MUSIQUE – Medhy Custos : « La musique contemporaine afro-caribéenne prend sa place dans le monde…»

Medhy Custos est l’un des chantres de la musique afro-caribéenne, et particulièrement zouk, le plus prometteur de sa génération. Lauréat de deux prix aux Trophées des arts Afro-Caribéens - meilleur duo et meilleur interprète masculin pour le titre Franc Jeu -, il a également reçu le « Kunde d’or » du meilleur artiste des Caraïbes au Burkina Faso. « ADN », est le titre de son dernier album. Courrier des Afriques s’est entretenu avec lui. Interview.

 

Medhy Custos Medhy Custos

Courrier des Afriques : vous êtes un artiste-musicien originaire de la Guadeloupe, pourriez-vous nous faire une brève présentation de vous-même à l’intention de nos lecteurs ?

 

Je m’appelle Medhy Custos et je suis un auteur compositeur interprète reconnu dans le zouk. J’ai commencé la musique en Guadeloupe vers l’âge de 15 ans avec des copains du lycée. En 2004, après diverses expériences couronnées de succès ( Kwebee , Allianstars) j’ai pu réaliser mon premier album solo que j’ai appelé  » Serial Lover ».

 

En 2005 après avoir signé en édition chez Couleurs Music publishing, j’ai enregistré  » Pas de glace  »  avec la diva Jane Fostin (ex zouk machine)  et l’année d’après je suis devenu numéro 1 de l’airplay en France avec mon tube « elles demandent   » sorti chez Warner. L’exposition nationale dont j’ai bénéficié m’a permis de me faire connaître outre atlantique et de donner des concerts notamment en Afrique, continent auquel je suis rattaché historiquement.

 

Qu’est-ce qui vous a incité à vous intéresser à la musique et en fin de compte à vous décider d’en faire votre profession?

 

Vers l’âge de 14 ans, ma mère m’a offert un clavier à l’aide duquel j’ai composé mes premières mélodies. Il n y a rien de plus épanouissant que la création et j’ai pris goût a cet exercice qui est rapidement devenu mon exutoire, ma bulle d’expression. Ma rencontre avec les chanteurs de Kwebee fut déterminante pour ma professionnalisation qui est devenue concrète grâce à l’agence Edena structure créée par Paskal Vallot et Lydie Bélizaire qui m’a fourni ma première fiche de paye.

 

Quel genre de musique faites-vous?


J’ai fait carrière dans le zouk avec un profil qui se nourrit d’influences diverses. Je me situe entre la variété zouk et le hip-hop  avec des accents caribéens qui me viennent de la musique traditionnelle de mon île d’origine « la Guadeloupe ». C’est un style que j’ai baptisé la « Caribbean Pop ».

 

Pourquoi avoir choisi de rester dans ce genre de musique plutôt qu’un autre ?

 

J’ai choisi le zouk parce qu’à l’époque, pour moi, c’était un choix évident. J’ai grandi en Guadeloupe et dans les années 90,  le zouk était à son apogée. Les groupes et les artistes Antillais brillaient et faisaient rêver le monde avec une musique qui venait de chez nous. A l’époque, j’écrivais des poèmes d’Amour et lorsqu’il fut question de les mettre en musique le zouk s’est imposé à moi naturellement.

 

ACTU medhy custos PHOTO 1

Quels sont les albums que vous avez aujourd’hui à votre actif et pouvez-vous nous en parlez ?

 

J’ai maintenant quatre albums solo à mon actif produits entre 2004 et 2014. Le dernier en date s’appelle « ADN » et est advenu cinq ans  après le précédent intitulé  « Ouvrir mes ailes ».
Mes albums sont tous des témoins de mes visions et ils traduisent mes envies, mes humeurs. J’y mets toute ma sincérité et chaque chanson est un tableau à part entière,  une pièce du puzzle qui me définit, me présente à mes auditeurs.

