Le Sénégal face au défi sécuritaire du terrorisme (par Alioune Diagne)

SENENEWS.COM – Les arrestations à tout va d’imams zélés pour apologie au terrorisme doivent être suivis d’une bonne communication,  de sorte que la population connaisse le sens de la lutte collective contre le terrorisme.

 

ACTU kolofata-attentat

 

Au lendemain de la chute du Mur de Berlin en 1989, le monde sortait d’une longue période de bipolarisation marquée par l’équilibre de la terreur. Les Etats-Unis -et les Alliés par extension- en sortaient ragaillardis, et confortaient leur statut de gendarmes du monde. Toutefois, les attentats du 11 Septembre auront changé durablement cette donne: le terrorisme devient dès lors l’ennemi déclaré des superpuissances.

 

De guerre contre l’Occident et le système capitaliste à ses débuts, le terrorisme a évolué et a changé de paradigmes: les terroristes, ces pseudo-islamistes enturbannés déportent, profanent les tombeaux de Saints, prennent en otage, violent, et commettent des exactions sur leurs propres coreligionnaires, au nom d’un Islam dont eux seuls possèdent la science infuse.

 

Ces actes aux antipodes des préceptes de la morale et des textes des Livres Saints ont fini de donner lieu à un foisonnement de doctrines (islamisme, extrémisme, radicalisme, salafisme, terrorisme), avec comme corollaire la montée de l’islamophobie.

 

En Afrique de l’Ouest, le terrorisme a commencé à étendre ses tentacules au lendemain du Printemps Arabe, qui a entrainé la libre circulation d’un arsenal important d’armements, mais aussi l’éclosion d’organisations terroristes comme AQMI (Al Qaeda au Maghreb Islamique), Boko Haram et récemment l’Etat Islamique. L’équilibre de la sous région en prend un sacré coup et le Sénégal, pour préserver son intégrité territoriale, et ses citoyens, monte dans les grands chevaux pour lutter contre le terrorisme.

 

L’alerte à la bombe (supposée ou réelle) sur le centre commercial Sea Plaza, et l’Hotel Radisson Blu du 04 Aout 2015, provenant des câbles françaises, a fini de mettre définitivement sur le qui-vive tout le système sécuritaire du pays.

Il convient dorénavant d’étudier les moyens de s’en prémunir durablement :

– Eviter la communication de la peur : les arrestations d’imams zélés à tout va pour apologie au terrorisme doivent être suivis d’une bonne communication, de sorte que la population connaisse le sens de la lutte collective contre le terrorisme. Mener des campagnes de sensibilisation, permettrait de rallier les plus téméraires à la cause nationale, mais aussi d’éviter l’enrôlement d’une certaine jeunesse pour le Jihadisme. Une mauvaise communication donnerait l’impression d’un Etat paranoïaque.

– Contrôler les flux financiers : Ce n’est un secret pour personne : ce ne sont pas les bailleurs qui manquent pour financer les foyers de tension, pour entretenir des intérêts économiques et géostratégiques. Contrôler minutieusement les flux des transferts d’argent permettrait d’avoir une traçabilité sur certaines transactions suspectes

– Renforcer la surveillance de nos côtes, ports, aéroports et frontières : Estimé à environ 117 Milliards en 2014, le budget du ministère de la Défense gagnerait à être revu à la hausse, afin de se renforcer les ressources humaines de qualité, mais aussi de se doter d’une meilleure logistique de prévention et de défense. Aucune nation n’étant à l’abri, la moindre défaillance pourrait être exploitée par l’ennemi.

– Renforcer la culture de la tolérance religieuse et du cousinage: les liens séculaires et historiques entre les différentes ethnies, marqués par le cousinage et la parfaite harmonie entre musulmans et catholiques, constituent l’exception culturelle et religieuse sénégalaise. Ce brassage particulier que beaucoup de nations nous envient doit être consolidé pour éviter de céder la moindre parcelle aux marchands de la terreur.

– Renforcer les systèmes de renseignement: Essentiellement basé sur l’écoute téléphonique, le renseignement au Sénégal est géré en parfaite synergie par les services de la Police, de la Gendarmerie, des Forces Armées, de la Douane et des eaux et forêts. En alerte permanente et en constant état de veille, ses services devraient toutefois se mettre à l’heure de la modernisation. Car les terroristes, souvent bien financés, ont un mode opératoire diversifié grâce à une haute formation en technologies de pointe. Et la nature récente de leurs attaques un peu partout à travers le monde, démontrent à suffisance qu’aucun Etat ne devrait rechigner à investir et à s’investir

 

Certes, être couvé par la bénédiction de Saints multidimensionnels, tels les Maodo, Bamba, Baye Niasse, Dabakh et autres, relève de la bonté divine. Mais d’autres nations jouissant de cette même bonté avec des Saints aussi valeureux sont confrontés aux affres du terrorisme. De ce fait, il serait illusoire, voire dangereux,  de s’enfermer dans la bulle de la suffisance, car se prémunir est toujours la meilleure arme pour lutter contre ce fléau qui a fini par être l’écueil politique du XXIème siècle.

 

Par Alioune Diagne

 

Source : http://www.senenews.com

 

Senenews (Sénégal)

 

 

A lire aussi:

 

LIVRE – SENEGAL-FRANCE, Mémoires d’alternances inquiètes aux Editions L’Harmattan

 

SENEGAL – Reconfiguration de l’Opposition: Des retrouvailles « imminentes » en vue entre Wade et son « fils » Idy

 

SENEGAL – Assemblée nationale: Quand l’épithète « honorable » devient inappropriée pour nos parlementaires…

 

SENEGAL – Terrorisme : Un troisième Imam arrêté à Rufisque

Afrique-France-Chine : Dakar va accueillir en 2016 le sommet selon Manuel Valls

 

SENEGAL – Du bon usage du « Fadagate »

 

SENEGAL – « Sénégal Dioum Ngèn, Sénégal Dioum Ngèn » a entonné Pape Diop parlant de Macky Sall

 

 

SENEGAL – Soupçonné d’être un allié d’organisations terroristes : L’Imam Ibrahima Sèye arrêté pour avoir traité Macky Sall de « mécréant-profanateur »

 

SENEGAL – Touba, la Mecque des mourides

Commentaires