RD CONGO – Une ONGD propose d’adapter la mentalité japonaise aux enfants congolais

Le peuple congolais, par sa jeunesse, peut s'inspirer du modèle japonais pour garder et promouvoir sa culture et sa tradition. En dépit de son contact avec les Occidentaux.

 

Modle japonais

L’ONGD « Promotion et sensibilisation de l’enfant et des filles mères pour un avenir meilleur » (PSEFAM), dont les activités sont basées à Kinshasa (République démocratique du Congo), milite pour la promotion et l’éducation des enfants en République démocratique du Congo.

 

 

Donnant son avis sur l’éducation actuelle de la population congolaise, la présidente de la PSEFAM, Mme Angèle Yandakpa Kondungu, a salué l’initiative du gouvernement central d’avoir inséré au sein du  ministère ayant en chargé l’enseignement primaire et secondaire la Cellule de l’initiation à la nouvelle citoyenneté. Toutefois, elle a regretté que cette structure ne soutienne pas les initiatives privées en matière de l’éducation de masse.

 

Pour pallier cette situation, elle propose que le gouvernement congolais adapte le modèle de l’éducation japonaise en République démocratique du Congo. Cela du fait que le peuple japonais continue à garder et à promouvoir sa culture et sa tradition, malgré son contact avec les Occidentaux. C’est ce qui ressort du constat de ses nombreux voyages effectués au Japon.

 

Même après avoir effectué des voyages dans trois autres continents (Amérique, Europe et Afrique), elle a constaté que le peuple japonais est vraiment éduqué. « Sa bonne éducation est visible au travers du respect de l’autre, quelle que soit son origine », a-t-elle soutenu. Et d’ajouter : « Au Japon, il est difficile d’entendre parler du vol. Il faut rappeler aussi que le Japon est un pays des travailleurs. Cette affirmation prend la place de travail de qualité qu’il rend à travers le monde ».

 

Illustrant ses propos, elle a fait savoir que, lors d’un séjour au Japon, elle avait oublié son téléphone portable acheté au prix d’or à bord d’un métro. Elle s’inquiétait. Un jour après, elle l’a retrouvé grâce à la police japonaise qui était associée aux recherches entreprises. À son retour à Kinshasa, elle a oublié le même téléphone portable à bord d’un taxi. Cette fois-ci, il a disparu pour toujours malgré les recherches entreprises.
En ce qui concerne la gestion et la rééducation des démunis en République démocratique du Congo, la présidente de la PSEFAM trouve qu’il n’est pas tard pour impliquer tout le monde à la reconstruction du pays.

 

Elle rappelle qu’ « après le bombardement du Japon, l’économie japonaise était ruinée. » Et de souligner qu’il y a eu l’implication de toutes les couches sociales pour son développement. Les Yakuzas (membres d’un groupe du crime organisé au Japon à l’époque : Ndlr) ont participé activement à la reconstruction de leur pays.  Ils ont travaillé avec le gouvernement afin de sécuriser le Japon.

 

Dans ce pays, a-t-elle relevé, le gouvernement identifie l’enfant dès le ventre de sa mère et oriente les inscriptions des enfants. Ce qui fait que tous les enfants sont scolarisés. Il y a aussi la relation qui existe entre la police et parents. Car les parents et les policiers sont éduqués à travailler ensemble pour l’avenir des enfants japonais.
Pour ce point de collaboration entre les parents et la police, en RDC, il existe la police de proximité mais qui n’est pas dans tous les coins de la ville, a fait observer la présidente de la PSEFAM.

 

En ce qui concerne l’implication de tous les Congolais dans la reconstruction du pays, Mme Kondungu souhaite que le gouvernement congolais mette les moyens pour soutenir les initiatives privées dans l’encadrement des jeunes délinquants, des « Kuluna », « Shegue » et des démunis afin de donner à tous les Congolais l’occasion de participer à la reconstruction du pays. L’ONGD PSEFAM, qui dispose d’un terrain à lotir, compte construire  une école de métiers pour ces délinquants et les filles-mères.
Dans  l’ONGD  » Promotion et sensibilisation de l’enfant et des filles mères pour un avenir meilleur « , Mme Angel Yandakpa  Kondungu a fait savoir que copier le modèle de l’éducation japonaise peut sauver la jeunesse et surtout protéger les filles contre les mariages précoces et les rapports sexuels avant le mariage. Cela pour éviter les abus que nous déplorons aujourd’hui à l’endroit de la jeunesse.

 

L’ONGD « Promotion et sensibilisation de l’enfant et des filles mères pour un avenir meilleur » est présidée par Mme Angel Yandakpa Kondungu et son secrétariat général est assumé par Michel Paulin Mutombo. Outre ces deux personnalités, deux autres sont également membres fondateurs, à savoir Mmes Joséphine Masanzi et Paulin Mbele Kondongu. Le siège social de cette ONGD est situé au n°750 de l’avenue Isiro, dans la commune de Gombe.

 

Par Delphin BATEKO

 

 

Source : http://www.lepotentielonline.com

 

Le Potentiel (RD Congo)
 

 

A lire aussi:

 

RD CONGO – KCRAESCENCE PAULUSI :  « Qualifier l’action du DR Mukwege de politique est une insulte » 

 

RD CONGO – FDLR, Rahiya Mutomboki et Nyatura sont les principaux groupes armés responsables du recrutement des enfants

 

RD CONGO – LA CÉNI DEVANT UN FAIT ACCOMPLI: Présidentielle 2016 “ Techniquement possible ”

Commentaires