CENTRAFRIQUE – Regina Konzi Mongot, première candidature féminine et indépendante à la présidentielle 2015

Femme politique centrafricaine, Regina Konzi Mongot, ancienne candidate au poste du chef d’Etat de la transition de la République Centrafricaine face à Catherine Samba-Panza est de nouveau en lice. Elle a officiellement fait sa déclaration de candidature récemment, après avoir démissionné le 7 juillet dernier de son poste de Ministre-Conseiller en charge des Urgences Humanitaires au cabinet du Premier Ministre. Une première candidature féminine et indépendante à la présidentielle de 2015 en Centrafrique.

 


ACTU A Regina 1« Permettez-moi, vous tous en vos rangs et grades, de vous annoncer ma candidature indépendante pour la 2éme fois à l’élection présidentielle prochaine, de notre pays la Centrafrique, en ce jour du 21 août 2015. La première fois, c’était en janvier 2014, lors de l’élection au niveau du Conseil National de Transition ; malheureusement, je n’avais pas été comprise. Aujourd’hui je me présente à toute la Nation Centrafricaine, pour avoir la légitimité souhaitée, lorsque je vais être à la direction de la République Centrafricaine ».

 

C’est en ces termes que Regina Konzi Mongot, après avoir démissionné de son poste de Ministre-Conseiller en charge des Urgences Humanitaires au cabinet du Premier ministre de la République centrafricaine qu’elle occupait depuis le 27 février 2014, a choisi de se présenter à ses compatriotes lors de sa déclaration de candidature. Laquelle déclaration a été faite dans un stade OMNISPORTS de Bangui très animé, en présence de plus de 11.500 personnes et des médias locaux.

Candidate à la présidence de transition de la Centrafrique face à l’actuelle présidente Catherine Samba-Panza, Regina Konzi Mongot n’entend donc pas abandonné son combat politique. Loin s’en faut. En dépit des récriminations qu’elle a toujours exprimées vis-à-vis de la situation de son pays. Elle entend ainsi aller jusqu’au bout de ses convictions.

 

ACTU A Regina 2

 

La candidate indépendante à la présidentielle centrafricaine ne manque pas de jeter un regard rétrospectif sur l’histoire sociopolitique de la Centrafrique. Et pour souligner les tares et autres errements de la classe politique qui ont conduit à la situation actuelle et qui motive sa candidature. Entre autres, elle cite  le tribalisme, le clientélisme, le clanisme, le népotisme…, mais aussi le fait que « ces différents régimes ont échoué parce qu’ils n’ont pas eu le courage et la volonté politique pour régler les problèmes des Centrafricains qui sont pourtant simples ». Toutes choses qui l’ont conduite à renoncer à son exil politique en France pour résider depuis 2013, d’une manière constante et permanente en Centrafrique, afin d’établir avec les Centrafricains eux-mêmes le diagnostic et l’état des lieux du pays. Et de déclarer :

 

« Je suis consciente que la période post conflit sera très difficile, car tout est urgent.

– Nous aurons à combattre l’insécurité d’une manière acharnée ; – Nous aurons à restaurer l’autorité de l’Etat ;

– Nous aurons à réconcilier véritablement les différentes communautés centrafricaines, et nous aurons à ramener dans notre maison commune, qui est la Centrafrique, nos frères et nos sœurs qui l’ont quitté précipitamment au moment où nous étions dans un tourment extrême.

 – Nous aurons à réformer profondément notre système administratif qui ne répond pas à la charte de l’Union africaine dont nous sommes membres ;

– Nous aurons à mettre l’accent particulièrement sur les finances publiques; il faut que nos recettes et nos dépenses soient maîtrisées, et qu’il y ait une redistribution équitable de nos richesses, l’une des causes de nos conflits;

– Dans l’élan de la réforme générale de l’administration de notre pays, nous allons faire de la priorité le système scolaire, le système sanitaire, le système judiciaire, le système agricole, les infrastructures routières … et ainsi de suite.

– Nous aurons à penser à développer le concept « genre » ; – – Nous aurons à mettre l’accent sur l’énergie renouvelable, et régler définitivement le problème de l’électricité; puis le problème d’accès à l eau potable qui n’est plus un luxe ailleurs.

– Nous devrons aussi changer de mentalité, véritable arme pour le développement.  

Tout ceci nous permettra de créer rapidement de l’emploi en faveur de notre jeunesse d’abord, puis, de ramener les Centrafricains au travail tout en respectant la notion de « l’arbre de compétence ».

 

 

ACTU RKG 2

 

Celle que beaucoup de ses compatriotes nomment la « Dame de Cœur » et qui a arpenté la Centrafrique et les pays voisins où de nombreux Centrafricains sont encore dans des camps de déplacés ou de réfugiés pour les écouter, les réconforter et leur apporter le message et le soutien du peuple centrafricain, se veut le trait d’union entre tous les Centrafricains de toutes les régions et de toutes les confessions. Depuis sa démission de son poste le 7 juillet 2015 dernier, elle est sur le terrain. Et son message aux Centrafricains se résume à construire ensemble une nouvelle Centrafrique. Aussi, a-t-elle terminé sa déclaration de candidature en leur lançant, avec le franc-parler qu’on lui connaît :

« Chers amis, transmettez ce message aux frères et aux sœurs centrafricains qui ne sont pas ici que « Mme Regina KONZI MONGOT est différente, elle n’est ni impliquée dans des complots qui ont déstabilisé notre pays, ni impliquée aux crimes économiques qui ont fragilisé la gestion financière de notre pays. Il nous faut une médiation claire, neutre et efficace après cette transition pour asseoir une nouvelle Centrafrique pacifiée durablement. Mme Regina KONZI MONGOT est la médiatrice qu’il nous faut ».

 

Par Abdul Yazid

 

 

 

A lire aussi:

 

 

CENTRAFRIQUE – Le nouveau calendrier électoral enfin annoncé

 

CENTRAFRIQUE – Jours tranquilles et dépaysement à Bangui, qu’ils sont loin maintenant…

 

CENTRAFRIQUE – REGINA KONZI MONGOT : « Tout est urgent en République Centrafricaine »

 

CENTRAFRIQUE – Le Forum de la dernière chance pour les Centrafricains ?

 

CENTRAFRIQUE Vers une nouvelle transition ?

 

RCA/UNIVERSITE DE BANGUI SYNTHESE DE LA LEÇON INAUGURALE DU DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE

 

CENTRAFRIQUE Les tensions persistent…

Commentaires