SENEGAL – Le président Macky Sall veut rendre à Cheikh Anta Diop ce qu’il mérite

A l’occasion du 30ème anniversaire de la disparition du célèbre savant africain Cheikh Anta Diop, le président Macky Sall a décidé de rendre à ce digne fils du Sénégal et de l’Afrique ce qu’il mérite. En honorant sa mémoire dans son village natal par un grand chantier qui sera, à n’en pas douter, un prochain lieu de pèlerinage dans les prochaines années.

 

Le savant africain Cheikh Anta Diop (1986-2016)Le savant africain Cheikh Anta Diop (1986-2016)

 

Le 7 février dernier, l’Afrique et le monde entier a célébré le 30ème anniversaire de la disparition du Professeur Cheikh Anta Diop (1923-1986). Enseignant et chercheur pluridisciplinaire, l’enfant de Thieytou qui a laissé une œuvre monumentale à l’Afrique est en effet de plus en plus célébré à travers l’Afrique. L’homme qui au fameux Colloque du Caire sur Le peuplement de l’Égypte ancienne et le déchiffrement de l’écriture méroïtique avait démontré scientifiquement que l’Egypte antique était négro-africaine avait en effet été ostracisé tout au long de sa carrière. Pour diverses raisons. Désormais, son oeuvre fera son entrée dans les programmes scolaires et universitaires au Sénégal. Si c’est déjà un pas en avant, il n’en demeure pas moins que l’idéal serait qu’elle soit étendue au système éducatif de tout le continent africain.

 

Le président du Sénégal, Macky Sall a donc décidé de regarder l’homme et son œuvre autrement et de le faire partager avec ses contemporains et la postérité. Tant l’oeuvre de cet historien, anthropologue et égyptologue de renommée internationale est majeure dans l’évolution de la science, et en particulier l’égyptologie. L’ancienne Université de Dakar ne porte pas le nom de Cheikh Anta Diop par le fait du hasard.

 

Dans un communiqué gouvernemental à l’occasion du 30ème anniversaire du décès de l’auteur notamment de Nations nègres et culture, le président Macky Sall a rendu, « au nom de la nation, un vibrant hommage au professeur Cheikh Anta Diop, un savant d’exception, qui a fortement contribué au rayonnement scientifique, politique et culturel du Sénégal, de l’Afrique et du monde noir ».

 

Il a, en outre, instruit le gouvernement aux fins d’engager « dans les meilleurs délais » la mise en chantier d’un projet qui devra doter Thieytou, le village natal du professeur Cheikh Anta Diop, d’un centre de documentation et d’exposition sur sa vie et son legs.

 

De gauche à droite respectivement, les Professeurs Jean-Charles Coovi Gomez (égyptologue), Grégoire Biyogo (égyptologue, philosophe et poéticien) et Pascal Adjamabo (mathématicien), lors de la journée de commémoration à Paris du trentenaire du décès du savant africain Cheikh Anta Diop (1986-2016)De gauche à droite respectivement, les Professeurs Jean-Charles Coovi Gomez (égyptologue), Grégoire Biyogo (égyptologue, philosophe et poéticien) et Pascal Adjamabo (mathématicien), lors de la journée de commémoration à Paris du trentenaire du décès du savant africain Cheikh Anta Diop (1986-2016)

 

Dans son ouvrage intitulé Cheikh Anta Diop, le dernier des pharaons, son compatriote philosophe et essayiste Mama Yatassaye Ndiadé écrit : « L’homme est né le 29 décembre 1923 à Caytou, village situé à une cent cinquantaine de kilomètres de Dakar, dans la région de Diourbel, au Baol-Cayor. Il est le fils de Mssamba sassoum Diop et de magatte Diop, sa mère. C’est elle qui a eu la lourde charge d’élever l’enfant qui devait se révéler un prodige, le père, Massamba Sassoum n’ayant vécu que peu de temps après la naissance de son fils unique ». Il est à signaler que Caytou s’écrit aussi Thieytou ou Thiaytou ou Tiahitou. Et que le grand-père de Cheikh Anta Diop qui était un chef fut le fondateur dudit village.

 

Macky Sall, en rapport, avec ce chantier a demandé à son gouvernement, « en particulier aux ministres chargés des Infrastructures, de l’Enseignement supérieur, de l’Education et de la Culture, de promouvoir auprès des jeunes et des étudiants notamment les œuvres, enseignements et recherches de cet illustre fils du Sénégal », a indiqué le communiqué du gouvernement.

 

Il faut ajouter que si Cheikh Anta Diop était un grand savant, il était aussi un grand homme politique. Et son combat politique était résolument panafricaniste. Aux Africains, il avait lancé lors de sa désormais célèbre conférence de Niamey au Niger en 1984 : « Formez-vous, armez-vous de sciences jusqu’aux dents et arrachez votre patrimoine culturel. Ou alors, traînez-moi dans la boue si, quand vous arriverez à cette connaissance directe, vous découvrirez que mes arguments sont inconsistants ».

 

Par Serge-Félix N’Piénikoua

 

A lire aussi:

 

SENEGAL – Le retour du refoulé (par Karfa S. Diallo)

 

SENEGAL / Reportage – L’ interdiction du burqa : les citoyens se prononcent

 

SENEGAL – Macky Sall au sujet des Imams arrêtés pour apologie au terrorisme: « Nous ne saurions accepter, chez nous, qu’on vienne nous imposer une autre forme de religion »

 

Le Sénégal face au défi sécuritaire du terrorisme (par Alioune Diagne)

 

LIVRE – SENEGAL-FRANCE, Mémoires d’alternances inquiètes aux Editions L’Harmattan

Commentaires