NIGERIA – L’ancien président Ibrahim Babangida fait confiance en Buhari pour débarrasser le pays de Boko Haram

L’ancien président du Nigeria de 1985 à 1993, Ibrahim Babangida, et par ailleurs Général de l’armée surnommé le « Maradona des coups d’Etat » par ses compatriotes, s’est exprimé publiquement sur Boko Haram. Et il a réaffirmé toute sa confiance en la capacité du nouveau président Muhammadu Buhari d’en finir définitivement avec la secte islamiste qui terrorise le Nigeria et ses voisins.

 

Le président du Nigeria, Muhammadu Buhari.Le président du Nigeria, Muhammadu Buhari.

 

« J’ai l’intime conviction dans mon esprit que le président Muhammadu Buhari mettra le dernier clou sur le cercueil de Boko Haram afin que le Nigeria puisse vraiment assumer la grandeur qui est la sienne dans le concert des nations ». C’est, entre autres, en ces termes que l’ancien président nigérian, le Général Ibrahim Babangida, réputé pour être un professionnel des coups d’Etat au Nigeria s’est exprimé le 15 juillet. C’était à l’occasion d’un message spécial de l’Aïd El-Fitr à l’attention des Nigérians.

 

Il a appelé à dissocier l’Islam des actes de ceux qui prétendent parler au nom de cette religion en posant des bombes ou en commettant des attentats terroristes. Car, l’Islam qu’il a porté durant les 74 ans de sa vie est une religion qui ne prêche que la paix, la fraternité et l’unité.

 

A en croire le Général Ibrahim Babangida,  il est d’avis avec Buhari que les activités horribles de la secte ne représentent en aucun cas l’islam, tout comme il a observé que les insurgés manquent totalement de discernement dans leur idéologie et ont continué à présenter l’islam sous un très mauvais jour. Ce qui fait que les membres d’autres religions perçoivent dorénavant l’islam avec mépris.

 

L'ancien président du Nigeria de 1985 à 1993, Ibrahim Babangida.L’ancien président du Nigeria de 1985 à 1993, Ibrahim Babangida.

L’ancien président du Nigeria a reconnu que les attaques-suicides constituent une nouvelle dimension à prendre en compte dans la menace terroriste de la secte. Aussi, souligne-t-il que la gestion de l’information est l’une des clés dans la lutte contre des insurgés comme ceux de Boko Haram qui sont engagés dans cette guerre non conventionnelle avec l’armée. Il a également exprimé sa compassion à l’endroit de toutes les familles qui ont perdu un membre du fait des actions terroristes de Boko Haram. Il a, par ailleurs, souhaité une meilleure gestion de l’information  et une meilleure coopération entre les média et la hiérarchie militaire. Car pour lui, si les choses se présentaient sous de meilleurs auspices, le transfert des prisonniers membres ou présumés membres de Boko Haram vers la prison de l’Etat d’Anambra ne devait pas être une information à servir au public.

 

Pour beaucoup d’observateurs avertis et d’experts militaires, les attentats kamikazes tous azimuts menés par Boko Haram en territoire nigérian tout comme ceux dirigés contre certains voisins du Nigeria sont des signes qui ne trompent pas. Ils montrent que la bête immonde vit ses derniers soubresauts. Au lieu de mener le combat de front ainsi que la secte islamiste l’a fait à un certain moment, elle préfère dorénavant des actions plus spectaculaires et émotionnellement frappantes, afin de donner l’impression qu’elle dispose encore d’une impressionnante force de frappe. Mais celle-ci est en réalité, manifestement, bien entamée.

 

Tout en invitant la mansuétude divine à toucher les coeurs des insurgés de Boko Haram afin qu’ils renoncent à leurs actions sanguinaires, l’ancien président Ibrahim Babangida a dit que son compagnon d’armes doit déclarer une guerre totale contre eux et non leur accorder quelque amnistie que ce soit. Et de déclarer d’un ton ferme qu’il est plutôt question de mettre à genoux Boko Haram. « J’ai l’intime conviction dans mon esprit que le président Muhammadu Buhari mettra le dernier clou sur le cercueil de Boko Haram afin que le Nigeria puisse vraiment assumer la grandeur qui est la sienne dans le concert des nations », a laissé entendre l’ancien président à ses compatriotes. Lequel a conseillé  au président Muhammadu Buhari, de sources bien informées, le plus grand secret quant aux stratégies et autres actions militaires contre Boko Haram.

Commentaires