SENEGAL – Dernière année utile… (par Karfa Diallo)

 

ACTU macky-independance-642x321 PHOTO

 

SENENEWS.COM- On aurait aimé croire que l’année politique qui commence est la dernière année utile avant les prochaines élections.

 

La reprise qui s’annonce pour le gouvernement est lourde d’attentes sociales et politiques.

 

En amont, les vacances présidentielles qui se finissent auront été jalonnées par deux grandes décisions.

 

La première est le bienvenu réaménagement décrété au sein de la diplomatie sénégalaise. En décidant de corriger les dysfonctionnements qu’il avait lui-même institué en érigeant un secrétariat aux sénégalais de l’extérieur, le président Macky Sall tire les leçons des derniers couacs diplomatiques qui ont risqué de ternir l’image du Sénégal dans le monde et au-delà de mettre fin à la confusion qui régnait dans l’esprit de nombreux sénégalais exaspérés par cette dualité malheureuse et contreproductive.

 

La seconde, la fâcheuse convocation des directeurs d’agences étatiques, qui manifeste une tentative de reprise en main sur l’exécution des projets présidentiels, est plus déstabilisante pour l’unité du management de l’Etat. En décidant de finir ses vacances par une réunion avec les directeurs d’agences gouvernementales, au nez et à la barbe de ses ministres, Macky Sall ne pouvait, effectivement, donner meilleur signe de son sentiment d’exaspération tout autant que de son manque de confiance dans son équipe gouvernementale. Avouant ainsi publiquement son insatisfaction dans l’exécution de ses orientations et programmes, le président Macky Sall inaugure un précédent fâcheux dans le management et l’organisation du travail gouvernemental.

 

Cette rentrée n’a pas le calme prévu. Le dossier le plus pendant de cette rentrée reste néanmoins la question du mandat présidentiel.

 

A moins de deux ans de la fin du mandat annoncé, Dakar bruisse, en effet, de spéculations sur les intentions réelles du président Macky Sall qui avait promis de s’en tenir à un quinquennat pour séduire une partie de l’électorat. S’emmêlant volontairement les pieds devant l’épineuse question de la modalité juridique nécessaire pour respecter cet engagement, nombre de ses partisans continuent de remettre en cause et de critiquer cette promesse présidentielle. Cette dissipation du volontarisme démocratique incarné par Macky Sall entraine ainsi une véritable léthargie qui tient en haleine la plupart des acteurs politiques et renforce une opposition revigorée par le retour de la transhumance qui la conforte dans ses critiques et par des soutiens internationaux bien involontaires.

 

En effet, surfant sur la récente décision des Nations Unies critiquant les modalités judiciaires de la traque des biens mal acquis, l’opposition sénégalaise continue de réclamer la libération de l’ancien ministre Karim Wade dont la détention a été qualifiée « d’arbitraire » par le groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire le 7 mai dernier. Malgré la confirmation récente par la cour suprême de la condamnation du fils de l’ancien président, ce front risque de continuer à s’élargir. Le pouvoir devant absolument trouver une réponse crédible face aux interpellations nombreuses notamment des organisations des droits de l’homme qui se sont engouffrées dans une brèche rendue béante par ce qu’il faut bien appeler une panne de la « traque des biens mal acquis ».

 

Sur le plan social et économique, cette rentrée n’aura pas non plus la quiétude souhaitée vu l’inquiétude et l’impatience devant les promesses d’un Plan Sénégal Emergent dont l’ambition cache mal un malaise grandissant.

 

Le chômage s’élargit et les 500 000 emplois promis au début du magistère du président Sall sont loin d’être réalisés, la crise de l’énergie avec un des tarifs les plus chers du continent et où les délestages et la dépendance au fioul semblent désespérés, le nouvel aéroport AIBD prévu en 2012 chahuté par un retard et des couts prohibitifs, le tourisme principal pourvoyeur de devises est sinistré par l’avancée de la mer et l’incertitude de la règlementation, l’éducation aussi où Macky Sall n’a pas encore réussi à restaurer la confiance entre acteurs, sont autant de sujets majeurs pour une rentrée politique décisive pour l’avenir du pays….

 

Karfa Sira Diallo (Editorial)

 

 

Source : http://www.senenews.com

 

Senenews (Sénégal)

 

 

 

A lire aussi:

 

SENEGAL / GAMBIE – A cause d’un cheval: l’amitié entre Eumeu Sène et Yaya Jammeh vole en éclats

 

SENEGAL – De l’attaque estudiantine du convoi présidentiel à l’ignorance de la sacralité des institutions. (Par Ciré Aw)

 

SENEGAL – Khalifa Sall désavoue ses souteneurs et se démarque des attaques contre Tanor Dieng

 

SENEGAL – Remaniement : un petit sursis jusqu’aux prochains délestages

 

SENEGAL – GAMBIE – Pourquoi Yaya Jammeh en veut à Macky Sall ?

 

« Passion d’Afrique » et « Au large du Sénégal »

Commentaires