SENEGAL – Ismaïla Madior Fall répond à Serigne Diop, « c’est un débat qui sera prolongé à la faculté »

SENENEWS.COM – Le ministre-conseiller du président de la République Ismaïla Madior Fall continue d’expliquer aux Sénégalais les raisons pour un vote « utile » Oui au prochain référendum. Le constitutionnaliste entend mettre toute son énergie et sa force pour la victoire du Oui au soir du 20 mars.

 

ismaila-madior-fall-696x464

 

Il a tenu à revisiter les points essentiels de ce projet de réforme « qui poussent bien évidemment à glisser le bulletin du Oui dans l’urne ». Rebondissant aux attaques du constitutionnaliste  Sérigne Diop qui disait qu’il (Ismaïla Madior Fall) confond « Avis » et « Décision » du conseil constitutionnel, l’intéressé rétorque que « c’est une question qui sera prolongée à la faculté où les arguments juridiques feront surfaces».

 

«Je donne rendez-vous à Sérigne Diop à la faculté»

 

La polémique avec Sérigne Diop sera prolongée à la faculté car c’est un débat de la faculté. On va régler cela au niveau de la faculté chacun avec ses arguments. Mais le plus important c’est qu’il faut faire l’apologie du débat contradictoire. C’est-à-dire que chacun peut défendre son avis et son point de vue, pas d’émotion. C’est juste des points de vue des uns et des autres, seul le juge peut dire la vérité judiciaire dans un Etat de droit.

 

«Une révision constitutionnelle aux ampleurs historiques»

 

Les enjeux de cette réforme constitutionnelle, c’est que ce n’est pas une élection, ce n’est pas un scrutin qui est organisé pour élire ou pour révoquer quelqu’un, c’est une consultation qui a pour objet de proposer au Sénégal et aux Sénégalais un projet de révision qui contient beaucoup de mesures beaucoup d’innovations pour approfondir la démocratie, pour approfondir l’Etat de Droit et moderniser le régime politique. C’est une révision qui a une ampleur et une profondeur historique qui dépasse la plupart des révisions qu’on a eu par le passé. Parce que c’est un projet de révision qui est très audacieux dans ses propositions.

 

«Assainissement de la scène politique»

 

Le projet de révision propose une modernisation des partis politiques. Ce qui veut dire qu’au Sénégal le système des partis politiques qu’on a avec beaucoup de partis politiques doit être assaini. Il faut faire en sorte qu’on ait de grands partis politiques qui animent la démocratie. C’est un projet de révision qui propose de fixer le mandat du président de la République à 5 ans définitivement. Parce que dans l’histoire du Sénégal on a eu une variation extraordinaire de la durée de mandat. 4, 5 et 7 ans. Cette option que propose le Président Macky Sall le 20 mars, est de dire désormais qu’au Sénégal, on va fixer la durée du mandat. C’est un projet de révision qui propose la limitation du mandat présidentiel à deux consécutifs.

 

«Plus rien ne sera comme avant»

 

C’est une révision de la constitution qui ferme la porte à ce qu’on a eu par le passé. Par le passé on a eu des révisions qui ont menacé la démocratie. Par exemple  il y’avait eu des révisions qui ont été faites pour supprimer la limitation de mandat présidentiel. Il y’a des révisions qui ont été faites pour allonger le mandat du président de la République. Désormais cela ne sera plus possible dans l’histoire du Sénégal. Avec ce projet de révision, le Sénégal va définitivement stabiliser la question du mandat présidentiel. Que ce soit pour sa durée, que ce soit pour le nombre, c’est définitivement limité à deux. Le projet de révision de la constitution est très clair, nul ne peut faire plus de deux mandats consécutifs. Ça veut dire que la question du troisième mandat ne se posera plus dans l’histoire du Sénégal. C’est un projet de révision qui pour la première fois renforce les pouvoirs du parlement. Autrefois les révisions faites ne touchaient jamais le parlement.

 

 

«Les directeurs généraux des établissements publics seront entendus par l’Assemblée Nationale»

 

Ce projet de révision permet désormais à l’Assemblée Nationale d’auditionner les directeurs généraux des établissements publics. Des directeurs généraux des agences en outre la possibilité d’entendre les membres du gouvernement.
Ce projet va permettre à l’assemblée Nationale de pouvoir évaluer des politiques publiques.

 

«Le président de la République va élargir son pouvoir de nomination des membres du conseil constitutionnel»

 

 

Ce projet pour la première fois impose ou suggère au président de la République d’élargir son pouvoir de nomination des membres du conseil constitutionnel. Le président nommera cinq et le président de l’Assemblée Nationale va à son tour désigner deux autres membres de cette cour.

 

 

«Ce projet de loi consiste à réécrire la constitution du Sénégal»

 

Les quinze points, c’est l’exposé du motif de la loi. Quand il y’a une loi il y’a l’exposé des motifs. L’exposé des motifs présente des contextes, les objectifs et met en évidence les points les plus importants. Il faut distinguer, il y’a les quinze points qui résument la réforme et il y’a le projet de texte. C’est pour cela que devant les bureaux de vote, on a affiché le projet de texte, il y’a l’exposé des motifs avec les quinze points et il y’a les articles de la constitution. Ce projet de loi consiste d’une manière simple à réécrire la constitution du Sénégal.

 

 

Source : http://www.senenews.com

 

Senenews (Sénégal)

 

 

 

A lire aussi:

 

SENEGAL / REFERNDUM – Abdoul Mbaye : « Mes raisons de voter non »

 

SENEGAL – Le retour du refoulé (par Karfa S. Diallo)

 

SENEGAL / Reportage – L’ interdiction du burqa : les citoyens se prononcent

 

SENEGAL – Macky Sall au sujet des Imams arrêtés pour apologie au terrorisme: « Nous ne saurions accepter, chez nous, qu’on vienne nous imposer une autre forme de religion »

 

Le Sénégal face au défi sécuritaire du terrorisme (par Alioune Diagne)

 

LIVRE – SENEGAL-FRANCE, Mémoires d’alternances inquiètes aux Editions L’Harmattan

.

Commentaires