Procès Habré: Le procureur requiert la perpétuité et la saisie des biens de l’ancien chef d’Etat du Tchad

 

Hissène-Habré

 

SENENEWS.COM- Après les parties civiles lundi et mardi,aujourd’hui c’était au tour du procureur Mbacké Fall de dérouler son réquisitoire. L’ex-président du Tchad, Hissène Habré est jugé devant les Chambres africaines extraordinaires pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre et actes de tortures durant son règne entre 1982 et 1990.

 

Le procureur Mbacké Fall entouré de ses trois adjoints a débuté sa plaidoirie un long rappel historique de l’arrivée au pouvoir en 1982 d’Hissène Habré.

Une arrivée marquée, qui selon lui par la répression dans le sud du Tchad : « Vous verrez qu’Hissène Habré a été très logique dans sa démarche de répression. Dès le 6 septembre 82, tout le sud du pays est conquis par les FAN (les Forces armées du Nord) qui s’adonnent aux pires exactions », explique le procureur.

 

Le procureur a évoqué aussi la création de la DDS, la Direction de la documentation et de la sécurité, l’organe central de la répression et des prisons secrètes du régime Habré : « Personne ne devait savoir ce qui se passait. C’est dans ces mouroirs que les violations des droits de l’homme ont été les plus massives : tortures, traitements inhumains, viols, exécutions sommaires, enlèvements suivis de disparitions. L’accusé ne peut pas nier avoir créé ses propres prisons », fustige-t-il.

 

A noter que le procureur général requiert la perpétuité et la saisie des biens de Hissène Habré.

 

 

Source : http://www.senenews.com

 

Senenews (Sénégal)

 

 

A lire aussi:

 

SENEGAL – Le retour du refoulé (par Karfa S. Diallo)

 

SENEGAL / Reportage – L’ interdiction du burqa : les citoyens se prononcent

 

SENEGAL – Macky Sall au sujet des Imams arrêtés pour apologie au terrorisme: « Nous ne saurions accepter, chez nous, qu’on vienne nous imposer une autre forme de religion »

 

Le Sénégal face au défi sécuritaire du terrorisme (par Alioune Diagne)

 

LIVRE – SENEGAL-FRANCE, Mémoires d’alternances inquiètes aux Editions L’Harmattan

Commentaires