BENIN – Fêtes vaudoues à Ouidah-Plage

Danse de femmes adeptes du vaudou.Danse de femmes adeptes du vaudou.

Alors que les vagues de l’Atlantique s’écrasent à deux pas de là, un grand prêtre vaudou célèbre une messe devant des milliers de fidèles vêtus de blanc des pieds à la tête. Venus d’Afrique, du Brésil, des Antilles, d’Amérique et d’Europe, les adeptes regardent, émerveillés, les cérémonies célébrées en langue fon et en français. Cette manifestation se déroule tous les ans le 10 janvier partout au Bénin et en particulier sur la grande plage de Ouidah, l’un des berceaux du vaudou.

Photo egun ouidah Elle marque la renaissance d’une religion longtemps pratiquée en secret dans un pays demeuré marxiste-léniniste jusqu’à la fin des années quatre-vingt. Il a fallu l’arrivée au pouvoir du président Nicéphore Soglo en 1991 pour que le vaudou devienne une religion officielle et qu’une journée lui soit consacrée. À Ouidah, les maisons de style brésilien dominent toujours la cité, notamment la villa de de Souza. Ce trafiquant d’esclaves, devenu vice-roi de la cité, a donné naissance à l’une des familles les plus puissantes du Bénin.

Cérémonie vaudou à Cocoussi-OuidahCérémonie vaudou à Cocoussi-Ouidah.

À chaque coin de rue se dressent des temples où les familles entrent en communion avec leurs ancêtres par l’entremise de spectres blancs peints sur les mystérieux “couvents des fantômes”. Dans l’un d’eux, le temple des Pytons – divinités sacrées – un prêtre explique que les vaudous n’ont pas besoin d’avions pour passer d’un continent à l’autre. Son assistant, lui, visite la cathédrale. Le fait d’être prêtre vaudou n’empêche pas d’être catholique : à Ouidah, la tolérance n’est pas un vain mot.

 

Par Pierre Cherruau

Ulysse Mag

 

 

A lire aussi:

 

 

NIGERIA – Au cœur de l’historique cité d’Abeokouta, en pays Yorouba

Commentaires