BENIN – PRESIDENTIELLE DU 28 FEVRIER 2016: Précisions

Ce que je crois, du moins ce qu’il ressort de toute la polémique autour de la candidature de l’actuel Premier ministre Lionel Zinsou à la présidentielle du 28 février au Bénin, c’est que ce qui semble jouer contre l’homme n’est point sa couleur de peau ni sa double nationalité.

 

lionel_zinsou-696x464

 

Si c’était le cas, comment un certain Nicéphore Soglo né d’une mère d’origine togolaise et détenteur lui-même de la double nationalité franco-béninoise aurait pu être candidat à une élection présidentielle au Bénin et (à plus forte raison) la gagner sans avoir suscité la moindre polémique ?

 

S’il y avait autant de haine « xénophobe » dans le cœur des Béninois (comme tendent à le faire croire une certaine opinion), comment Elisabeth Pognon d’origine togolaise et Conceptia Ouinsou d’origine haïtienne ayant obtenu (toutes deux) la nationalité béninoise par alliance, ont elles pu alors diriger successivement la Cour constitutionnelle, plus haute juridiction du pays en matière constitutionnelle ?

 

Comment les Béninois, s’ils étaient aussi « allergiques » aux binationaux, auraient-ils permis à Adrien Houngbédji (détenteur lui aussi de la nationalité française) d’être porté par trois fois au perchoir du parlement ?

Au delà de la politique, point n’est besoin de citer la multitude d’exemples dans les domaines culturel et sportif attestant de la chaleur et la fierté avec lesquelles les Béninois se retrouvent dans les exploits des Wally Badarou, Rudy Gestede, Isabelle Yacoubou et j’en passe…

 

Pour en revenir à la candidature controversée de Lionel Zinsou, je suis de ceux qui pensent que ce technocrate de haut rang aurait fait un candidat de luxe voire un cheval favori sans la moindre polémique si ce n’était la voie empruntée pour accéder au « starting-block » qui le couvre d’emblée de deux handicaps apparents que sont le « dauphinat » gracieusement « imposé » par Boni Yayi et le ticket des FCBE obtenu « par effraction ».

 

A mon avis, le double boulet que traîne Lionel Zinsou dans cette aventure électorale se compose à la fois du fait que son éventuelle élection serait perçue comme un « troisième mandat » offert à Boni Yayi et de la légitimité que semble lui refuser une frange non négligeable des FCBE.

 

Par Virgile Ahissou

 

 

Source: http://www.afrika7.com

 

Afrika7 (USA)

 

 

A lire aussi:

 

De la Culture en tout lieu et en tout temps…

 

JUSTICE POUR THOMAS SANKARA : Le chemin risque d’être encore long pour la manifestation de la vérité

 

La mémoire volontairement amputée

 

 

Commentaires

  1. Le , Pluton a dit :

    Très bonne analyse,Aucun pays ne devrait avoir un binational comme président,ça n’a pas de sens,  ça veut dire qu’il peut être traité comme n’importe quel autre citoyen de l’autre pays. Peux t on jurèr de sa fidélité à son pays ?  Il peut voler et s’enfuire dans l’autre pays qui ne l’extradera pas. Ça n’a aucun sens et aucun pays occidental ou asiatique n’acceptera cela ,  pourquoi nous devrons l’accepter? C’est une question d