SENEGAL / Reportage – L’ interdiction du burqa : les citoyens se prononcent

SENENEWS.COM- Le président Macky Sall avait émis le souhait d’interdire le port du voile intégral sur toute l’étendue du territoire sénégalais. Ce souhait sera réalisé plus tôt que prévu en raison surement des attaques de Paris et des rumeurs qui stipulent que le Sénégal serait sur la ligne visière des terroristes. Le président l’a ainsi affirmé, et sans surprise ce lundi, son ministre de l’intérieur Abdoulaye Daouda Diallo a confirmé cette décision sur l’interdiction du burqa sur les sols sénégalais.

 

ACTU Voile-islamique

 

Le Sénégal est un pays laïc mais avec une population dont la majorité est musulmane. Donc la position du premier responsable du pays risquerait de heurter les différentes confréries que regorge le pays. Quelques citoyens lambda se sont prononcés sur le sujet à savoir l’interdiction du burqa au Sénégal.

 

A l’université Cheikh Anta Diop, un groupe de jeunes rencontré prêt de la grande mosquée approuvent à l’unanimité la décision du Président Macky Sall. l’un d’eux, Moussa affirme que le président de la République a une bonne lecture de l’actualité internationale. «le président Macky fait une analyse descriptive de tout ce qui se passe à travers le monde et il lui revient de nous mettre à l’abri de ses attaques» estime le jeune homme. Moussa,dans son intervention estime aussi que les attaques perpétrées contre l’Hexagone doivent nous réveiller.

 

Abdou, Etudiant en troisième année au département de Philosophie approuve tout simplement cette décision qui selon lui «nous protège de toute attaque des Jihadistes en burqa». L’apprenti philosophe nous donne l’exemple du Nigéria, du Cameroun et du Tchad où les personnes voilées intégralement (burqa) sèment la panique et la terreur dans les places publiques. «Le chef de l’Etat nous prouve encore qu’il se soucie du bien-être de la population sénégalais. Il est à féliciter ce président» martèle le jeune étudiant.Et de dire «les autorités sont mieux renseignées que nous, elles le font pour des raisons sécuritaires» il conclut que l’interdiction du burqa n’affecte en rien la bonne pratique de la religion musulmane. C’est plutôt un signe de respect vis à vis de son prochain et autorités étatiques; c’est ce respect qui est d’ailleurs recommandé par la religion et la morale.

«On se voile tout juste la tête quand on veut sortir de sa maison mais se «déguiser» complètement c’est de l’hypocrisie, du folklore et attention cela c’est du pure fanatisme. Notre Religion (Islam) ne nous a pas dit de se cacher derrière les masques pour passer dans la rue, tels des Ninjas» ces propos sont de Aissatou, une jeune Tidjiane (une des confréries musulmanes du Sénégal) bien voilée.

 

La décision, si elle est bien accueillie, approuvée et justifiée par bon nombre de personnes, d’autres par contre la diabolisent. Un jeune rencontré devant la porte d’entrée de l’Ucad n’a pas caché son indignation sur cette «soi-disant décision» ( selon ces dires) du président Sall. Le jeune homme surnommé Iba au gros boubou et au pantalon trois quart (3/4) pense que c’est un non-événement cette situation d’interdiction du burqa.

«Nous ne devons même pas en parler car, en matière de religion, la politique n’a pas sa place. Si cette interdiction provenait des imams et hommes religieux du pays; là nous pourrons ensemble voir dans quelle mesure son application sera possible. Mais dire que c’est le Président de la République qui veut interdire à nos femmes de respecter les règles de la pratique de l’Islam, c’est une aberration», déclare Iba.

 

A l’instar de Iba, l’ex ministre des affaires religieuses sous l’ère Wade, Bamba Ndiaye, a aussi exprimé son exaspération sur la question. D’après lui, le président Macky Sall devait passer par l’Assemblée Nationale car : «nous ne sommes pas dans un Etat d’urgence», dit-il. Il estime que s’il y avait une insécurité totale dans le pays, le président pouvait prendre la décision sans consulter les représentants du peuple mais dans le cas échéant il n’est pas de son droit. Pour terminer, l’ancien ministre conseiller chargé des affaires religieuses fait entendre aux autorités qu’elles doivent laisser le libre choix aux Sénégalais de s’habiller comme bon leur semble».

La position de M. Bamba Ndiaye, rejoint celle du prêcheur de la Sen TV, Oustaz Iran Ndao qui affirmait en août dernier qu’il s’opposerait à cette interdiction. «je m’opposerai à l’interdiction du burqa, même si je dois aller en prison pour cela» avait-il affirmé.

 

Source : http://www.senenews.com

 

Senenews (Sénégal)

 

 

A lire aussi:

 

SENEGAL – Macky Sall au sujet des Imams arrêtés pour apologie au terrorisme: « Nous ne saurions accepter, chez nous, qu’on vienne nous imposer une autre forme de religion »

 

Le Sénégal face au défi sécuritaire du terrorisme (par Alioune Diagne)

 

LIVRE – SENEGAL-FRANCE, Mémoires d’alternances inquiètes aux Editions L’Harmattan

 

SENEGAL – Reconfiguration de l’Opposition: Des retrouvailles « imminentes » en vue entre Wade et son « fils » Idy

 

SENEGAL – Assemblée nationale: Quand l’épithète « honorable » devient inappropriée pour nos parlementaires…

 

SENEGAL – Terrorisme : Un troisième Imam arrêté à Rufisque

Afrique-France-Chine : Dakar va accueillir en 2016 le sommet selon Manuel Valls

 

SENEGAL – Du bon usage du « Fadagate »

 

SENEGAL – « Sénégal Dioum Ngèn, Sénégal Dioum Ngèn » a entonné Pape Diop parlant de Macky Sall

 

 

SENEGAL – Soupçonné d’être un allié d’organisations terroristes : L’Imam Ibrahima Sèye arrêté pour avoir traité Macky Sall de « mécréant-profanateur »

 

SENEGAL – Touba, la Mecque des mourides

Commentaires