BENIN : Le tandem Talon-Ajavon où le nouveau visage de la classe politique béninoise ?

 

Talon-Ajavon

 

L’élection présidentielle de mars 2016 a été l’occasion pour les partis politiques béninois et alliances de partis politiques de montrer leurs limites. Incapables de désigner, chacun en son sein, un candidat à l’élection présidentielle – Lionel Zinsou n’était membre d’aucun parti politique béninois –, les partis politiques et alliances de partis politiques ont fini par donner un sens à une expression qui était jusque-là perçue comme un insulte à la classe politique béninoise : « Au Bénin, il n’y pas de partis politiques. Il n’y a que des clubs électoraux. ».

 

Mais quand on y pense, les partis politiques au Bénin valent bien moins que les clubs électoraux. En effet, quand les clubs électoraux, sous d’autres cieux, se coalisent c’est pour gagner les élections et/ou prendre le pouvoir. Au Bénin, c’est tout le contraire. Et pour preuve, lors des élections législatives de 2015, aucun parti politique ou alliance de parti politique n’a pu obtenir la majorité des sièges à l’Assemblée nationale. Aucun parti politique ou alliance de parti politique n’a donc gagné les élections législatives de 2015. Mais pourtant on n’a « sur papier » de grandes alliances politiques et de grands partis politiques.

 

Si réussir à faire élire, à coup de billets de banque, quelques députés à l’Assemblée nationale et arracher sur le fil du rasoir quelques mairies et conseils de quartier suffit pour dire qu’on a un parti politique, alors nous devons être fier de nos partis politiques parce qu’ils ne savent pas faire mieux. Depuis l’avènement de la démocratie au Bénin, aucun parti politique ou alliance de partis politiques n’a réussir à prendre le pouvoir d’État et l’exercer. La présidentielle de 2016 ne sera donc pas l’exception à la règle.

 

L’Alliance dit « Républicaine » composée des Forces Cauris pour un Bénin Émergent (Fcbe) – l’Alliance au pouvoir –, du Parti du Renouveau Démocratique (Prd) – parti dont le président est le président de l’Assemblée nationale – et de la Renaissance du Bénin (RB) – pour ne citer que ceux là – a priori avait fait forte impression, mais a posteriori a lamentablement fait piètre figure à la présidentielle de 2016. Par contre, la candidature des hommes d’affaires à la présidentielle – candidats indépendants – a longtemps été objet de critiques et d’ironies de toutes sortes puisque ne bénéficiant de soutiens d’aucun « grand parti politique » ou de « grande alliance de parti politique ».

 

Même si l’homme d’affaires Sébastien Ajavon a pu arracher le soutien de certains petits partis politiques et d’une dizaine de députés et de maires pour légitimer son statut d’homme connu du peuple, Patrice Talon, bien que connu de tout le peuple entier pour, non seulement avoir été l’architecte de l’ombre de l’historique KO du président Boni Yayi en 2011, mais aussi et surtout cité dans les affaires – très médiatisées – de tentatives de coup d’État et d’empoisonnement du président Boni Yayi, n’avait que le soutien de quatre députés et de certains maires qui n’osaient même pas s’afficher puisque craignant la colère du Chef de l’État. Il (Patrice Talon) a donc opté pour une campagne active de proximité avec des équipes de terrain très actives se passant ainsi des partis politiques et alliances de partis politiques dépourvues d’idéologies et de stratégies de campagne efficaces.

 

Au soir du scrutin du 06 mars comptant pour le premier tour de la présidentielle, les hommes d’affaires, Patrice Talon et Sébastien Ajavon arrivés respectivement deuxième et troisième derrière le premier ministre Lionel Zinsou, ont obtenus un peu plus de 45% des suffrages exprimés pendant que la « très » grande Alliance Républicaine (Fcbe-Prd-Rb) a difficilement pu réunir environ 27% des suffrages. Au second tour, le tandem Talon-Ajavon appuyé par la très grande majorité des autres candidats indépendants et le candidat de l’Alliance pour Bénin Triomphant (Abt), n’a pas eu besoin de grand bruit pour prendre le pouvoir des mains du président Boni Yayi.

 

Longtemps considérés comme les bailleurs de fonds de la classe politique béninoise, les deux hommes d’affaires Patrice Talon et Sébastien Ajavon – les deux hommes plus riches du pays selon le classement Forbes 2015 – représentaient pour la classe politique béninoise ce que représente l’eau pour la vie. Des affaires à la politique, le tandem Talon-Ajavon sera indiscutablement le nouveau visage de la classe politique béninoise.

 

Par Ignace SOSSOU

 

 

Source: http://beninwebtv.com

 

Benin Web TV (Bénin)

 

 

A lire aussi:

 

BENIN – Patrice Talon élu président

 

BENIN / ELECTION PRESIDENTIELLE – Le sens d’un raz-de-marée

 

Patrice Talon et Yayi Boni: Le duel

 

BENIN – 2nd tour de la présidentielle 2016 : La signature du protocole d’accord de 24 candidats de la coalition de la rupture

 

BENIN – LECON DU JOUR N° 5: La Cour Constitutionnelle et Adrien Houngbédji à la barre

 

BENIN – PRESIDENTIELLE DU 28 FEVRIER 2016 : le PSD soutient Sébastien Ajavon

 

BENIN – Victor Topanou : « pas question de laisser perpétuer le système sortant »

 

BENIN – L’opposition la plus bête ou la plus vénale du monde ?

 

BENIN – Course à la Marina : Les grosses pointures de la présidentielle de 2016

Commentaires