G5 SAHEL – En quête de perspectives de développement et de stabilité régionale

Le 2ème sommet ordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement du G5 du Sahel a eu lieu à N’Djamena, la capitale du Tchad, le 20 novembre. A l’invitation du président Idriss Déby Itno du Tchad, ont répondu les présidents du Mali, Ibrahim Boubacar Kéïta ; du Niger, Mahamadou Issoufou ; du Burkina Faso, Michel Kafando ; de Mauritanie, Mohamed Ould Abdel Aziz. Une rencontre qui marque un tournant, du moins en ce qui concerne les résolutions qui en sont issues, pour cette nouvelle institution régionale.

 

ACTU 2e-Sommet-du-G5-du-Sahel

 

Les chefs d’Etat et de gouvernement des pays du G5 du Sahel (Mali, Niger, Tchad, Burkina Faso et Mauritanie) ont tenu leur deuxième sommet ordinaire à N’Djamena au Tchad. C’est le Palais du 15 Janvier qui a abrité l’événement. Au cours de cette rencontre, le président Mohamed Ould Abdel Aziz de Mauritanie et président alors en exercice sortant de la conférence des chefs d’Etats des pays du G5 du Sahel a passé le témoin à son homologue tchadien, Idriss Déby Itno.

 

L’institution du G5 du Sahel procède de la volonté commune des cinq pays fondateurs de mettre en place et de coordonner des politiques de développement et de sécurité au sein de cet espace géographique et spécifique. Il s’agit, en quelque, sorte d’une des réponses qu’ils entendent apporter aux divers problèmes qu’il connaît. Lesquels problèmes se sont révélés dans toute leur ampleur avec l’invasion du Nord du Mali par des groupes jihadistes et terroristes. A la faveur des changements politiques intervenus en Libye et qui ont conduit à la capture et l’assassinat de Mouammar Kadhafi. Aussi, était-il devenu impérieux face à ces nouveaux périls quant à la stabilité et la sécurité de la région de mutualiser les efforts.

 

 

Mais depuis sa création en février 2014 et la tenue de sa première réunion les 17 et 18 décembre 2014 à Nouakchott en Mauritanie, le G5 du Sahel n’était resté que sur ses profession de foi ambiguës. La rencontre de N’Djamena a apporté plus de clarté à ses projets, en attendant que des actions concrètes viennent les étayer. Si le G5 du sahel ne remplace pas formellement la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD) voulue et soutenue par feu Mouammar Kadhafi en son temps, ses ambitions y ressemblent fortement.

 

En effet, à l’issue de la rencontre de N’Djamena, les des chefs d’Etat et de gouvernement du G5 du Sahel ont pris une série de mesures dont deux importantes en matière de sécurité. Primo : la création d’une force militaire conjointe sur laquelle dont les experts militaires des pays membres vont incessamment se pencher. Secundo : la création et la mise dès 2016 d’une école régionale de la guerre dont le quartier général sera en Mauritanie. Au nombre des mesures de développement, il convient de mentionner la volonté de relier les pays membres par une voix de chemin de fer, l’employabilité des jeunes, la suppression des visas dans l’espace G5 du Sahel, la création d’une compagnie aérienne pour desservir les pays membres reste l’une des plus importantes.

 

 

Le nouveau président en exercice du G5 Sahel, Idriss Déby Itno du Tchad, n’a pas manqué de souligner avec force au cours de cette rencontre : « Nous avons le même destin sahélien, sommes confrontés aux mêmes problèmes : nous n’avons pas d’autres choix que d’unir nos efforts ». Reste maintenant que toutes les décisions prises à cette occasion commencent à se traduire par des actions concrètes sur le terrain. Et que le G5 du Sahel ne soit pas encore une fois à l’image de la kyrielle d’institutions du genre en Afrique dont on peut s’interroger sur l’efficacité.

 

 

Par Abdul Yazid

 

 

 

 

COMMUNIQUE FINAL DU SOMMET DES CHEFS D’ETAT DU G5 SAHEL

 

 

Un Sommet ordinaire des Chefs d’Etat du G5 Sahel s’est tenu le 20 novembre 2015 à N’Djamena au Tchad.

Ont pris part à ce sommet :

Pour le Burkina Faso, Son Excellence Monsieur Michel KAFANDO, Président de la Transition, Président du Faso ;

 

Pour la République du Mali, Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA,

Président de la République ;

 

Pour la République Islamique de Mauritanie, Son Excellence Monsieur

Mohamed Ould ABDEL AZIZ, Président de la République ;

 

Pour la République du Niger, Son Excellence Monsieur Issoufou

MAHAMADOU, Président de la République ;

 

Pour la République du Tchad, Son Excellence Monsieur Idriss Deby ITNO,

Président de la République;

 

Les Chefs d’Etats ont avant tout propos, exprimé leur condamnation énergique de la prise d’otage perpétrée ce jour à l’hôtel Radison à Bamako au Mali, et tous les actes terroristes perpétrés à travers le monde et particulièrement ceux de la secte Boko Haram dans le bassin du lac Tchad

 

Après avoir pris connaissance du relevé des conclusions du Conseil des Ministres, les Chefs d’Etat :

 

Ils s’engagent à plus de solidarité, de cohésion et à une mutualisation des efforts dans l’action à tous les niveaux pour avoir une position commune sur les questions majeures engageant;

 

Ils décident de

– la création d’une Ecole Régionale de Guerre du G5 Sahel en République Islamique de Mauritanie qui entrera en fonction dès 2016;

 

– La création d’une force conjointe du G5 sahel ;

 

– La création d’une Compagnie Aérienne Régionale pour améliorer les dessertes entre les pays du G5 Sahel ;

La construction d’une ligne de chemin de fer reliant la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger au Tchad.

