BENIN – Démagogie, errance et complicité

« Une somme de 1milliard de Fcfa a été mise à disposition pour servir de garantie auprès du Fonds national de microfinance pour permettre au postulants zémidjans de se procurer des motos neuves, de réparer leurs motos. Les modalités pratiques de gestion de ce milliard arrimé au Fonds national de micro finance seront déterminées par les ministres en charge de l’économie et des microfinances… »

 

yayi-zinsou-696x464

 

Voilà l’une des décisions issues du dernier Conseil des ministres de l’année 2015 au Bénin. Autre promesse issue de cet illustre cadre de décision dans une république, la tenue d’un procès en cour d’assises sur la fameuse affaire ICC Services « au cours du premier trimestre de l’an 2016 ».

 

Pincez-moi SVP ! Non, je ne rêve point je suis bien en éveil et je suis au Bénin sous la conduite du gouvernement qualifié de « ventilateur » par l’autre… Deux décisions grotesques d’une équipe gouvernementale en fin de mandat qui, au lieu de faire son bilan et se préparer à passer la main, multiplie les résolutions, visions, promesses et autres décisions toutes aussi démagogiques les unes que les autres.

 

Du procès en assises « express » sur le dossier ICC Services, je préfère ne pas m’en émouvoir en laissant le soin au très respecté président de l’Union nationale des magistrats du Bénin (UNAMAB), Michel Adjaka qui s’emploie déjà pas mal (à mon avis) à en démontrer la vacuité. Lui qui trouve en cette programmation « une immixtion inacceptable de l’exécutif dans les pouvoirs dévolus à la justice », et qui précise : « un tel excès ou abus de pouvoir est non seulement une pression sur magistrat, infraction prévue et punie par l’article 3, alinéa 1er de la loi n°2001-37 portant organisation judiciaire en République du Bénin, mais s’analyse à n’en point douter comme une atteinte grave au principe de séparation des pouvoirs consacré par la Constitution du 11 décembre 1990 en son article 125 ».

 

Revenons aux « puissants » conducteurs de taxi-motos, nos Zémidjans si chers à l’hyper président Boni Yayi à qui ils ont rendu tant de services via le très médiatique Mouvement des zémidjans du Bénin (Mozebe) avant de l’ulcérer tout récemment avec leur décision de se mettre au service d’un nouveau « maître » pas si gueux que ça… Anathème et sacrilège ! Mais passée l’ire du « Seigneur après Dieu », revoilà donc Boni Yayi dans son sport favori : les promesses attrayantes quoique électoralistes démagogiques. Les habitués du palais de la Marina et de la résidence de Cadjèhoun vous diront que « c’est du pur Yayi ».

 

Aussi ont-ils reçu leur part de promesse : un milliard ! Pour se procurer des motos neuves, pour réparer leurs motos ; alors qu’il était question (avec acuité) de leur reconversion. Ça sonne faux dites-vous ? Tant pis ! Pourvu que ça sonne… Nous sommes bien à 90 jours de la fin du mandat.

 

Je suis d’autant plus embrouillé que dans cette équipe gouvernementale se trouve le « joker » Lionel Zinsou affublé d’une aura de grand économiste mondial aux talents de « mobilisateur » de fonds… Lui qui aurait contribué à la mobilisation de plus de cinq mille milliards de Fcfa de promesses d’investissements (aux retombées invisibles) à travers la désormais célèbre « Table ronde de Paris » ; ce qui lui valut un fauteuil de Premier ministre puis un grade de « dauphin » de Yayi dont il était (ne l’oublions surtout pas) le conseiller spécial depuis 2006. Les oiseaux de même plumage volent ensemble, dit-on.

 

Point d’embrouille donc ; c’est désormais clair dans ma tête. Si Lionel Zinsou cautionne toutes ces errances de gouvernance au point d’accepter d’en profiter pour gagner une élection présidentielle, c’est qu’il est capable du pire.

 

Par Virgile Ahissou

 

 

Source: http://www.afrika7.com

 

Afrika7 (USA)

 

 

A lire aussi:

 

De la Culture en tout lieu et en tout temps…

 

JUSTICE POUR THOMAS SANKARA : Le chemin risque d’être encore long pour la manifestation de la vérité

 

La mémoire volontairement amputée

 

 

Commentaires