AFRIQUE – Terrorisme: « les nouvelles églises évangélistes et leurs charités posent également autant de problèmes que les mouvements islamistes », selon Dr Bakary Samb

SENENEWS.COM – Comment combattre un ennemi diffus, insaisissable et parfois bien à l’intérieur? C’est là le dilemme de toutes les armées du monde et de l’Afrique notamment dans la lutte contre le terrorisme et d’autres phénomène qui lui sont connexes comme le trafic international de drogue.

 

AFRIQUE terroristes

Sur cette question, le Docteur Bacary Samb, directeur de l’Observatoire sur le radicalisme religieux et les conflits en Afrique, s’est voulu on ne peut plus clair. dans sa leçon inaugurale sur le thème «les nouvelles menaces: enjeux et défis», à l’occasion du lancement du «Master ll défense, sécurité et paix» par le Centre  des hautes études de la défenses et de la sécurité. (Cheds) à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, l’enseignant chercheur à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis a souligné que la bataille du renseignement a été longtemps perdue par l’armée nigériane. Notamment dans la lutte contre la secte islamique Boko Haram.

 

«Loin de l’image d’une organisation désorganisée, Boko Haram est bien structuré. Il a une stratégie sur le Nigéria, le Cameroun, le Tchad et le Niger. Et il faut s’attendre à des développements selon lesquels l’objectif final est de casser le verrou tchadien pour que le déploiement de Dash soit le plus aisé sur toute la région du Sahel», a informé l’enseignant chercheur.

 

D’après le professeur Sam, dans un tel contexte, on ne peut plus se passer «d’une plateforme de veille stratégique axée sur la question centrale de la sécurité humaine». Cela, en rendant possible aussi bien la prévention que la prospective sur un phénomène comme le terrorisme et d’autres phénomènes qui lui sont connexes comme le trafic international de drogue.

 

«Le nouveau défis, si j’ose dire alors, n’est-il pas la prévention pour justement éviter l’intervention. Récemment, les études sur l’islam africain n’ont pas beaucoup intégré, ni le caractère transnational des acteurs ni la mondialisation progressive.

 

Alors que ce mouvement parti du Nigeria concerne maintenant tous les autres pays. C’est devenu un problème africain», a confié le professeur Samb, devant une assemblée composée, entre autres, du ministre des Forces armées, Augustin Tine, d’anciens Généraux, d’officiers de l’armée et de la gendarmerie, d’universitaires et d’étudiants.

Aussi, le professeur Samb d’avertir que les nouvelles églises évangélistes et leurs charités posent également autant de problèmes que les mouvements islamistes. «C’est pour dire que la radicalisation n’est pas l’apanage d’une religion».

 

Source : http://www.senenews.com

 

Senenews (Sénégal)

 

 

A lire aussi:

 

 

SENEGAL – Soupçonné d’être un allié d’organisations terroristes : L’Imam Ibrahima Sèye arrêté pour avoir traité Macky Sall de « mécréant-profanateur »

 

SENEGAL – Touba, la Mecque des mourides

 

SENEGAL – Maimouna Ndoye Seck ministre des transports aériens : « l’avion de Sénégal Air était en règle »

 

SENEGAL – Une panne de kérosène serait à l’origine du crash

 

SENEGAL / GAMBIE – A cause d’un cheval: l’amitié entre Eumeu Sène et Yaya Jammeh vole en éclats

 

SENEGAL – De l’attaque estudiantine du convoi présidentiel à l’ignorance de la sacralité des institutions. (Par Ciré Aw)

 

SENEGAL – Khalifa Sall désavoue ses souteneurs et se démarque des attaques contre Tanor Dieng

 

SENEGAL – Remaniement : un petit sursis jusqu’aux prochains délestages

 

SENEGAL – GAMBIE – Pourquoi Yaya Jammeh en veut à Macky Sall ?

 

« Passion d’Afrique » et « Au large du Sénégal »

Commentaires