BENIN – PRESIDENTIELLE DU 6 MARS : la lettre aux Béninois de Jean-Paul Monchau, ex-ambassadeur de France au Bénin

Le quotidien béninois La Nouvelle Tribune a publié dans son édition du 25 février en exclusivité, une lettre aux Béninois de Jean-Paul Monchau, ancien ambassadeur de France au Bénin de 2011 à 2013. Une lettre qui en dit long sur l’entrée de Lionel Zinsou sur la scène politique béninoise et les ambitions cachées du président Boni Yayi.

 

L'ambassadeur Jean-Paul Monchau.L’ambassadeur Jean-Paul Monchau.

 

Les Béninois sont nombreux à dénoncer l’OPA que la Françafrique a lancée sur leur pays depuis la nomination de Lionel Zinsou comme Premier ministre en préparation de sa candidature à l’élection présidentielle. Aux premières loges du refus de cette mise sous tutelle à des fins inavouées, se trouvent l’ancien président de la République Nicéphore Soglo, l’ancien médiateur de la République Albert Tévoèdjrè, le professeur Roger Gbégnonvi et bien d’autres personnalités encore aussi bien de la société civile que politique.

 

Les laudateurs de Lionel Zinsou ainsi que ses soutiens politiques ont cru devoir le présenter aux Béninois comme le nouveau messie du pays pour que cela suffise. Pour que cela suffise à oublier le calvaire que le pays a connu ces dix dernières années et pour le faire élire par K.O comme ils en ont rêvé. Faisant pour cela, économie de vérité, quant aux tractations qui ont précédé sa nomination et autres motivations qui ont valu sa candidature.

 

Certains doutaient encore de ce que l’hostilité à laquelle il fait actuellement face n’est nullement du fait de sa double nationalité à proprement parler ni de son métissage. A présent, il va sans dire que la lettre de l’ambassadeur Jean-Paul Monchau aux Béninois aidera au mieux ceux qui n’avaient pas compris le fin mot de l’histoire. Il écrit notamment  dans sa lettre très explicite et disponible sur le site du journal La Nouvelle Tribune: http://www.lanouvelletribune.info/benin/27834-benin-les-revelations-de-jean-paul-monchau-ex-ambassadeur-de-france-sur-yayi-zinsou-et-talon:

 

« On peut comprendre que la nomination du nouveau «  premier ministre » en juin 2015 a reçu l’aval de Paris, avec pour objectif la présidence de la république en avril 2016, l’équation personnelle de Lionel Zinsou pouvant être mise à profit pour une transition douce à Cotonou. C’était assurer le départ de Boni Yayi. En échange, le sortant serait assuré par son dauphin de la tranquillité pour l’avenir.… Boni Yayi a-t-il fait le premier pas, alors que Lionel Zinsou allait terminer ses activités à la tête d’une entreprise parisienne? Cette idée a-t-elle germé à Paris lors d’une visite du Chef de l’Etat béninois ou lors de la brève visite de François Hollande à Cotonou ? Mystère, mais déjà, la plupart des observateurs, à la perspective d’une élection potentielle de Lionel Zinsou, dénoncent le retour de la Françafrique. Comment les contredire ? Cela en a toutes les apparences. En outre, les difficultés dans la mise en place du scrutin, le retard dans la distribution des cartes d’électeurs, l’utilisation des medias et des moyens de l’Etat par le candidat-premier ministre risquent d’entacher la régularité de cette élection et de raviver les critiques en direction de la France., quel que soit le résultat. Plusieurs vieux sages béninois se sont exprimés en ce sens, et on les comprend. Une fois de plus, la France risque d’être critiquée et soupçonnée ».

 

Tout en espérant un scrutin transparent le 6 mars prochain, Jean-Paul Monchau a exhorté le peuple béninois à faire le bon choix. Car le Bénin dispose d’hommes et de femmes capables de conduire ses destinées. Cette lettre, si besoin en était encore, prouve combien l’ex-ambassadeur de France au Bénin que le président Boni Yayi a fait muter du pays en son temps a manifestement beaucoup d’estime pour ce pays et son peuple. Et les Béninois le lui en sauront toujours reconnaissant.

 

Par serge-Félix N’Piénikoua

 

 

A lire aussi:

 

BENIN – Cartes d’électeur: situation « exceptionnelle » selon la Cedeao

 

BENIN – LECON DU JOUR N° 5: La Cour Constitutionnelle et Adrien Houngbédji à la barre

 

BENIN – PRESIDENTIELLE DU 28 FEVRIER 2016 : le PSD soutient Sébastien Ajavon

 

BENIN – Victor Topanou : « pas question de laisser perpétuer le système sortant »

 

BENIN – L’opposition la plus bête ou la plus vénale du monde ?

 

BENIN – Course à la Marina : Les grosses pointures de la présidentielle de 2016

Commentaires