Moussa Mara, ancien Premier ministre du Mali : ‘’Il faut que nous nous orientions vers une monnaie unique Cedeao’’

‘’L’Avenir du Franc Cfa’’ tel était le thème de la conférence débat organisée le mardi 1er décembre 2015 par le Centre d’étude et de réflexion au Mali (Cerm) en collaboration avec la Faculté des sciences économiques et de gestion (Fseg). Ladite conférence débat était animée par l’ancien Premier ministre Moussa Mara, expert-comptable, président du parti Yelema et membre du Cerm en présence des Professeurs d’universités, du représentant de la Banque mondiale et d’un parterre d’étudiants. Durant sa présentation, le conférencier a évoqué la nécessité d’abandonner le franc Cfa et d’aller vers une monnaie unique Cedeao.

 

Moussa MaraMoussa Mara

 

Après avoir mis l’accent sur l’historique du Franc Cfa, le conférencier s’est appesanti sur quelques acquis de cette monnaie qui sont entre autres : l’intégration dans le commerce internationale, crédibilité et convertibilité de la monnaie, l’inflation modérée. A l’en croire, le franc Cfa regorge de certaines insuffisances car il constitue un obstacle pour les exportations et concurrence des produits importés vis-à-vis de la production locale. Or pour lui, on n’a jamais développé un pays avec l’importation.

 

A cela, explique-t-il, s’ajoute la présence française dans les instances de gestion de la monnaie (conseil d’administration…). En perspective, Moussa Mara a souhaité que l’économie et la monnaie soient au cœur des débats publics. En outre, il souligné la nécessité de privilégier l’économie, la croissance, la création de richesse et non la lutte contre l’inflation.

 

« A un moment ou l’autre, il va falloir abandonner le Franc CFA et d’aller vers une monnaie unique Cedeao. Il faut que nous nous orientions vers une monnaie unique Cedeao », a-t-il dit. Pour lui, le statu quo n’est plus tenable et les banques centrales en sont conscientes « Le Président de la République française a ouvert la possibilité de réforme en renvoyant l’initiative aux décideurs africains. A nous d’agir, de nous organiser et d’emprunter une ferme volonté politique pour faire enfin de notre monnaie un véritable instrument de développement économique », a conclu le conférencier.

 

Aguibou Sogodogo (Le Républicain)

 

Maliweb.net (Mali)

 

A lire aussi:

 

FATOUMATA SIDIBE : « Le Mali a traversé une des crises les plus graves de son histoire… »

 

 

MALI – Prise d’otages en cours dans l’hôtel Radisson Blu de Bamako

 

Commentaires