FCFA (soit 20 millions d’euros en tout), respectivement décidés à Abidjan et Lomé. Face à ce rebondissement dans le dossier judiciaire à l’arbitrage de Londres, la réaction de la partie Thierry Tanoh était en effet très attendue. Du coup, l’issue du conflit promettait d’être long, et laissait planer des incertitudes. Le feuilleton judiciaire qui oppose son ancien directeur général, licencié en 2014 et la banque ECOBANK a donc connu le 3 juillet un nouveau dénouement en faveur de Thierry Tanoh.

 

Le siège de la banque panafricaine Ecobank à Lomé.Le siège de la banque panafricaine Ecobank à Lomé au Togo.

 

Condamnée successivement par le tribunal de commerce d’Abidjan et par le tribunal du travail de Lomé, la banque panafricaine avait obtenu de la Haute Cour de justice britannique de suspendre ces décisions. Et cela, en vertu d’une clause qu’elle a invoquée dans le contrat de travail signé qui liait l’ex-directeur général, Thierry Tanoh à ECOBANK. En effet, le tribunal de commerce d’Abidjan et le tribunal de travail de Lomé ont condamné ECOBANK à payer à Thierry Tanoh la somme de 7,5 milliards de FCFA à Thierry Tanoh, en guise de dommages et intérêts. Ces deux décisions faisaient ainsi suite à une plainte de ce dernier pour rupture abusive de contrat à l’encontre du groupe bancaire panafricain.

 

 

Commentaires