UNION EUROPEENNE – 2,4 milliards d’euros pour aider les pays à gérer le flux des migrants

La Commission européenne a mis à la disposition de 23 programmes nationaux de ses Etats membres, la somme de 2,4 milliards d'euros. Objectifs : mieux gérer l’accueil des migrants, mais aussi surveiller les territoires pour prévenir des actes de terrorisme et autres trafics de tout acabit.

 

Un bateau transportant des migrants africains en mer méditerranée.Un bateau transportant des migrants africains en mer méditerranée.

 

Il y a quelques jours, le Premier ministre grec Alexis Tsipras déclarait que la Grèce ne pouvait pas faire face au flux des migrants en provenance d’Afrique et du Moyen-Orient. L’Italie, pour sa part, n’a jamais cessé d’appeler à l’aide en raison du nombre on ne peut plus croissant de migrants qui débarquent sur ses côtes.

 

Pour pallier la question des ressources nécessaires afin de gérer au mieux les différents flux de migrants dans les pays de l’Union européenne, la Commission européenne a donc décidé d’apporter son soutien à 23 programmes nationaux. Les fonds d’un montant 2,4 milliards d’euros sont prévus pour une période allant de 2014 à 2020.

 

Au nombre des grands bénéficiaires, il y a la Grèce avec 473 millions d’euros et l’Italie avec 560 millions d’euros. La mise à disposition de ses fonds qui a déjà commencé en mars dernier vise plusieurs objectifs selon les pays. Il s’agit pour les uns de mieux prendre en charge les demandeurs d’asile et pour les autres de mieux surveiller et protéger leurs côtes, avec en toile de fond la lutte contre le terrorisme et toutes sortes de trafic.

 

La question des migrants commence à poser de sérieux problèmes aux pays européens. Avec des opinions publiques de plus en plus hostiles à l’accueil de nouveaux arrivants. Pou beaucoup, l’Europe ne peut pas continuer à accueillir tous ces migrants d’Afrique ou d’ailleurs, si elle veut protéger son standing de vie et préserver ses infrastructures sociales. Une situation qui n’est pas sans conséquences dans les débats nationaux et politiques de plus d’un Etat de l’Union européenne. Mais entre la volonté de respecter les conventions internationales et les droits humains et les attentes des citoyens, trouver le juste équilibre revient souvent à jouer les funambules politiques.

 

Par Tcha Sakaro

 

 

A lire aussi:

 

FRANCE / REVUE DE PRESSE – L’ex otage Isabelle Prime est rentrée en France après sa libération

 

TURQUIE – La chronique du blédard : Les dérives d’Erdogan

 

AFGHANISTAN – Un nouveau Mollah nommé Akhtar Mohammad Mansour succède au Mollah Omar décédé

 

AUTRICHE – Nucléaire iranien : un accord enfin trouvé entre l’Iran et le « P5 + 1 »

 

CHINE – A la découverte de Hangzhou, une ville-jardin

 

SPORT – La FIFA et le pouvoir de corruption

Commentaires