BURKINA – Présidentielle 2015 : Roch Marc Kaboré, Jean Baptiste Natama et Saran Sérémé aussi prétendants

Roch Marc Christian Kaboré, du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), Jean Baptiste Natama porté par la Convergence patriotique pour la renaissance/Mouvement progressiste (CPR/MP) et des groupes de jeunes et de femmes et Saran Sérémé du Parti pour le Développement et le Changement (PDC) ont déposé ce mercredi 19 août 2015 leurs dossiers de candidature à la présidentielle d’octobre prochain. Chacun, comptant obtenir la confiance des électeurs, promet d’œuvrer pour le développement économique et social du Burkina Faso.

 

ACTU BF PHOTO 1

 

Pour le dépôt des dossiers du candidat du MPP, on se croirait sur une aire de meeting. La Place de la Nation est transformée pour la circonstance en un plateau d’animation. On monte les décibels pour se faire entendre. Devant le Conseil constitutionnel, une foule nombreuse de militants et sympathisants est massée. « On est venu accompagner notre candidat », nous lance un militant du MPP.

 

Arrivé sur le coup de 9h 55, Roch Marc Christian Kaboré est accueilli par une salve d’applaudissements de la foule et les ténors du parti. Il s’engouffre dans le bâtiment abritant le Conseil constitutionnel suivi de quelques fidèles. Plus d’une heure après, il en ressort, après avoir rempli les formalités. Il est fier : « J’ai un sentiment de fierté puisque nous venons de finir toute la procédure de dépôt de la candidature qui a été acceptée. C’est un sentiment également d’humilité parce que je prends en compte la charge de cette mission qui m’a été confiée par le parti et nous nous en remettons à la décision du peuple burkinabè le 11 octobre. Il est le seul à pouvoir décider de qui d’entre les candidats sera le prochain président du Faso », a-t-il indiqué face aux journalistes.

 

La bataille électorale peut commencer…

 

ACTU BF PHOTO 2

 

Après avoir accompli les formalités, Roch Marc Christian Kaboré pense maintenant convaincre les électeurs sur la base de son programme politique. « Selon nous, il faut faire confiance au peuple burkinabè. Chaque parti ou chaque candidat viendra avec son programme politique. Nous nous battrons sur le terrain. Et comme on le dit souvent, la présidentielle, c’est d’abord la confiance d’un homme avec son peuple. Nous ne sommes pas, lorsqu’on va à la présidentielle, à un examen de doctorat d’Etat. Nous devons faire des thèses libres. Le peuple attend la résolution de ses problèmes. Il s’est exprimé les 30 et 31 octobre lors de l’insurrection populaire. Il nous appartient d’assumer la responsabilité de pouvoir faire en sorte que le peuple trouve satisfaction dans le combat que nous allons mener pour la justice sociale, la paix et le progrès social des Burkinabè en général », a ajouté le président du parti du soleil levant.

 

Jean Baptiste Natama est aussi candidat

 

ACTU BF PHOTO 3

 

A la suite de Roch Marc Christian Kaboré, c’était au tour de Jean Baptiste Natama de passer devant le Conseil constitutionnel. Empêché, c’est un mandataire qui est venu remplir les formalités au nom du candidat de la CPR/MP. « Nous sommes venus déposer les dossiers au nom de notre candidat, Jean Baptiste Natama », a signifié Evariste Yogo, Premier secrétaire national de la CPR/MP. Avant d’ajouter que face aux autres candidats, les chances de Jean Baptiste Natama sont « réelles et certaines ».

 

Saran Sérémé, première femme candidate

 

ACTU BF PHOTO 4

 

Dans l’après midi de ce mercredi, c’est Saran Sérémé du PDC qui était à l’honneur. Elle est venue poser un jalon de son rêve de devenir la première femme présidente du Faso ; en compagnie d’une foule de militants et sympathisants. Après plus d’une heure passée à l’intérieur, elle est ressortie avec ce propos : « Je me sens d’abord honorée d’avoir pu déposer ma candidature à la présidentielle. Mais c’est un combat que nous devons mener pour le résultat que nous espérons. Nous avons des visions, nous avons des convictions à implémenter dans la vie du Burkina Faso après une lutte âpre qui a été menée avec l’ensemble du peuple burkinabè ».

 

La candidate du PDC ne veut pas être limitée à la « candidate des femmes ». Pour elle, sa candidature est d’abord celle d’un citoyen burkinabè. « Candidature féminine ou masculine, nous pensons que c’est une candidature d’un citoyen burkinabè qui est engagé à se battre pour le bien-être de la jeunesse, des femmes et du peuple burkinabè tout entier surtout dans l’équité », a expliqué Saran Sérémé.

 

Déjà neuf prétendants

 

Ces trois portent maintenant à neuf le nombre des candidats à la présidentielle du 11 octobre prochain. Il s’agit notamment de Ram Ouédraogo, Ablassé Ouédraogo, Gilbert Noël Ouédraogo, Tahirou Barry, Eddie Komboïgo, Zéphirin Diabré, Roch Marc Christian Kaboré, Jean Baptiste Natama et Saran Sérémé. D’autres candidatures sont annoncées pour les jours à venir. Tous ont jusqu’au 21 août 2015 pour déposer leurs dossiers au Conseil constitutionnel. C’est cette instance qui devra publier la liste des candidats le 29 de ce même mois. « C’est à compter de la publication de cette liste que les candidats qui avaient déposé les dossiers ont cette possibilité de faire une réclamation par rapport à cette liste. Ils ont un délai de huit jours à compter de l’affichage de cette liste au greffe du Conseil constitutionnel pour faire leur recours. » a expliqué le greffier en chef du Conseil constitutionnel, Massmoudou Ouedraogo au micro de Rfi. Seuls les candidats pourront faire des recours, voilà qui doit être entendu.

 

Jacques Théodore Balima


Judicaël Gaël Lompo

 

 

 

Source: http://www.lefaso.net

 

 

Lefaso.net (Burkina)

 

 

Zones d’ombre et incertitudes politiques au Burkina-Faso

 

BURKINA FASO – Chronique d’une transition démocratique « confisquée » ?

 

BURKINA – Débat sur le RSP : Le Pr Etienne Traoré demande aux officiers de tourner la page Compaoré

Commentaires