CÔTE D’IVOIRE – Koulibaly : « Ouattara n’a pas fini son travail (..) Compaoré encore à la tête du Faso si… »

« Depuis 1993, Ouattara a investi. Et il est inimaginable que pour ces 18 ans d’investissement, Ouattara fasse un mandat de 5 ou de 10 ans. Il n’a pas encore fini d’amortir les 18 années d’investissements. (…) Qui en Côte d’Ivoire peut assurer les intérêts et la garantie que ses militaires et ses hommes vont être en paix, une fois qu’il sera hors du circuit et que personne ne viendra mettre en cause ce qu’il a fait. Quand il parle de succession, il se préoccupe de ses hommes qui n’auront pas un avenir certain, s’il sort du système », a dit Mamadu Koulibaly, président de Liberté et démocratie pour la République (Lider), le samedi 18 juin 2016 au siège du parti à Cocody, à l’occasion d’une conversation sur le projet de la nouvelle constitution initié par le Président de la République, Alassane Ouattara.

 

Koulibaly

 

Selon président de l’Assemblée nationale sous la présidence Gbagbo , il faut quelqu’un qui sera là et qui ne le dérangera pas , après son départ pour rassurer le président Ouattara qui à cet effet, ne serait pas rassuré par la monture de la constitution actuelle sur la question.

 

«La parole de Ouattara vaut ce qu’elle vaut. Il nous avait dit en 2010 qu’il voulait 5 ans. Dès qu’il s’est installé il a dit qu’il serait bien d’avoir un second mandat et il a tordu la main du PDCI au dos. Il s’est bagarré avec d’autre du RHDP. Ils ont fait l’appel de Daoukro qui a conduit à sa candidature. Il leur a dit le premier mandat était pour sa personne , par contre le second est celui du RDR. Et à partir de 2020 ce sera à vous, le PDCI. Il ne peut pas désigner son successeur. C’est ce qui l’amène à penser à une troisième république. Lorsqu’il dit que c’est la communauté internationale qui demande la révision constitutionnelle depuis Marcoussis , c’est faux. C’est l’article 35 qui posait problème. Ce qu’il veut régler, c’est de pouvoir désigner lui-même son successeur avant son départ. Et dans ses calculs, il a vu que la meilleure solution et son meilleur successeur c’est lui-même. Celui qui est capable de garantir ses intérêts, c’est sa personne », a soutenu Mamadou Koulibaly.

 

Selon lui le Président Ouattara veut que la Côte d’Ivoire passe à une autre République , à cause des dispositions transitoires dans la nouvelle Constitution lui permettant de nommer son vice-président , un vice-président qui va être suffisamment bien accepté par le RHDP.

 

À en croire l’ex-député de la commune de Koumassi, Alassane Ouattara n’est pas un homme qui respecte les Constitutions. Pour lui , une Constitution pour Ouattara n’a pas de sens parce qu’il a toujours fonctionné sans elle. Mamadou Koulibaly a dit qu’une constitution règle les fonctions de l’État , on ne doit donc pas badiner avec , et quand on veut une nouvelle constitution, il faut associer tout le monde pour que chacun donne son avis. Il a appelé la population ivoirienne à prendre conscience de ce que veut faire Alassane Ouattara qui, selon lui, est dangereux.

 

« Si les Burkinabé avaient attendu que ce soient les partis politiques qui disent non à Compaoré, il serait encore à la tête du Faso. Les populations ne doivent pas avoir peur. Il ne faut pas tout laisser dans la main de l’homme politique », a-t-il averti.

 

La sortie récente du chef traditionnel Tanoé, selon Mamadou Koulibaly, sonne comme une interpellation : « La sortie du chef Tanoé doit nous interpeller. C’est un ambassadeur , un chef de communauté , un diplomate qui a reçu une éducation qui fait qu’il ne dit pas n’importe quoi n’importe où. Il sort d’une audience avec le Président et dans le public, il dit de telles choses. Cela veut dire beaucoup».

 

Poursuivant, l’orateur a dit qu’il était impossible d’être Président de la République en 2015 avec l’armée que le chef de l’Etat n’avait pas pu réunifier. Et que s’il y avait un candidat autre qu’Alassane Ouattara, élu, celui-ci n’aurait pas pu gouverner.

 

« En 2015, s’il y avait un autre candidat, autre que Ouattara, élu, vous pensiez qu’il allait gouverner tranquillement avec une partie de l’armée en adversité. Ce Président allait être dans les mains de Cherif Ousmane, Koné Zakaria, Ben Laden, Wattao, Dja Gao et autres. Ce sont des militants qui sont devenus des militaires. Tant qu’il n’y a pas une nouvelle armée, pas question qu’il y ait un autre président à part Ouattara. Il n’a pas fini son travail, militairement dans l’armée », a expliqué le professeur Mamadou Koulibaly.

 

HG

 

 

Source : http://www.lintelligentdabidjan.ci

 

L’intelligent d’Abidjan (Côte d’Ivoire)

 

 

 

A lire aussi:

 

CÔTE D’IVOIRE – À Yamoussoukro, une basilique dans la savane

 

CÔTE D’IVOIRE – MANDAT D’ARRET DU BURKINA CONTRE GUILLAUME SORO: Communiqué de la Présidence de la République

 

CÔTE D’IVOIRE – Hommage à Loko et recommandations à la rentrée de l’UTT

 

CÔTE D’IVOIRE – MUTATION DU RHDP EN PARTI UNIFIÉ: Charles Gnaoré et Paul Yao Konan prennent position

 

CÔTE D’IVOIRE – RENFORCEMENT DES CAPACITÉS: La stratégie nationale lancée par le Premier ministre

 

COTE D’IVOIRE – « Catapila, chef du village»: Prix Rabelais pour l’écrivain-journaliste Venance Konan

Commentaires