 

Avez-vous déjà participé à des événements culturels avec d’autres artistes ? Si oui, à quelles occasions ?

 

J’ai eu l’occasion de participer à de multiples concerts ou festivals ou sont intervenus des artistes d’origine et de provenance différentes de la mienne. En Afrique, j’ai le souvenir de superbes moments passés sur scène au Cameroun avec Espoir 2000, au Congo ou j’ai croisé l’artiste nigérien Flavor et Jessy Matador entre autres. J’ai croisé beaucoup de stars africaines  au Gabon lors du 17ème anniversaire de l’indépendance, notamment Viviane N’Door, Papa Wemba, mais également la rappeuse internationale « EVE ». Je me rappelle l’accueil chaleureux du public malien lors de la fête de la musique en 2009,  d’un concert gigantesque en Guinée équatoriale, d’une Saint Valentin en Côte d’Ivoire avec Erick Virgal. Plus récemment lors d’un concert organisé par l’ONG World for Tchad, j’ai rencontré  Molare , Mokobé, Kaysha, Tiwony…

 

Comment entrevoyez-vous votre carrière musicale à la lumière de l’accueil que le public caribéen et français accorde à ce que vous faites ?

 

Je suis assez serein quant à mon avenir, même si en ces temps perturbés on ne peut jurer de rien. La musique contemporaine afro-caribéenne prend sa place dans le monde et la direction dans laquelle je suis depuis des années me place parmi les artistes légitimes pour insuffler cette dynamique en France et en Europe. Je vous donne rendez-vous donc au prochain album  pour voir ce que nous réserve 2016.

 

ACTU medhy custos PHOTO 3

Quels sont vos projets actuellement ?

 

A l’heure qu’il est la priorité est de finir le nouvel album. Cet album abritera de belles collaborations inédites et inattendues!

 

Vous connaissez déjà l’Afrique, mais quand comptez-vous y retournez pour faire découvrir votre musique aux mélomanes africains, et surtout vos prochains albums ?

 

Comme je l’ai dit précédemment l’Afrique est un continent auquel je suis rattaché historiquement. Je l’ai visité à travers de nombreux pays et j’espère avoir la chance d’y revenir pour revivre ces moments de partage si émouvants avec ces publics que je considère désormais comme une partie de ma famille.

 

Quel message avez-vous à l’endroit du public, toutes tendances confondues, aussi bien de ceux qui vous connaissent déjà que de ceux qui ne vous connaissent pas encore ?

 

ACTU Mehdy Custos PHOTO 4

J’aimerais dire a ceux qui m ont suivi  » Merci  » de l’avoir fait jusqu’ici et merci de continuer à le faire. Ou que nous soyons  par l’intermédiaire des réseaux sociaux aujourd’hui nous avons l’occasion d’être connectés,  d’échanger et ce quelle que soit la distance, alors il faut en profiter en attendant que les conditions soient réunies pour ma venue.

En attendant cela, je souhaite à toutes mes divas et a tous mes soldats le meilleur avenir qui soit. A bientôt ..I love you !

 

Propos recueillis par Jean Kebayo

 

 

A lire aussi:

 

MUSIQUE – Idir : “Une chanson vaut mieux que mille discours”

 

MUSIQUE – Stromae, de la belgitude à ses origines africaines

 

MUSIQUE – Cesaria Evora n’a pas été que Diva

 

MUSIQUE – Adieu à Jean Ferrat

 

MUSIQUE – Les Caissières, la nouvelle cible d’«Espoir 2000»

 

« MADE IN MIZIK, c’est une musique de la Martinique qui reste ouverte sur l’ensemble de la Caraïbe »

 

MUSIQUE – LEILA CHICOT : « En tant qu’Afro-caribéenne, il est toujours particulier pour moi de revenir sur la terre-mère »

Commentaires

  1. Medhy Custos un Artiste à découvrir ou à redécouvrir, Medhy Custos un Artiste à connaître…