GABON – Décapitation à la Cité Pompidou : C’était donc un crime passionnel

Le drame du corps sans tête et de la tête sans corps retrouvés à deux endroits différents à Libreville continue de défrayer la chronique. Le 7 octobre dernier, le procureur de la République, Steeve Ndong Essame Ndong a présenté le présumé coupable, un certain Yoda Issiaka.

 

Passé aux aveux, Yoda Issiaka, le présumé bourreau de Fatimata Tapsoba . © D. R.Passé aux aveux, Yoda Issiaka, le présumé bourreau de Fatimata Tapsoba . © D. R.

 

La découverte, le 26 septembre dernier, d’un corps sans tête à la cité Pompidou et d’une tête sans corps à la décharge de Mindoubé a plongé Libreville dans l’émoi. Il s’agissait, en réalité, des deux morceaux d’une même personne : Fatimata Tapsoba. Après enquête, il semble que le coupable ait été retrouvé. Selon Steeve Ndong Essame Ndong, le procureur de la République, Yoda Issiaka est le principal suspect. Il aurait commis ce crime sous le coup de la passion amoureuse.

 

Fatimata Tapsoba a vécu maritalement avec un de ses compatriotes. Mais face à son comportement, ce dernier décida de la rapatrier vers leur pays d’origine, le Burkina Faso. Entre temps, elle était déjà l’objet des assauts de Yoda Issiaka à qui elle refusait de se donner. Une fois rapatriée, elle fit donc appel à son soupirant à qui elle promit une vie en couple. Yoda Issiaka consentit à lui envoyer de quoi revenir au Gabon. De retour à Libreville, Fatimata Tapsoba aménagea avec son amoureux qui s’occupait, vraisemblablement, entièrement d’elle. Il a d’ailleurs déclaré avoir dépensé plus d’un million de francs pour sa carte de séjour et autres subsides. Il se plia à tous les caprices de la jeune dame, qui se lança malgré tout dans une autre aventure. Dès lors, l’ambiance dans le couple se dégrada.

 

La soupçonnant d’entretenir une autre relation, parce que l’ayant déjà surprise avec un autre homme, Yoda Issiaka perdit son sang froid. «Je l’ai surprise à 20 heures au quartier Derrière la prison en train de marcher avec un homme», a-t-il confié. Fatimata Tapsoba lui ayant avoué qu’elle ne voulait plus vivre avec lui, il affirme être devenu l’objet d’injures qu’il aurait contenues tant qu’il pouvait. Elle lui aurait même dit un jour que s’il avait besoin de coucher avec une femme, il pouvait faire venir sa mère du Burkina Faso pour les besoins de la cause. La jeune dame de 33 ans reçu, en réponse, un soufflet. Puis, elle se saisit, à son tour, d’un couteau pour essayer de poignarder son compagnon. Ce dernier, plus robuste, l’a maîtrisa et lui aurait asséné plusieurs coups de couteaux au cou. Elle en est tombée inerte, ne bougeant plus, pendant que son concubin s’en serait allé.

 

Plusieurs heures après ce drame, il revînt pour se débarrasser du corps. C’est à ce moment qu’il aurait pris une machette pour décapiter la jeune fille, croyant brouiller les pistes et maquiller le drame en «crime rituel». Quelque temps plus tard, il est allé déposer la tête dans un bac à ordure de la sociétéAverda et le corps près du lieu où la jeune fille exerçait comme dame de ménage. Yoda Issiaka sera présenté devant le parquet pour répondre de ses actes. Il sera transféré dans les prochains jours à la prison centrale de Libreville où il devra méditer sur son geste et son sort.

 

Par

 

 

Source: gabonreview.com

 

Gabonreview.com (Gabon)

 

Commentaires