AFRIQUE – Le pari de la croissance du marché automobile

L’Afrique est l’un des marchés les plus prometteurs selon nombre de constructeurs automobiles et de spécialistes du secteur. En raison de l’augmentation de la démographie, mais aussi et surtout des classes moyennes avec un certain pouvoir d’achat.

 

Voitures PHOTO

 

Ils sont légion les spécialistes du marché automobile et les constructeurs qui parient sur le développement du marché africain. La croissance qui va évoluer vers une moyenne de 6% par an en Afrique Noire d’après le distributeur CFAO en indique déjà la tendance. Et aucun des constructeurs automobiles ne veut rater le rendez-vous africain.

 

Chez Renault, Bernard Cambier, est tout à fait optimiste quant à l’avenir du marché en Afrique de façon générale. « Nous avons vendu près de 200.000 véhicules en 2014 sur le continent. Pour 2020, nous visons les 370.000 unités et nous devrions approcher les 500.000 unités dans dix ans », a laissé entendre le patron de la zone Moyen-Orient.

 

A en croire plusieurs projections au sujet du marché automobile africain, il faudrait attendre encore quelques années pour voir s’annoncer les premiers signes de la prospérité. Dans cinq ans, au maximum, il devrait connaître un développement prodigieux. Pour l’heure, c’est l’Afrique du Sud qui demeure la locomotive du continent. Car le pays détient environ le quart de tout le parc automobile.

 

Le Nigeria a cependant les opportunités pour égaler voire dépasser le parc automobile sud africain. Il pourrait connaître une croissance fulgurante. Seul handicap, le marché tentaculaire des véhicules d’occasion qui inondent le pays et certaines mesures de l’Etat nigérian qui freinent l’expansion en question. Jean-Christophe Kugler, l’ancien directeur Afrique-Euromed déclarait il y a quelque temps dans un entretien avec Jeune Afrique : « Si le gouvernement nigérian parvient à limiter les importations de véhicules d’occasion vétustes, le marché peut doubler ou tripler, et une usine d’assemblage prend alors son sens ».

 

L’Afrique est en train de devenir progressivement le prochain pôle de la croissance sinon économique du moins automobile. Il s’agit de la nouvelle terre promise qui attise toutes les convoitises.

 

 

Commentaires