 

> se félicitent de :

 

– l’adoption d’une feuille de route définissant le cadre de coopération entre le G5 Sahel et les Nations unies ;

 

– l’adoption d’une feuille de route définissant le cadre de coopération entre le G5 Sahel et l’Union européenne ;

 

– la déclaration des Partenaires techniques et financiers à l’issue de leur réunion du 19 novembre 2015 avec les ministres du G5 Sahel.

 

> notent avec satisfaction :

– l’adoption du texte réglementaire du Comité de défense et de sécurité ;

– l’adoption de l’Accord sur le fonctionnement et l’organisation de la Plateforme de coopération en matière de sécurité (PCMS) ;

 

– l’adoption de la charte de fonctionnement du Partenariat militaire de coopération transfrontalière (PMCT) ;

 

– l’adoption du texte portant sur les missions de l’expert défense et sécurité du G5S ;

 

– le transfert du Collège sahélien de sécurité (CSS) sous la tutelle du Secrétariat permanent du G5 Sahel ;

 

– l’engagement du processus de création du Centre sahélien d’analyse des menaces et d’alerte précoce (CSAMAP) ;

 

> Instruisent les Ministres de tutelle à :

Prendre les dispositions pour la finalisation de la Stratégie de Développement et de Sécurité (SDS) et l’actualisation du Programme d’Investissements Prioritaires (PIP) en vue de leur adoption au cours du premier trimestre 2016.

Formuler en urgence des projets structurants dans les secteurs des infrastructures routières, ferroviaires et énergétiques et de l’agriculture ;

Organiser dans les meilleurs délais une table ronde des bailleurs de fonds en vue du financement du Programme d’Investissements prioritaires (PIP).

 

> Approuvent :

La fixation de la durée des mandats de la présidence en exercice à deux (02) ans.

 

L’élargissement du Conseil des ministres aux ministres en charge des affaires étrangères du G5 Sahel.

 

Le principe de la suppression des visas entre les pays membres du G5 Sahel sous réserve de la prise de dispositions sécuritaires appropriées.

 

Les Chefs d’Etat :

Préoccupés par la situation des jeunes,

Conscients que le G5 Sahel constitue un espace d’origine et de transit des migrants, conscients qu’il ne saurait y avoir de développement et de sécurité sans une jeunesse saine, éduquée et épanouie à même de contribuer pleinement à l’effort et au progrès national ;

 

S’engagent à s’investir pleinement pour le bien être des jeunes,

Instruisent les ministres en charge la jeunesse de formuler et de mettre en œuvre des projets intégrés allant dans ce sens.

 

Invitent les Partenaires techniques et financiers à considérer les questions de jeunesse comme un axe transversal de toutes leurs actions.

 

Saluent l’engagement de l’Union Européenne à apporter un appui substantiel à la force mixte multinationale de lutte contre Boko Haram et invitent l’ensemble des partenaires à accompagner le déploiement de ladite force pour une éradication totale de cet ennemi commun

 

Expriment leur gratitude à l’endroit des partenaires de coopération pour leurs engagements ferme aux côtés du G5 Sahel et les encouragent à les traduire dans les faits dans les plus brefs délais.

Lancent un appel à la communauté internationale pour soutenir les efforts du G5 Sahel dans son combat pour la sécurisation de son espace et la promotion de son développement.

 

Encouragent et soutiennent les efforts actuels de la mise en œuvre effective de l’accord de paix inter-malien.

 

Appellent de leurs vœux l’adoption d’une solution politique en vue du retour de la paix en Libye.

 

Félicitent l’ensemble des acteurs burkinabé pour le dénouement heureux de la crise survenue suite au coup d’Etat perpétré le 16 septembre 2015 et réitèrent leur soutien au processus de Transition.

Ils souhaitent, pour le Burkina Faso, la tenue d’élections apaisées.

 

Demandent aux Nations -Unies, le renforcement et le transfert du bureau de l’envoyée spéciale du Secrétaire Général des Nations-Unies pour le sahel au siège du G5 Sahel, pour une meilleure coordination, et coopération dans la mise en oeuvre de projets conjoints au profit des pays du sahel et la stratégie intégrée des Nations-Unies;

 

Souhaitent l’adaptation du mandat de la MNIUSMA au contexte sécuritaire qui se pose au Mali ;

 

Les Chefs d’Etat expriment leur profonde gratitude à leur frère le Président Idriss Deby Itno, Président en exercice entrant du G5 Sahel ainsi qu’au Gouvernement et au peuple tchadiens pour l’hospitalité généreuse et l’accueil empreint d’une chaleur toute africaine et les soins dont ils ont fait l’objet tout au long de leur séjour à N’Djamena.

 

Fait à N’Djamena, le 20 novembre 2015

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires