Hausse des taux directeurs de la FED : Risques de dérapages pour les pays émergents

Considérant qu’elle pourrait hâter «la spirale négative», en combinant une plus faible croissance chinoise, une baisse des prix des matières premières et une hausse des défauts d’entreprises privées suite à l’appréciation du dollar, Régis Immongault, ministre du Développement durable, de l’Economie, de la Promotion des investissements et de la Prospective, analyse, dans la tribune libre ci-après, la récente annonce de la hausse des taux directeurs de la FED.

 

Régis Immongault, ministre du Développement durable, de l’Economie, de la Promotion des investissements et de la Prospective. © GabonreviewRégis Immongault, ministre du Développement durable, de l’Economie, de la Promotion des investissements et de la Prospective. © Gabonreview

 

«Sept ans après le passage à la «zéro lower bound» et 10 ans après la dernière hausse des taux, le comité monétaire et financier de la réserve fédérale des Etats-Unis a annoncé le mercredi dans l’après-midi qu’il relevait son taux directeur de 25 points de base, le passant de 0,25% à 0, 5%. Cette annonce est sans surprise tant elle était attendue par des analystes financiers et longuement préparée par Janet Yellen depuis son accès à la présidence de la FED, en octobre 2013.Il s’agit de la première étape de la stratégie de sortie de la police monétaire expansionniste des Etats-Unis.

 

Il est clair qu’au fur et à mesure que l’économie américaine retrouve sa robustesse et le plein emploi, d’autres remontées des taux devront suivre afin de maintenir la cible d’inflation de 2%. Les analystes prévoient ainsi une série de quatre remontées de 25 points de base chacune dans le courant de 2016. Cependant, celles-ci risquent d’être plus difficiles à mettre en œuvre dans la mesure où les dirigeants politiques devront prendre en compte la divergence croissante entre la politique de plus en plus restrictive de la FED et celles, plus accommodantes, des autres principales banques centrales (Banque centrale européenne, Banque du Japon et la Banque populaire de Chine).

 

Cette transition pourrait avoir un impact négatif significatif sur les marchés émergents – et a fortiori des pays comme le Gabon – au travers de deux canaux :(1) la dépréciation du renminbi (également appelé yuan, monnaie chinoise, ndlr) par rapport au dollar et son impact sur les importations chinoises et, partant, les prix des matières premières et (2) les difficultés croissantes de refinancement des dettes extérieures accumulées par les pays émergents, notamment les dettes privées libellées en dollar.

 

(1)En Chine, les économistes indépendants et les officiels s’accordent à reconnaitre qu’une hausse des taux renforcerait le dollar contre le renminbi et aboutirait à une importante fuite des capitaux hors de Chine alors que la Banque populaire de Chine amorce une flexibilisation de sa politique de change. Or, comme nous l’avons constaté depuis le mois d’août, une dépréciation du renminbi tend à faire baisser les importations chinoises. La baisse de la demande chinoise a des conséquences néfastes sur les pays exportateurs de matières premières partenaires de la Chine.

 

(2)La dette extérieure des pays émergents a pour sa part considérablement augmenté depuis le début de la crise de 2008, sous l’impulsion d’un univers de taux bas. Elle est aujourd’hui à un niveau record : la dette extérieure privée agrégée des pays émergents atteindra 105% du PIB fin 2015. Alors que l’appréciation du dollar va se poursuivre avec la remontée des taux, un nombre significatif d’entreprises de pays émergents qui ont emprunté de façon imprudente en dollar sans pouvoir générer suffisamment de ressources en devises étrangères vont se retrouver en difficulté pour refinancer leurs dettes à des conditions acceptables, conduisant à des situations de défaut et à une instabilité financière accrue. Cette remontée des taux, accompagnée d’un contexte d’incertitudes économiques, rend donc difficiles des opérations de levée de fonds sur les marchés de capitaux.

 

Pour résumer : la hausse des taux pourrait accélérer la spirale négative combinant une plus faible croissance chinoise, une baisse des prix des matières premières et une hausse des défauts d’entreprises privées suite à l’appréciation du dollar. Cependant, la remontée des taux pourrait être interprétée comme un retour à la normale, limitant le risque de bulles spéculatives, et renforçant la confiance des investisseurs dans la reprise économique globale. Tous ces aspects doivent être suivis par les pays africains présents sur les marchés de capitaux et pris en compte. En effet la fenêtre des financements sur les marchés de capitaux devient désormais étroite du fait du cout de la liquidité.

 

Auteur : Régis Immongault, ministre du Développement durable, de l’Economie, de la Promotion des investissements et de la Prospective du Gabon.

 

 

 

 

A lire aussi:

 

AFRIQUE – Des affaires qui marchent pour les banques panafricaines

 

MAURICE – Les Mauriciens ont désormais un Visa gratuit de 30 jours pour voyager en Inde

 

Moussa Mara, ancien Premier ministre du Mali : ‘’Il faut que nous nous orientions vers une monnaie unique Cedeao’’

 

BELGIQUE – L’inauguration du Supermarché 100% Africain de Bruxelles : Afrika Market

 

AFFAIRES – Aliko Dangoté, Nigérian et l’homme le plus riche d’Afrique

 

AUTOMOBILE – Une nouvelle voiture volante pour 2025

 

TCHAD – Les propos d’Idriss Déby Itno sur le franc CFA qui enflamment la toile et suscitent le débat

Commentaires