BURKINA – Les magistrats suspendent toute activité jusqu’à nouvel ordre

 

ACTU magistrats-du-Burkina

 

Ceci est une déclaration commune du Syndicat Autonome des Magistrats du Burkina (SAMAB), du Syndicat des Magistrats Burkinabè (SMB) et du Syndicat Burkinabè des Magistrats (SBM).

 

Suite à la déclaration conjointe faite le 17 septembre 2015 par le Syndicat Autonome des Magistrats du Burkina (SAMAB), le Syndicat des Magistrats Burkinabè (SMB) et le Syndicat Burkinabè des Magistrats (SBM) par laquelle ils exigent des éléments du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) la libération immédiate et sans condition du Président de la Transition, Président du Conseil Supérieur de la Magistrature, du Premier Ministre et des autres membres du gouvernement ainsi que le rétablissement de l’Ordre Constitutionnel rompu, beaucoup de collègues ont interpellé les responsables syndicaux pour être situés sur la poursuite ou non des activités dans les juridictions.

 

Par la présente, les trois syndicats de magistrats voudraient porter à la connaissance des uns et des autres que toutes les activités, exception faite de celles qui pourraient tendre au rétablissement de l’Ordre Constitutionnel rompu, sont suspendues dans les différentes juridictions et sur toute l’étendue du territoire jusqu’à la satisfaction de ce que ci-dessus exigé. Ils réitèrent leur refus ferme de collaborer de quelque manière que ce soit avec une autre autorité en dehors de celle dont le rétablissement est demandé.

 

Au regard de la place réservée au pouvoir judiciaire par la Constitution dans la protection et la défense du droit à la vie, des libertés individuelles ainsi que du droit de propriété, les syndicats des magistrats, en attendant les procédures idoines, condamnent avec toute l’énergie possible les atteintes multiformes actuellement portées à ces droits et libertés, et rappellent qu’à leurs yeux, nul homme ou nulle entité ne saurait revendiquer le droit de vivre au-dessus et en dehors des textes en vigueur.

 

En tout état de cause, en plus de la responsabilité encourue pour les violations sus visées, ils tiendront les auteurs de la rupture de l’Ordre Constitutionnel pleinement responsables de toute situation désagréable qui pourrait découler de la suspension des différentes activités.

Non à la rupture de l’Ordre constitutionnel !

Vive l’Etat de droit !

 

 

Ouagadougou, le 18 septembre 2015

 

  Pour le SAMAB                        Pour le SMB                        Pour le SBM

 

 Harouna KADIO               Christophe COMPAORE            Moriba TRAORE

                                        

 

 

Source: http://omegabf.info

 

Omega Fm (Burkina)

 

 

 

 

A lire aussi:

 

 

 

BURKINA – Opinion : « Le Général Diendéré jette bas le masque »

 

BURKINA : Le Régiment de Sécurité présidentielle rappelle aux yeux du monde son caractère putschiste

 

BURKINA – Dépénalisation des délits de presse : Lettre ouverte du président de la Société des éditeurs de la presse privée (SEP) au président du Faso

 

BURKINA – Présidentielle 2015 : Roch Marc Kaboré, Jean Baptiste Natama et Saran Sérémé aussi prétendants

 

 

Zones d’ombre et incertitudes politiques au Burkina-Faso

 

BURKINA FASO – Chronique d’une transition démocratique « confisquée » ?

 

BURKINA – Débat sur le RSP : Le Pr Etienne Traoré demande aux officiers de tourner la page Compaoré

Commentaires