TCHAD – Le président Idriss Déby Itno déclaré réélu dès le premier tour avec 61,56% des voix

Au Tchad, les résultats provisoires de la présidentielle du 10 avril dernier ont été proclamés par la Commission électorale nationale indépendante (CENI). C’est le président sortant, Idriss Déby Itno, qui a été donné vainqueur de la présidentielle avec 61,56% des suffrages selon lesdits résultats.

 

Le président Idriss Déby Itno du Tchad.Le président Idriss Déby Itno du Tchad (Photo: Polycarpe Toviho)

Après une longue attente et une tension, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a finalement proclamé le 21 avril les résultats provisoires de la présidentielle du 10 avril dernier. C’est le président sortant, Idriss Déby Itno, qui a été donné vainqueur dès le premier tour avec 61,56% des voix.

 

Respectivement viennent après lui, Saleh Kebzabo avec 12,80%, Laokein Kourayo Mbaiheurem  avec 10,69%, Joseph Djimrangar Dadnadji avec 5,06%, Malloum yoboide Djeraki  avec 1,84%, Mahamat Ahmad Alhabo avec 1,61%, Clément Djimet Bagaou avec 1,44%, Gali Gatta Ngothé 1,27%, Brice Mbaimon Guedmbaye  avec 1,02%, Abdoulaye Mbodou Mbami avec 1,02%, Beassoumda Julien avec 0,56%, Djividi Boukar 0,48%, Nouradine Delwa Kassiré Coumakoye avec 0,44% et Mahamat Yesko Brahim avec 0,20%.

 

Quelques heures avant cette proclamation, la coalition des candidats de l’opposition à cette élection avait déclaré qu’au vu des résultats en leur possession, il était impossible pour le président sortant de l’emporter dès le premier tour. Ce qui a suscité une vive tension dans les deux camps à N’Djamena.

 

Dans une déclaration lue par Mahamat Ahmat Alhabo, candidat du PLD, tous les candidats de la coalition de l’opposition « mettent en garde la CENI et le Conseil constitutionnel contre toute tentative d’avaliser ce hold-up électoral (…) décident de ne pas reconnaître toute institution issue de ce hold-up électoral et prennent la lourde responsabilité historique de se réserver le droit, le cas échéant, de mettre en place un gouvernement de salut public pour répondre aux aspirations du peuple tchadien souverain ».

 

Reste à savoir maintenant quelles seront les stratégies des signataires de la déclaration susmentionnée. A savoir Joseph Djimrangar Dadnadji (Cap/Sur), Laoukein Kourayo Médard (Ctpd), Beassemda Djebaret Julien (Cad), Brice Mbaimon Guedmbaye (Mptr), Mahamat-Ahmad Alhabo (Pld), Gali Ngoté Gata (Ufd/PR), Djividi Boukar Dibeing (Pds) et Saleh Kebzabo (Undr). Le Tchad traîne derrière lui de longues années d’instabilité sociopolitique et n’a véritablement jamais connu des accalmies de longues durées. Depuis ces huit dernières années, le pays est demeuré stable. Et beaucoup d’observateurs craignent que le pays ne renoue avec ses vieux démons. En effet, si les ténors de l’opposition ne reconnaissent pas les résultats de la présidentielle et crée effectivement leur gouvernement parallèle dit gouvernement de salut national comme ils l’ont annoncé, il y a fort à parier que le climat sociopolitique risque fort de se détériorer.

 

Par Jean Kebayo

 

 

A lire aussi:

 

TCHAD / PRESIDENTIELLE – L’opposition dit préparer un Gouvernement de salut national…

 

TCHAD: les candidats de l’opposition s’accordent pour dire que le 2e tour de l’élection présidentielle est inévitable

 

TCHAD: La direction nationale de campagne du MPS se félicite de la tenue de l’élection présidentielle

Commentaires